27 novembre 2022
spot_img
AccueilIdéeSaiï Bouteflika : un chantage par secrets d'Etat

Saiï Bouteflika : un chantage par secrets d’Etat

COMMENTAIRE

Saiï Bouteflika : un chantage par secrets d’Etat

Les récentes déclarations de Saïd Bouteflika devant le juge du tribunal de Sidi M’hamed, à savoir qu’il détient de lourds secrets qui pourraient ébranler l’Etat ont tout l’air d’un chantage politique qui ne dit pas son nom. 

Saïd Bouteflika s’est laissé aller à une sorte d’échappatoire. Il s’est bien arrangé pour rouler son vis-à-vis dans la farine mais surtout pour  se ménager une issue de sortie dans ce procès.

En vérité, que peut-il bien cacher d’autre que l’Etat algérien et sa Justice ne savent pas en dehors du contenu de ses comptes bancaires bien garnis ici et ailleurs ? Lui qui a démarché en catimini dans les marges de la Constitution du pays pour rempiler pour un cinquième mandat avant que les manifestations du Hirak populaire du 22 février 2019 ne viennent mettre le holà à un complot qui se tramait en haut lieu dans le plus grand secret.

Malgré  tout cela, dans son monopole du secret d’Etat, Saïd Bouteflika n’a pas pu nous éviter que le règne de son frère de Président ne soit un désastre sur toute la ligne. Ce que d’autres ont désigné comme  un « énorme gâchis » ou encore une « imposture algérienne » au long court qui n’aura pas fini de nous achever. 

- Advertisement -

Comme le fléau du clientélisme et de la corruption qui a gangrené toute l’économie du pays, le phénomène de la harga et de la fuite des cerveaux qui démolit la jeunesse de l’Algérie et ses ressources humaines en semant le désespoir et la frustration à grande échelle.   

Et pour ne rien laisser au hasard, il a fait promouvoir de nouvelles mœurs politiques  dans les arcanes du pouvoir, comme la shita et le culte de personnalité qui lui ont fait rempiler, haut la main, mandat sur mandat. Des pratiques archaïques et malsaines qu’un État moderne digne de ce nom devrait abolir.

Dans la réalité, beaucoup d’autres secrets n’ont pas pu être gardés dans ce désastre : la  dépréciation de la monnaie nationale : le dinar qui a connu, elle aussi, doucement mais sûrement une agonie  de fin de règne où  il ne se passe pas un jour sans que l’on nous annonce  son érosion par rapport à l’euro et au dollars américain.

Pour en rajouter à la débâcle des Bouteflika, tous les acquis  du pluralisme et des libertés démocratiques nés du 5 Octobre 1988 ont été peu à peu battus en brèche et réduits à leur plus simple expression sous l’ère du Président Bouteflika qui aimait s’entourer de serviteurs volontaires où toute opposition ou insoumission est proscrite. 

En conclusion,  vous pourrez constater un héritage de fin de règne  catastrophique  dont on se passerait bien des secrets que peut cacher un conseiller présidentiel  Saïd Bouteflika qui persiste  dans la manipulation politique et le chantage pour influencer les juges et échapper aux griefs qui lui sont reprochés.

Auteur
Hellal Khelaf, Ingénieur retrait

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’ensemble Alwane à l’espace Magh de Bruxelles

LABA absl, l’association dirigée par la pétulante Ghezala Cherifi et dont l’acronyme veut signifier « Les Amitiés belgo-algériennes », présentera le samedi 17 décembre...

Les plus populaires

Commentaires récents