16 juin 2024
spot_img
Accueil360°Un attentat terroriste visant une épreuve des JO déjoué en France

Un attentat terroriste visant une épreuve des JO déjoué en France

Un projet d’attentat « d’inspiration islamiste » qui visait les épreuves de football des JO-2024 a été déjoué à Saint-Etienne, dans le centre-est de la France, et un suspect tchétchène a été inculpé, ont annoncé vendredi les autorités françaises.

Il s’agit du troisième attentat déjoué depuis le début de l’année en France et, selon le ministère de l’Intérieur, du « premier » contre les JO de Paris (26 juillet-11 août).

Le 22 mai, les services de renseignement français ont procédé à Saint-Etienne « à l’interpellation d’un ressortissant tchétchène de 18 ans soupçonné de vouloir commettre un attentat d’inspiration islamiste sur le sol national », a annoncé le ministère dans un communiqué.

Le suspect a été inculpé dimanche dernier des chefs d’association de malfaiteurs terroriste en vue de préparer des crimes d’atteinte aux personnes et placé en détention provisoire, a indiqué à l’AFP le parquet national antiterroriste (Pnat).

« Il lui est reproché d’avoir, au nom de l’idéologie jihadiste de l’Etat islamique, envisagé de commettre une action violente notamment en ciblant des rassemblements de supporters, en marge d’événements sportifs devant se tenir à Saint-Etienne pendant les Jeux olympiques », a ajouté la même source.

- Advertisement -

« Les premiers éléments démontrent qu’il préparait de manière active un attentat contre le stade Geoffroy-Guichard », le stade de football de la ville, selon le ministère.

« Il aurait souhaité s’en prendre à des spectateurs, mais également aux forces de l’ordre et mourir en martyr », a précisé le ministère.

Il s’agit, toujours selon l’Intérieur, du 50e attentat déjoué par les services de renseignement depuis 2017.

Inconnu des renseignements

Depuis 2018, plusieurs affaires de terrorisme, dont trois attentats, ont impliqué en France des jihadistes originaires de républiques russes du Nord-Caucase, essentiellement de Tchétchénie.

Le Tchétchène interpellé la semaine dernière n’était, lui, pas connu des services de renseignement, selon une source policière.

L’attaque au couteau dans le quartier de l’Opéra à Paris en mai 2018 par Khamzat Azimov, l’assassinat dans la banlieue parisienne d’un enseignant, Samuel Paty, en octobre 2020 par Abdoullakh Anzorov et, le 13 octobre dernier, celui d’un autre professeur, Dominique Bernard, à Arras (nord) par Mohammed Mogouchkov ont tous pour point commun d’avoir été commis par des jeunes radicalisés originaires du Nord-Caucase.

Ce dernier attentat, commis par un Russe fiché pour radicalisation et visant cet enseignant, avait provoqué une vive émotion en France. Il avait été invoqué par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin pour donner un coup de vis sécuritaire à sa loi sur l’immigration, adoptée en début d’année.

Vendredi, le ministre, cité dans le communiqué, a félicité les services de renseignement, qui « démontrent une nouvelle fois leur pleine mobilisation et leur efficacité dans la lutte contre le terrorisme » à l’approche des JO, événement mondial qui fera l’objet d’un dispositif de sécurité pharaonique.

Le comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris-2024 a également salué vendredi « l’efficacité » et la « mobilisation exceptionnelle » des services de renseignement français, soulignant que « la sécurité est la priorité numéro 1 pour Paris-2024 ».

Avec AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents