27 janvier 2023
spot_img
AccueilChroniqueA quand une "sallat el-isqat enidham" ?

A quand une « sallat el-isqat enidham » ?

Décidément, en haut lieu, on ne veut pas enlever les ornières mystiques fixées sur les yeux du citoyen. Voilà qu’on s’adonne encore à la niaiserie infantile habituelle pour prier Allah de faire tomber la pluie au pays. Mais pourquoi s’en étonner pardi quand on sait que selon une étude Gallup réalisée en 2015, l’Afrique du Nord serait plus croyant que l’Orient ?   

Ce sondage, réalisé par WIN/Gallup International, donne une distribution des croyances à travers le monde, fort instructive. Ainsi, selon cette enquête, la Chine serait le pays où le nombre d’athées convaincus dépasse de très loin le nombre de croyants, avec un rapport de plus de six contre un ; devant le Japon, la Suède et la république Tchèque.

Quelque part, n’est-il pas rassurant de vibrer en phase avec un milliard et demi de Chinois? (« 700 millions d’athées Chinois, et moi et moi et moi », la rime qui manque à la chanson de Lanzmann-Dutronc !).

Il y a quelques années de cela, je demandais à un collègue Pékinois, mais dis-moi Chuin, comment se fait-il que l’Islam se soit arrêté à la frontière Ouest de la Chine, sans jamais réussir à en pénétrer les terres profondes ? Rictus de sa part, avant d’enclencher : « Mais mon ami, si nous nous étions convertis, nous serions crevés de faim depuis longtemps ! On voulait nous interdire de consommer notre viande principale, celle du porc ! ».  No comment ! Ou plutôt si :  si l’Islam n’a pas réussi à pénétrer la Chine, c’est qu’il avait été propagé par les commerçants de la caravane de soie, de façon pacifique, et jamais imposé par des armées féroces, comme ce fût le cas au Maghreb, pour convertir tout le monde «bessif ».

- Advertisement -

Dans cette étude, laquelle concerne quasiment tous les pays, on note que même en Israël, l’athéisme est bien ancré dans la société, plus de 70 ans après la naissance de l’Etat sioniste, avec 65% qui se déclarent athéistes, contre 30% croyants. Comme quoi, côté colonisation, le fameux message de « peuple élu » a bon dos quand il s’agit d’occuper les territoires des autres !

Côté palestinien, on dénombre 75% de croyants contre 18% de non-croyants et 7% d’indécis (ce qui fait un total de 25% d’athées car, au finish, un indécis par rapport à une religion, c’est quoi d’autre sinon un non-croyant qui se déclare autrement ?). Le problème Israélo-palestinien se réglera peut-être quand les athées des deux bords se mettront autour d’une table pour remplacer les défenseurs de Yahvé et d’Allah ! Qui sait ?

Mais le plus intéressant pour nous, ce sont les chiffres qui se rapportent au Maghreb et au Moyen-Orient. Car, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le gradient d’Islam ne semble plus s’étaler du pays source aux pays conquis. L’étude indique une inversion de distribution assez bizarre, au vu de ces chiffres qui livrent une moyenne de 93% de croyants pour le Maroc et 90% pour l’Algérie, alors que « seulement » 82% se déclarent croyants en Orient ; toutes ces contrées où le pétrole coule à flot et qui incluent l’Arabie saoudite ! Gageons que dans le cas de l’Algérie, ce pourcentage grimpera rapidement à 99% grâce à la grande mosquée d’Alger. Lieu de culte construit par des Chinois athées et mangeurs de porc, faut-il le rappeler ?

Au-delà du cas atypique de notre pays, où une poignée de chenapans a réussi à précipiter tout un peuple dans le monde des ténèbres, en à peine un demi-siècle (performance digne du Guinness book of records), il est facile de comprendre pourquoi l’athéisme s’implante bien plus dans les pays développés, alors que la religion occupe le terrain de la majorité des pays sous-développés !

Est-ce un hasard, est-ce une fatalité ? Où est la cause, où est l’effet, entre religion et sous-développement ? Il est peut-être temps de donner la parole aux Chinois ! Celle du clan Tebboune-Chanegriha, la caste au pouvoir, nous la connaissons et la subissons depuis 60 ans !

Kacem Madani

ARTICLES SIMILAIRES

3 Commentaires

Comments are closed.

Les plus lus

« Slimane Azem, blessures et résiliences », de Hacène Hirèche

Il fut un temps où l’on pouvait, chez les Kabyles, s’acquitter d’une dette en récitant un poème à son créancier (1). Le Cantique des...

Les plus populaires

Commentaires récents