4 décembre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueSommet de la Ligue arabe d’Alger : participation attendue de Mohammed VI

Sommet de la Ligue arabe d’Alger : participation attendue de Mohammed VI

Mohammed VI

Mohammed VI participera, les 1er et 2 novembre prochain, au 31e sommet de la Ligue arabe à Alger, selon l’hebdomadaire Jeune Afrique qui affirme détenir l’information de sources diplomatiques algériennes.

La venue du monarque marocain, accompagné par l’héritier du trône, son fils le prince Moulay Hassan, intervient dans un contexte marqué par une crise diplomatique aigüe entre le royaume chérifien et son voisin l’Algérie. Depuis deux ans au moins, les relations diplomatiques se sont gravement dégradées entre les deux pays.

A coup sûr, cette visite si elle venait à se confirmer, va accaparer l’intérêt des médias qui suivront à la loupe les moindres gestes et déclarations du monarque marocain sur le sol algérien. Une présence qu’il s’agira d’interroger à l’aune des fortes turbulences qui caractérisent les relations bilatérales et de la possibilité de leur réchauffement.

Abdemadjid Tebboune qui s’est fait le champion du « rabibochage » des relations entre les « frères » arabes ira-t-il jusqu’au bout de sa logique réconciliatrice ? Acceptera-t-il de tendre la main au souverain d’un pays que les médias algériens ont voué aux pires gémonies, le qualifiant de « voisin de toutes les malfaisances », un ennemi patenté coupable d’avoir  fomenté des actes de déstabilisation de notre pays, à travers le financement des opposants au régime et d’être l’instigateur des feux de forêts qui ont ravagé la Kabylie. Rien que ça !

- Advertisement -

On peut supposer aussi que la présence du souverain marocain à Alger est la conséquence des pressions qui auraient été exercées, en sous-main, sur l’Algérie, par les monarchies du Golfe qui, à en croire certains observateurs, avaient agité la menace du boycott du  sommet d’Alger de la Ligue arabe si le roi du Maroc n’est pas invité. Ils auraient posé leurs conditions pour leur participation. En plus de leur refus de la participation du dictateur syrien, ces pays dont l’Arabie saoudite auraient fait du lobbying en faveur de la venue de M6 à Alger. Quand on connaît la proximité des monarchies du Golfe avec celle des Alaouites, tout cela est bien probable.

Des médias avaient évoqué les efforts de médiation entrepris par l’Arabie saoudite pour la normalisation des relations entre les deux pays d’Afrique du Nord. Une perspective que l’Algérie aurait subordonné à la révocation par le Maroc de sa coopération militaire et sécuritaire avec l’Etat hébreux, selon Maghreb Confidentiel. 

L’âge de glace des deux voisins

Entre Alger et Rabat, les échanges sont à couteaux tirés. Sur fond de la question du Sahara occidental, les deux capitales ne répugnent aucune manœuvre. On se souvient, Alger avait annoncé, en août 2021, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, la rupture ses relations bilatérales avec le Maroc.

Une décision assortie de la cessation des échanges commerciaux avec le voisin de l’ouest, y compris l’arrêt de  la livraison du gaz via le gazoduc Maghreb Europe et la fermeture du champ aérien algérien à ses avions.

La tension était telle entre les deux voisins qu’on avait craint le pire: toutes les conditions étaient réunies pour faire entendre la voix des armes au lieu de donner sa chance à la raison diplomatique  et du dialogue pour le règlement du différend.

Et les raisons n’ont pas manqué  pour alimenter le litige qui s’était exacerbé a cause du rapprochement stratégique entre le Maroc et Israël. L’Algérie avait ouvertement soutenu d’être la cible du rapprochement sécuritaire et militaire entre ces deux pays.

La dernière visite de Mohammed VI en Algérie remonte à 2005. Sa présence, à l’occasion de la tenue du sommet de la Ligue arabe, va inévitablement constituer l’un des points focaux du 31e rendez-vous des souverains et dirigeants des pays arabes. Faudra-t-il s’attendre alors à un réchauffement des relations. Attendons de voir.

S.N.I.

ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

  1. « On peut supposer aussi que la présence du souverain marocain à Alger est la conséquence des pressions qui auraient été exercées, en sous-main, sur l’Algérie, par les monarchies du Golfe … ». Pas du tout. Le Maroc étant membre à part entière de la Ligue arabe, sa participation à toute réunion de celle-ci ne peut en aucune façon dépendre des desiderata des autorités du pays organisateur. Que Tebboune et ses acolytes va-t-en guerre le veuillent ou non, la participation du Maroc au prochain sommet de la Ligue arabe (1er et 2 nov. 2022) ne relève pas de leur décision mais uniquement de celle du roi M6. De plus, Tebboune, bla mziytou et peureux comme il est, n’aura pas d’autre choix que de lui tendre la main, voire plus. Pour assurer la réussite dudit sommet, Tebboune est prêt à toutes les compromissions. Lem Echeml des arabes vaut bien quelques humiliations, lui qui n’est pas à sa première (il a bien encaissé sans broncher celle que lui a infligée Saïd en 2017 en plein funérailles de Réda Malek alors qu’il était, zaâma, premier ministre depuis quelques semaines seulement). Que dire alors devant des monstres (dans tous les sens du terme) tels MBS, les émirs du Qatar et EAU, Sissi, etc. S’il ne coulera que du nez comme en Turquie, on pourra s’estimer vraiment heureux.

  2. Le dénominateur commun de tous les dictateurs du monde et arabes en particulier est qu’ils ne pourraient jamais exister sans s’inventer des ennemis interieurs et exterieurs. Trouvez moi un seul pays squatté par des dictateurs qui n’est pas en conflit avec le peuple d’abord et ensuite en guerre chimèrique contre des ennemis invisibles étrangers. Pourquoi ? Tout simplement pour maintenir une situation de tension de ni guerre et ni paix et surtout pour museler toute opposition contre les despotes. Toute personne qui oserait remettre en cause quoi que ce soit est directement taxée de « main des ennemis » et « de l’étranger » qu’ils ont evidemment crée de toute pièrce – et c’est la ou tout le fric va – comment museler le peuple et le conditionner pour devenir esclave consentant et heurux. Comme chez tous les roitelets, arabes, un peuple qui vènère pas et qui n’idôlatre pas n’est pas un peuple. Alors tant que la dictature règne en Algérie, jamais on aura une paix dans notre pays. Pour ce qui est de ce soi disant sommet, Ibn Kheldoun l’a déja annoncé: Les arabes se sont déja entendu pour ne jamais s’entendre. A quoi sert alors de perdre du temps et de l’argent pour le pays ? Sur quoi va discuter l’Algérie avec ses frangins arabes ? Sur la Palestine ? Les arabes se sont lavés les mains depuis lontemps. Ce n’est pas pour des prunes qu’il ont normalisé avec Israel quand même ! Si c’est pour le Sahara, 90% des pays arabes sont avec le Maroc. Alors que cherche la junte ? Un casse tête qu’ils vont payer au prix fort pour aucune raison valable et pour aucun bénéfice pour le pays – comme toujours. Ya les khorotos: Et les Canadairs pour eteindre les feux que vous allumez ? Et les hopitaux-mourroirs qui manquent de médicaments et de tout ? Et les millions de jeunes que vous forcez a commettre des suicides en mer en fuyant leur pays ou devenir fénéants et inutiles avec une pitance de 10000DA au lieu de construire des usines et créer des emplois ? Pour des milliers de mosquées et de casernes il y a toujours du fric evidemment. Mais comme vous êtes ouvertement contre le peuple, votre ennemi naturel, il est inutile de poser de telles questions aux dictateurs.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Coupe du monde 2022 : le Maroc rêve des huitièmes de finale

Jeudi 1er décembre, les Marocains affrontent le Canada pour une place en huitièmes de finale. Le Maroc avait été la première équipe africaine de...

Les plus populaires

Commentaires récents