8 août 2022
spot_img
AccueilChroniqueUn plus un égal tout, deux moins un égal rien !

Un plus un égal tout, deux moins un égal rien !

Palais de gouvernement
palais de gouvernante. Alger le 27/10/2016 photo by Billal Bensalem / APP

L’idéologie du développement, la construction de l’Etat et le décollage économique ont eu comme conséquence la démobilisation de la société et son indifférence vis-à-vis des problèmes du pays. 

Tout un comportement social à l’égard de la consommation, de l’emploi, et du monde des affaires a été façonné par la rente énergétique. Elle a donné naissance à une véritable débauche des dépenses publiques et à une grande autocomplaisance en matière de politique économique et sociale. Elle a constitué un soporifique en masquant  toutes les insuffisances  en matière de production  et de gestion. 

Elle a donné naissance à une classe de privilégiés assoiffés de richesses matérielles surtout d’origine étrangère. Les variations constitutionnelles, la confection des lois et les pratiques institutionnelles ne sont tendues  en réalité que vers la consolidation et la mainmise de la petite bourgeoisie sur l’Etat, les sources d’accumulation, et les prébendes distribuées par le capital international. 

L’Etat devient une réalité incontournable pour survivre ou s’enrichir. Les solutions technocratiques fondent l’exclusion de larges segments sociaux  de l’Etat et du processus de développement. L’histoire postcoloniale démontre en effet que l’Etat dans son extension  a réussi à dominer la société et non à la servir. 

De plus, la stratégie conçue et mise en œuvre par l’Etat s’intègre parfaitement  dans la ligne de valorisation du capital des multinationales et ne pouvait se poursuivre que par un endettement externe important  gagé sur l’existence réelle ou supposée des ressources potentielles en hydrocarbures. A l’intérieur, ce modèle ne cesse d’accentuer les antagonismes sociaux et de faire baisser le pouvoir d’achat de la majorité de la population. 

- Advertisement -

L’Etat, en tant que structure institutionnelle, est discrédité, politiquement et économiquement. Le pays qui serait capable de relever le défi de ce début du troisième millénaire est celui qui comprend la nature historique que traverse le monde actuel. Il est donc nécessaire d’avoir à la tête de ce pays, des hommes qui saisissent la réalité historique. 

La présence massive des universitaires dans le gouvernement, à la Présidence, et dans les partis politiques, sont des indices de l’enjeu que constituent aujourd’hui les universités, la recherche et la création dans la mise en ordre politique, économique et culturel. 

Un danger, cependant, est à craindre, c’est de voir les enseignants et les chercheurs s’orienter vers des stratégies individuelles d’ascension sociale et d’accumulation financière au service de la bureaucratie d’Etat.

Dr A. Boumezrag

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

1981 : quand Cherif Kheddam appelait à la libération des détenus

Cette photo date du 19 avril 1980. Sur scène, on voit le défunt Cherif Kheddam, Ferhat Imazighen Imoula et Arezki Ait-Larbi. Sur la banderole, il...

Les plus populaires

Commentaires récents