9 décembre 2022
spot_img
Accueil360°48 militants pacifiques devant le tribunal de Dar El Beida (Alger)

48 militants pacifiques devant le tribunal de Dar El Beida (Alger)

Militants kabyles

Le procès de 48 militants pacifiques de Kabylie s’ouvre aujourd’hui dimanche 13 novembre, devant le tribunal criminel de première instance de Dar El Beida, à Alger.

Il s’agit du procès des militants Hamza Bououne, Abdennour Abdesselam, Tahar Amichí, Bouaziz Ait Chebib, Lounes Hamzi et ceux qui sont sous contrôle judiciaire : Mira Moknache, Chelbabi Nadir et Yahia Iguenatene ainsi que 24 d’autres citoyens, qui comparaîtront libres.

Premiers échos du procès. Les services de sécurité empêche les personnes d’accéder à la salle d’audience alors que la salle est vide, le procès est public. Une première atteinte au droit à un procès équitable.

C’est une très longue journée qui attend ces militants et leurs avocats face à une justice imprévisible dont la liberté de décision est de peu de conviction.

- Advertisement -

Ils sont écrivains, hommes politiques, universitaires et activistes. Ils ont pour leur majorité été arrêtés et placés sous mandat de dépôt avec les terribles incendies qui ont ravagé la Kabylie et fait plus de 200 morts. La concomitance voulue par les autorités entre les arrestations de ces militants connus pour leurs parcours politiques et leurs engagements a sidéré plus d’un citoyen.

Les avocats des 48 citoyens en procès ce dimanche.

Le procès de ces 48 citoyennes et citoyens a été déjà reporté le 16 octobre 2022.

Le dossier d’Abdennour Abdesselam, Tahar Amichi, Sofiane Mehenni… et ceux qui sont dans le même dossier a été présenté le 13 juillet 2022 devant la chambre d’accusation (Cour de Ruisseau d’Alger) après transmission des dossiers par le procureur général, rapporte le Comité national pour la libération des détenus d’opinion (CNLD).

La chambre d’accusation (Cour de Ruisseau d’Alger) a confirmé le 29 septembre 2021, en toutes ses dispositions l’ordonnance du juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed d’Alger en date du 16 septembre 2021, de placer sous mandat de dépôt les concernés Lahlou Bechakh, Hamza Bououne, Razik Zouaoui, Abdennour Abdesselam, Sofiane Mehenni et Tahar Amichí.

Chelbabi Nadir et Yahia Iguenatene placés sous contrôle judiciaire

Pour rappel, Bechakh Lahlou et Hamza Bououne ont été arrêtés le 5 septembre 2021 à Sétif. Tahar Amichí arrêté le 14 septembre 2021 à Béjaïa. Nadir Chelbabi arrêté par des éléments de BRI avec perquisition au domicile à Sidi Aich (Béjaïa) le 11 septembre.

Rezik Zouaoui arrêté par des éléments de BRI avec perquisition au domicile à Timezrit (Béjaïa) le 11 septembre. Yahia Iguenatene a été arrêté le 11 septembre 2021 par la BRI à Akbou (Béjaïa).

Abdennour Abdesselam a été arrêté lundi 13 septembre 2021 avec perquisition au domicile (Tizi Ouzou). Et Sofiane Mehenni a été arrêté le 13 septembre avec perquisition au domicile (Tizi-Ouzou).

Synthèse Yacine K.

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Droits humains : Antony Blinken tacle l’Algérie

Dans une déclaration sur les libertés religieuses et les droits humains dans le monde, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis, Antony Blinken, souligne qu’il met...

Les plus populaires

Commentaires récents