20 janvier 2022
spot_img
AccueilCultureZahia Ziouani  : cheffe d’orchestre, le rêve d’enfance

Zahia Ziouani  : cheffe d’orchestre, le rêve d’enfance

Zahia Ziouani

Zahia Ziouani, une franco-algérienne de 43 ans, est l’une des rares femmes cheffe d’orchestre de renommée mondiale. Cette passionnée de musique se bat depuis quelques années pour décloisonner et rendre la musique classique accessible à tous les publics.

Zahia Ziouani met aussi toute son énergie et sa notoriété pour la promotion de la pratique de la musique dans des milieux défavorisés.

Souvent habillée d’un tailleur noir et des cheveux attachés, la maestria est la dernière à rentrer en scène. Elle salue son orchestre et le public d’un hochement de la tête accompagné d’un radieux sourire. Elle commence par exécuter une gestuelle majestueuse avec ses bras et une baguette tenu délicatement de la main droite, sonnant le top départ d’un voyage mélodique.

Qui est Zahia Ziouani ? 

Zahia Ziouani est née en 1978 à Paris, de parents algériens originaires de Kabylie. Même si, ni le père ni la mère n’étaient musiciens, leur amours de la musique a permis à leurs enfants de s’imprégner des différents genres musicaux, la musique classique, la musique kabyle, le jazz, l’oriental et la pop.

Comme des millions de travailleurs émigrés bosseurs et discrets, les parents de Zahia qui étaient de condition modeste ont tout fait pour que leurs enfants fassent des études, considérant que c’était la seule voie garantissant une ascension sociale. De plus, au contact de sa grand-mère maternelle instruite, Zahia s’est forgée un caractère de battante.

A l’âge de 8 ans, Zahia et sa sœur jumelle Fettouma ainsi que leur petit frère Mehdi allaient débuter l’apprentissage de la musique au conservatoire de Pantin, ville populaire de la banlieue parisienne où ils habitaient.

Seulement, le jour des inscriptions, une seul place était disponible, afin de ne pas fâcher l’une des jumelles, la maman inscrit leur petit frère. Cette histoire marque Zahia et lorsqu’elle devient directrice du conservatoire de musique et de danse de la ville de Stains, elle garde une inscription pour des jumeaux. Zahia entre au conservatoire l’année suivante, elle commence dans un premier temps l’apprentissage de la guitare. Bien qu’elle maitrise parfaitement cet instrument, Zahia a une forte envie d’intégrer et de jouer les grandes symphonies.

Elle débute alors l’apprentissage de l’Alto (un instrument à cordes frottées plus grand que le violon et qui produit un son plus grave). Devant sa passion pour la direction d’orchestre et encouragée par ses professeurs de guitare et d’Alto, elle apprend le déchiffrage des conducteurs de partition (partition contenant la partition de l’ensemble des instruments de l’orchestre) avec beaucoup de sérieux et d’abnégation malgré la difficulté de la tâche.

A l’âge de 16 ans, elle est repérée par Sergiu Cilibidache son idole, un maestro Roumain, l’un des grands chef d’orchestre du XXIe siècle. Repérant son talent, ce dernier l’intègre dans son cours privé toute en la mettant en garde sur la dureté de sa formation et surtout, il la prévient que les femmes ne tiennent pas plus de quinze jours chez lui.

Loin de se décourager par cette réflexion, Zahia emportée par sa soif d’apprendre et sa volonté de réussir son projet, ne renonce pas à cette opportunité et suit avec beaucoup d’assiduité cette formation de haute qualité pendant 18 mois. La formation est interrompue au décès de Sergiu Cilibidache.

Après des études primaire, collège et lycée à Pantin, elle est admise en terminale dans un prestigieux lycée parisien dans une classe qui permet de faire de la musique de façon intensive. Elle dirige son premier orchestre devant un public sur une scène mythique à Paris : la salle Gaveau, elle est à peine âgée de 17 ans.

Zahia poursuit ses études universitaires et obtient une licence en musicologie à la Sorbonne, elle devient professeure de musique dans des conservatoires à Paris et à Stains.

À 20 ans, elle crée un orchestre symphonique nommé Divertimento et prend résidence dans la ville de Stains. Ainsi, malgré la faiblesse des moyens et une certaine résistance, elle réussit avec son orchestre à s’imposer dans les différents festivals et à se produire dans les plus prestigieuses salles de concert en France et dans le monde.

Fidèle à sa philosophie de semeuse de bonheur, avec son orchestre elle donne des concerts dans des territoires qui n’ont pas l’occasion de recevoir des orchestres symphoniques comme les banlieues, les prisons et les maisons de quartiers. Elle s’engage aussi pour la promotion de la pratique de la musique auprès des enfants à travers des initiatives comme la remise gracieuse d’un instrument de musique pour les enfants défavorisés. Cette femme qui ne jure que par le travail et l’engagement sincère, est promut officier des arts et des lettres à l’âge de 26 ans.

Retour aux pays des ancêtres 

C’est en l’an 2000 qu’elle renoue avec l’Algérie, le pays de ses origines après une absence d’une dizaine d’années à cause de la décennie noire.  Accompagnée de sa famille, elle se produit pour la première fois sur la terre de ses ancêtres en tant qu’Altiste. En 2007, elle prend la direction de l’Orchestre symphonique national d’Algérie en tant que cheffe d’orchestre principal.

Elle sillonne les quatre coins du pays, allant des montagnes de Kabylie jusqu’aux portes du désert, offrant ainsi aux amoureux de la musique classique les plus belles symphonies de Mozart, Bethooven, Hayden et Saint Saëns. Son talent et sa volonté de contribuer au développement de la pratique musicale en Algérie lui ont permis l’obtention du premier prix de musique du président de la république algérienne, la plus haute distinction dans le domaine musical du pays.

Son travail et son engagement en France sont maintenant reconnus par les plus hautes instances de la république. Le 15 novembre 2021, elle est promue comme Officier de l’Ordre National du Mérite par le président français.

Comme les plus belles histoires humaines doivent être célébrées, un film largement inspiré de la vie  de Zahia Ziouani sortira dans les salles de cinéma courant 2022, il est réalisé par Marie-Castille Mention-Schaar et le rôle de Zahia est interprété par une jeune actrice Oulaya Amamra.

Et pour finir, Janine Bossard disait  : »Une vie réussie est un rêve d’enfant réalisé », Zahia Ziouani a certainement déjà réussi sa vie, mais elle tient aujourd’hui à faire réussir celles des autres.

Tarik Yadaden

Dates de concert à venir dans le cadre du « Carnaval des animaux aux Jeux Olympiques » 
– Vendredi 14/01/2022, Tremblay-en-France
– Samedi 15/01/2022, Stains
– Vendredi 21/01/2022, Goussainville
– Vendredi 04/02/2022, Sevran
ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

« Sur les pas de Kateb Yacine » à l’Espace Magh à Bruxelles

"Sur les pas de Kateb Yacine" est une lecture en mots et en musique écrite et imaginée par Mohamed Kacimi pour un  duo qu’il...

Les plus populaires

Commentaires récents