24 avril 2024
spot_img
AccueilCultureSalah Sadaoui : une époque glorieuse 

Salah Sadaoui : une époque glorieuse 

Impérieuse culture du terroir 

Salah Sadaoui : une époque glorieuse 

Salah Sadaoui c’est l’étalon de mesure de la belle époque. Une époque où l’art ne rimait pas avec le commercial ! Une époque où le kabyle et l’arabe algérien se côtoyaient tout naturellement. Et Aâmi Salah jonglait sur les deux registres avec une facilité singulière. On peut sans se tromper s’aventurer à énoncer qu’il représentait une passerelle solide et fluide entre les deux langues.

Parmi ceux de la génération postindépendance, qui n’a pas fredonné « Aɛyit melit min el-ghorba berkani », « Yecraq itj yuli wass » ou encore « A rebbi kec delqawi » ? 

Signalons que dans l’une dans ses chansons « Inid f’gma », Aâmi Salah rend hommage aux héros de la guerre de libération « Amirouche », « Abane », « Krim Belkacem », « Amirat » …Dans la même chanson, il dénonce le pouvoir de « wouhouche » comme il appelle ceux qui ont confisqué le pays. Une chanson qui n’est, bien évidemment, jamais passée à la radio. Encore un artiste qui aurait été heureux et fier du Hirak.

Biographie

Salah Sadaoui est né en 1936 à Tikserai, dans la wilaya de Bouira, et mort le 9 mai 2005 en France, des suites d’une longue maladie.

- Advertisement -

Après le retour de son père parti en France, il passe son enfance à Alger, dans la Casbah. Très jeune, il entre dans la chorale de l’association L’Espérance sportive où il fait la connaissance du chef d’orchestre Amraoui Missoum qui deviendra le chef de file de la musique algérienne émigrée, dans les années 1950-60. Sa passion pour la musique s’accentue avec la découverte de la musique égyptienne à travers, notamment, les comédies musicales de l’époque. Il participe à un groupe « la Rose blanche » avec des amis pour animer, chaque samedi, des galas dans les cafés maghrébins et des soirées à la Casbah.

En 1954, il émigre en France. Il arrive d’abord en Meurthe-et-Moselle, comme beaucoup de gens de Tamellaht, son village d’origine. Son frère Hamou qui l’accompagne ne s’adapte pas et se rend à Paris alors que Salah vient d’être embauché à la SNCF. Un mois après, Hamou l’invite à le rejoindre, Salah devient manœuvre en usine. Il anime des soirées dans les cafés nord-africains avant de retrouver Amraoui Missoum qui l’intègre dans son orchestre comme batteur et choriste pour ses petits galas et soirées, puis des enregistrements de disques. Il travaille à Radio Paris.

Il rencontre Cherif Kheddam, Akli Yahiaten et Kamel Hamadi. Avec son frère Hamou, comédien et marionnettiste, il participe à la tournée de la troupe artistique du FLN dans les pays de l’Est, avec pour objectif de sensibiliser l’opinion à la cause des nationalistes algériens.

En 1962, il choisit de rester en France et commence sa carrière solo. Ses sujets de prédilection sont la vie des émigrés, la douleur de l’exil et les désillusions. Il chante aussi bien en français, arabe algérien qu’en kabyle, sa langue maternelle, des chansons maniant autant l’humour que la morale, comme « Tiercé », « Soukarji » (Alcoolique), « Ya ouled el Ghorba » (Chers enfants de l’exil) ou « Alach François khir menni » (Pourquoi François serait-il mieux que moi ?). Sadaoui joue au théâtre dans des sketchs avec Kaci Tizi Ouzou. En 1967, il participe au tournage de scopitones le mettant en scène et d’autres chanteurs maghrébins de l’exil, toujours dans les cafés nord-africains. Il célèbre aussi l’Algérie, par sa beauté, son peuple ou son accession à l’indépendance. En 1966, il est un des premiers membres de l’Académie Berbère.

Salah Sadaoui monte un cabaret : L’Oasis, dans le 11e arrondissement de Paris où il invite les vedettes algériennes comme Rabah Driassa ou Mohamed Lamari. El Ghalia, son épouse de 1963 à 1974, est aussi l’une de ses interprètes favorites.

Il fréquente Barbès et ses magasins de disques. Il crée sa maison d’édition Sadaoui Phone. Il compose pour d’autres artistes comme Meriem Abed et Samy Djazairi. Au cours des années 1970, il écrit et chante des chansons dénonçant la dégradation de la vie des immigrés ou invitant à un retour au pays. Il ouvre une boutique, près de la Place de la Bataille-de-Stalingrad à Paris. Retiré de la scène, il participe à de nombreux galas aux côtés d’autres artistes kabyles comme Akli Yahyaten et Taleb Rabah.

Il meurt le 9 mai 2005 dans un hôpital parisien et rapatrié pour être enterré à Alger.

Pour un voyage exquis dans le temps et en hommage Aâmi Salah, nous vous reproduisons et traduisons « Yecreq iṭij yuli wass ».

Yecreq yiṭi yuli wass

Yecreq yiṭi yuli wass

Teḍwa tafat ef meden irkwelli

Kul wa amek is yufa lbenna-s

Wa am sekkar w am ilili

Ass yulli tafat tban

Kul wa amek it id yufa lḥal

Af yiwwen nass daẓidan

 

Ɣer lfeḥ d zhu u mazal

waheḍ kulci darẓagan

Isɛedda lḥif u mazal

Medden seg kul lxir arwan

Neţţa ala ṭlam id yemlal

 

Yiwwen at afeḍ yeṛwa raḥḥa

Dima lebɣis ihuddit

Yeţṣarif mebla ceḥḥa

Fellas seggem ddunit

Wayeḍ ɣer daxel yerḥa

Yeţmeni meskin talwit

Ixuṣ ul a di saḥḥa

Yegrad I zman yemremdit

 

Kullec ijarred deg wenyir

Ayen ikteb uxellaq ad yass

I lmetub ḥed ur yeffir

Kum wa is-d efka tewenza-s

A lmunen sbeṛ ur ţḥir

Diri win iqeţɛen layas

Rebbi ɛziz bab n lxir

Iɛemmed i ṭlam ad yali wass

 

Le jour se lève le soleil est là

 

Le jour se lève le soleil est là

Tout le monde est inondé de son éclat

À sa façon par chacun il est jaugé

Pour l’un il est amer pour l’autre édulcoré

Le jour se lève tout est rayonnant

Mais chacun en est servi autrement

Pour l’un il est sucré

De bonheur il est débordé

 

Pour l’autre tout est malsain

Il traverse des tourments sans fin

Quant tout le monde apprécie moult bienfaits

Lui, dans les ténèbres il est plongé

 

L’un de repos est assouvi

Ses vœux sont accomplis

Il dépense sans compter

Pour lui la vie est bien réglée

L’autre est envahi de déceptions

Il ne rêve que de guérison

Même côté santé il est chancelant

Le temps le charge de suppléments 

 

Tout est sur le front tracé

Ce qui est écrit finit par arriver

Nul ne peut échapper à son destin

La vie est régie par les lignes de la main

 

Ô croyant ne te décourage pas soit patient

Ce n’est pas bien de partir perdant

Dieu le père est rétributaire

Il a créé la nuit pour laisser place à la lumière

Auteur
Kacem Madani

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents