20 janvier 2022
spot_img
AccueilPolitique2022 : les premières condamnations arbitraires

2022 : les premières condamnations arbitraires

Tribunal

Dès ce 2 janvier, la machine judiciaire a repris ses procès des détenus d’opinion. Les premières condamnations à la prison sont tombées un peu partout dans les tribunaux.

Dès 7 h, la police a procédé à l’arrestation de Younes Boukezouha avec perquisition au domicile ce dimanche, à Alger.
Arrestation aussi de Nacer Hamitouche avec perquisition au domicile familial par des éléments de BRI, aujourd’hui dimanche, à Bir Mourad Rais. Le véhicule et passeport de son épouse confisqués. Deux PC appartenant à son père et à son frère ont été confisqués aussi lors de la perquisition du domicile familial, nous apprend le CNLD.
La vengeance contre le peuple du Hirak n’a pas de limites. Aujourd’hui a eu lieu l’insupportable condamnation de Seif Eddine Benchelouche à 6 mois de prison ferme. Ce sympathique militant est un jeune à mobilité réduite.
Fateh Kaced a été condamné par le tribunal de Tigzirt-sur-Mer (Tizi-Ouzou), à 18 mois de prison dont un an de prison ferme et 6 mois de prison avec sursis dans un premier dossier (entrave au bon déroulement des élections législatives de juin 2021).
Il écopera de 1 an de prison ferme assorti d’une amende de 50 000 Da dans un 2e dossier (incitation à attroupement non armé, exposition et diffusion et promotion de fausses nouvelles au public ayant pour but atteinte à la sécurité et l’ordre public) rapporte le Comité de défense des détenus d’opinion (CNLD).
Le procureur de la République près le tribunal de Baïnem a requis ce dimanche 3 ans de prison ferme assorti d’une amende à l’encontre de l’étudiant Massoum Mahiedinne, emprisonné depuis 8 mois.
A Tlemcen, le parquet a requis la confirmation du verdict prononcé en première instance à l’encontre de Abdelkader Belarbi lors de son procès.
Sa condamnation à trois ans de prison ferme assortie d’une amende a été rend publique le 15 novembre dernier. Le parquet avait requis 3 ans de prison ferme assorti d’une amende. Il est accusé d’incitation à attroupement non armé et diffusion de fausses informations en utilisant les réseaux sociaux, outrage à corps constitué et atteinte à la personne du président de la République.
Le parquet a requis 2 ans de prison ferme assorti d’une amende de 300 000 Da à l’encontre de Fateh Kaced, dans le premier dossier, et a requis 3 ans de prison ferme assorti d’une amende de 100 000 Da dans le deuxième dossier, lors du procès ce 2 Janvier 2022 alors qu’il était initialement programmé pour le 26 Décembre après le renvoi du 12 Décembre 2021 au tribunal de Tigzirt.
Fateh Kaced a été arrêté dimanche 5 décembre 2021 par des éléments de la gendarmerie nationale à Tigzirt.
Le verdict est tombé aujourd’hui à El Bayadh dans le procès de Zegrar Hocine. Il a été condamné à 2 mois de prison ferme assorti d’une amende de 20 000 Da. Le parquet avait requis 2 ans de prison ferme assorti d’une amende de 100 000 Da lors de son procès le 19 décembre 2021, informe le CNLD.
Le procès en appel de Zinedine Rahal dit Zinou est programmé pour le 6 janvier à la cour de Ruisseau d’Alger. Il a été condamné à 3 mois de prison avec sursis assorti d’une amende de 20 000 Da. Le verdict a été rendu public le 8 novembre 2021.
Le verdict dans le procès en appel des détenus du 24 mai 2021 qui a eu lieu le 19 Décembre 2021 à la cour de Béjaïa est tombé aujourd’hui le 2 janvier.
Confirmation du verdict prononcé en première instance par le tribunal d’Akbou, avec modification et réduction de la condamnation pour Maouche Menad, Kaced Younes, Ait Mansour Zahir.
Après leur condamnation à six mois de prison avec sursis,Maouche Menad, Kaced Younes, Ait Mansour Zahir quittent la prison aujourd’hui le 2 janvier. Abache Massinissa ne quittera la prison que le 27 avril 2022.
Le parquet a requis 3 ans de prison ferme assorti d’une amende à l’encontre de Massoum Mahieddine Abdelfateh lors de son procès qui a eu lieu ce dimanche 2 janvier au tribunal de Bainem (Bab El Oued).
Massoum Mahieddine a été arrêté mardi 27 avril 2021 à la marche des étudiants d’Alger. Une perquisition au domicile familial à Blida a été opérée le 27 avril.
Plus de 300 détenus d’opinion ont passé les fêtes de fin d’année dans les prisons. Depuis deux ans, le régime a imposé un climat de répression absolue. Les citoyens sont harcelés et poursuivis pour de simples publications sur les réseaux sociaux. Certains, comme des militants du MAK, ont accusés de terrorisme. Des hommes politiques, des journalistes et même un ancien candidat à la présidentielle, Ali Ghediri, sont jetés en prison sans procès.
L. M.

 

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

De Trump à Biden : peu de changement dans la politique étrangère

Une citation de Milan Kundera est fréquemment utilisée dans les débats politiques : « La lutte de l’homme contre le pouvoir, c’est la lutte de la...

Les plus populaires

Commentaires récents