10 décembre 2022
spot_img
AccueilChroniqueAgence Air Algérie à Paris : la cour des miracles

Agence Air Algérie à Paris : la cour des miracles

Air Algérie

Se rendre à Air Algérie, agence de l’Opéra à Paris relève du parcours du combattant. On sait l’heure à laquelle on y arrive mais jamais l’heure à laquelle on quitte l’agence. Et sans avoir de surcroît la certitude d’accomplir sa mission. Pourtant rien de sorcier, si ce n’est acheter, se faire rembourser un billet non utilisé ou tout bonnement changer la date d’un voyage…

Mais connaissant l’organisation et les dessous de l’administration et des entreprises algériennes, il faut s’armer de patience, se parer de toutes les  amulettes  africaines pour, peut-être, espérer une issue heureuse au périple.

Certains planifient des jours, voire des semaines en amont leur déplacement à Opéra, posent leur journée, confient leur progéniture à un proche, au voisin, ou à une baby-sitter avant d’aller au petit bonheur la chance….

D’aucuns rehaussent le sourcil à la lecture de ces lignes ; pourtant c’est loin d’être une caricature, et encore moins de l’affabulation. Il suffit de vous retrouver un jour au 18 avenue de l’Opéra dans le 1er arrondissement de Paris, pour prendre conscience des absurdités organisationnelles à faire hurler de colère, des passe-droits à faire pâlir les nababs de tous poils et de tous crins. C’est tout simplement la Cour des Miracles.

- Advertisement -

Dans l’agence, les employés trainent des pieds, à croire qu’ils sont contraints d’assurer le travail pour lequel ils sont rémunérés. Ils  déambulent derrière les comptoirs une feuille à la main à chaque fois qu’ils quittent leur siège comme pour justifier leur abandon de poste, hélas fréquent. Sur la douzaine de guichets, deux seulement fonctionnent alors que les gens font le pied de grue en guettant leur numéro sur le cadran électronique.

« Avant de prendre mon billet, j’ai attendu presqu’une heure devant les guichets. Un seul était ouvert sur les douze prévus. Vous le croyez ? C’est rageant de voir notre pays avec cette image souillée. », dit un octogénaire ayant des difficultés à se tenir debout à la suite d’une lourde opération chirurgicale récemment subie.

Et le vigile, assigné à la régulation des entrées au sein de l’agence, n’est pas en reste, bien au contraire il jouit d’une liberté déconcertante. Tantôt barbouze, tantôt faussement courtois, il gère l’accès aux guichets moyennant des affabilités surfaites. Ses marques de sympathie et de sollicitude envers notamment les personnes âgées dissimulent une obséquiosité peu habituelle.

À force de serrer grassement les mains avec la bénédiction de ses supérieurs hiérarchiques, il finit par faire la pluie et le beau temps au sein de l’agence Opéra, si bien que les clients sont devenus tributaires de son bon vouloir et de son humeur du jour. Loin de se contenter de ses prérogatives, il se substitue aux préposés au guichet, laisse passer un tel, se charge de traiter le dossier de tel autre, prend un numéro de téléphone par-ci et confie le sien par-là…

À croire qu’il dispose au propre et au figuré des clés de l‘agence. Tel est le cas vendredi dernier, quand Il décide de baisser le rideau bien avant l’heure. Il  refuse vers 15 heures l’entrée aux 4 dernières personnes figurant pourtant sur la liste, alors qu’il ne reste qu’une poignée de clients à l’intérieur de l’agence. Celle-ci ferme, pour rappel, à 17 heures comme cela est mentionné sur l’affiche placardée sur la devanture «  Agence ouverte : du lundi au vendredi de 09h00 – 17h00 ».    

Face à la fermeture prématurée des guichets ce jour-là, les « recalés » demandent alors à rencontrer le responsable de l’agence. Celui-ci ne daigne même pas sortir ; certainement très occupé… à ne rien faire et laissant ainsi le vigile décider des horaires de travail.

Contrariés par le manque de considération et l’offense subie gratuitement, les non-chanceux du jour haussent le ton et exigent une explication à leur seul interlocuteur, en l’occurrence… le vigile. Celui-ci referme alors dans un excès de zèle puéril la porte et écrase violemment le doigt du jeune Khaled. A. qui grimace  de douleurs avant d’être invité à y entrer par une porte dérobée et en ressortir 30 minutes plus tard avec un bandage et le sésame dans la main valide.

Les clients de l’agence Opéra ne demandent aucun privilège. Ils rêvent tous seulement d’une meilleure organisation, d’un réel investissement des salariés dans leur travail et de la considération. Les dirigeants gagneraient à mettre en place une plateforme en ligne, des rendez-vous sur internet, ou par téléphone notamment pour les remboursements de billets liés à l’annulation des vols pendant la pandémie.

Ils pourraient aussi fluidifier l’affluence pour peu que tous les guichets soient ouverts et opérationnels. Les clients, comme les salariés de l’agence, se retrouveraient ainsi sans animosité, mais  avec courtoisie et plaisir.

Farid. B

ARTICLES SIMILAIRES

10 Commentaires

  1. Air Algérie (pardon air couscous) volera toujours bas tant que beaucoup d’énergumènes souvent enfants de la « nomenclatura » ou pistonnés continueront à sévir et surtout donner une mauvaise image de l’Algérie surtout à l’étranger.L’agence de la place Audin à Alger située sous son siège national n’est pas mieux lotie et souvent il n’y a que 2 guichets qui travaillent (très lentement) sur une dizaine pendant que les pauvres clients font la queue sous le soleil de juillet ou la pluie.Un peu de rigueur ne fera de mal à personne.

  2. Il faut dire que vous aussi , quand il s’agit de donner une bonne image de votre pays vous n’hésitez pas une seconde. Dès qu’ils s’agit du pays toutes vos tares vous reviennent.Je ne dirai qu’une seule chose , Chah et rechah !

    Pourquoi, pourquoi ,les gens sont-ils aussi masochistes quand il s’agit de chercher un billet ? Il y a pourtant des compagnies concurrentes et le net pour réserver ? Qu’on ne me dise pas que les vieux ne savent pas s’en servir. Et il a aussi des jeunes qui font la queue. Il y a aussi des agences pour ça. Ma fille vient de partir en à Alger pour choisir la compagnie il n’y a pas photo: même jour même plage horaire 178 euros , bagage de vingt kilo à 34 euro compris , sinon 144 euro , chez transavia et 278 chez Air-Couscous. Ma niece est partie de Bordeau-Alger à 70 euros avec une compagnie low-cost. Une collègue est partie a Oslo à 89 euros allez-retour.

  3. là mes amis vous en demandez un peu trop! et vous avez de la chance que vous êtes à Paris car à Alger votre outrecuidance vous aurait coûté quelques coups de matraque bien sentis!
    réclamer son droit est une offense au fonctionnaire qui est au service du citoyen ! vous souvenez vous de cette « hôtesse  » qui rabroue un passager en lui eructant que même si l’avion partirait vide elle ne le laisserait pas embarquer!!! à voir sur YouTube !

  4. je partage votre point de opinion, j’y étais hier pour acheter un billet c’est la dégradation total.
    mais que se passe-t-il? pourquoi un tel je-m’en-foutisme de la part des algériens? il faut recruter les compétents et mettre ces voyous à la porte! on en a marre! Teboune doit faire quelque chose!

  5. Et pourtant c’est très simple !!!
    le boycott le boycott !!!
    faites comme moi je ne prends plus cette compagnie depuis 1984

  6. Je suis comme El Hassi boycoter cette compagnie vu qu il y a d autres compagnie qui deservent l algerie. Pour mon cas personnel j ai plus pris air algerie depuis juillet 1986.

  7. je boycotte cette compagnie depuis 2011. Avant nous étions fier de cette compagnie mais depuis l arrivée des pistonés sans cervelle ils ont réussit à l abaisser à leur niveau. Ma femme devait partir en urgence lors du 1er confinement pas le choix que de prendre cette compagnie mais bien sur vol annulé et bien toujours pas remboursé à ce jour. Je me.suis rendu en Algérie en Mai avec Transavia et je conseil l accueil le sourire la politesse font partie du prix du billet ( même si il n y a pas de collation gratuite).

  8. Bonjour chers compatriotes. Un histoire vraie et vécue par ma pomme. Il y a 22 ans de cela alors que l’on avait zappé l’Algérie depuis plus 6 ans à causes des infrahumains islamistes, je me suis présenté par un jour froid d’hiver vers 5 h du matin à l’agence air-algérie Opéra. devant mois une queue d’environ 90 personnes sans doute plus. A 8 h pétantes, l’homme de service de l’agence ouvrit la porte et commenca à distribuer les fameux numéros. J’avais réussi par un jeu de coude miraculeux à obtenir le numéro 85. Installé dans l’agence j’attendais impatiemment mon tour en scrutant d’un regard impuissant l’afficheur rouge écarlate. A 10 h du matin l’afficheur était figé au n° 12 ! j’avais le n°85. Je suis ressorti de l’Algence en invitant l’homme de service de bien s’assurer que je possède un numéro et que je sortais pour aller boire un facé et me soulager dans le bistrot d’en face. En réalité, j’ai repris mon véhicule et je suis parti sur Roissy CDG là où je travaillais. J’ai pris donc mon activité professionnelle il était 10 h 45 environs. A 18 h 15 je quittais le siège de ma société me dirigeant directement à l’agence Opéra. Mon entrée à l’agence air-algérie ne fut que formalité. L’afficheur rouge écarlate était scotché au numéro…..82. Mon tour était proche. En effet quelques instants plus tard je vois mon numéro s’afficher et me présente au guichet accuillli par une « charmante vendeuse qui n’en finissait pas de mâchouiller son chewing-gum blanchissant ». Je fais les réservations pour ma famille tout en questionnant la « charmante vendesue » : « pourquoi ce rythme lent dans l’activité de votre agence » ? elle me lança tout de go : « nous venons de changer de système de réservation et désormais nous en possédons un plus performant » et c’est quoi ce nouveau système performant ?. « c’est un système appelé CASBAH !!! mois qui suis né dans cette citadelle, je la voyais de Paris se retourner 1000 fois d’entre ses murs. Je suis ressorti de l’agence aux environs de 20 h heureux d’avoir enfin les billets entre les mains. Y a t-il quelque chose de changé dans cette Agence depuis ? rien sinon la pléthore de vendeurs de poisson encore plus imposants qu’il y a 22 ans ! Aller : roule ma poule et avancez vers l’arrière. Alléluia, alléluia vive la 2e république !

  9. A Air Algérie Opéra j’y suis allé 4 à 5 fois depuis 2006 mais à votre grande désillusion cela s’est toujours bien passé même si cela est lent mais cela reste à la limite de l’acceptable mais là où le bât baisse c’est au niveau prix c’est carrément de l’arnaque.

  10. Chapeau pour la qualité de cet article. Sur le fond comme sur la forme. Mais les responsables d’Air Algérie ont ils la capacité de le lire et de le comprendre?
    Les autorités publiques les encouragent implicitement dans ce comportement de fonctionnaire des lors qu’elles sont à l’abri des contraintes réservées aux communs des mortels.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Xi Jinping rencontre les monarques arabes à Riyad

Le président chinois Xi Jinping est arrivé mercredi 7 décembre en Arabie saoudite pour des rencontres avec les dirigeants de la région dominées par...

Les plus populaires

Commentaires récents