10 décembre 2022
spot_img
AccueilIdéeUkraine : comprendre les pays non-alignés

Ukraine : comprendre les pays non-alignés

Le mouvement des non-Alignés

Alors que l’Occident ne parvient pas à mobiliser la communauté internationale contre l’invasion de l’Ukraine et que la Russie, la Chine et l’Inde semblent s’allier pour remettre en cause l’ordre mondial, il faut comprendre les pays qui se tiennent à l’écart de ce conflit.

Le 24 février a sonné un réveil brutal pour l’Occident. Que ce soit Washington ou les capitales européennes, ceux-ci ont été dans l’impossibilité de rallier à leur cause de très nombreux pays dont ils croyaient la loyauté acquise. Les deux votes de l’Assemblée générale des Nations unies (ONU) à ce sujet ont d’ailleurs montré la rapide dégradation de l’influence occidentale.

Si le 2 mars, seulement la Biélorussie, la Corée du Nord, la Syrie et l’Érythrée ont voté avec la Russie contre le texte exigeant qu’elle cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine, 35 pays se sont abstenus, dont 17 États africains. Or en fin avril, lors du vote de l’exclusion de la Russie du Conseil des droits de l’homme, 25 pays incluant la Chine s’y sont opposés et 58 États se sont abstenus. Chose encore plus surprenante, seulement 93 pays sur les 193 qui sont membres de l’ONU ont voté le texte.

Une perception différente

Les Occidentaux en général semblent voir la guerre en Ukraine comme une abomination. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, affirme que la Russie ne respecte aucune règle dans cette guerre ou environ 50 soldats ukrainiens meurent chaque jour, soit une estimation de 10 500 depuis le début. Le président américain, Joe Biden, a accusé pour sa part la Russie d’avoir « violé de manière éhontée » la Charte des Nations-Unies, disant qu’elle veut anéanti le droit de l’Ukraine d’exister.

- Advertisement -

Le premier ministre belge, Alexander De Croo, a affirmé « qu’il n’y avait pas de place pour l’impunité. Ni pour les bouchers de Boutcha, ni pour les dirigeants de Moscou qui en portent la responsabilité ultime ». Le président de la France, Emmanuel Macron, disait devant l’assemblée générale des Nations-Unies craindre un retour des impérialismes, dénonçant une tentative de partition du monde. « Notre organisation a bien des valeurs universelles et la division face à la guerre en Ukraine est simple. Êtes-vous pour ou contre la loi du plus fort, le non-respect de l’intégrité territoriale des pays et de la souveraineté nationale? Êtes-vous pour ou contre l’impunité? »

Ce conflit peut cependant être vu différemment par plusieurs pays non-alignés. Selon le Norwegian Refugee Council (NRC), une ONG norvégienne d’aide aux réfugiés qui identifie chaque année les dix crises les plus négligées au monde en fonction de l’intérêt des médias, du manque d’aide humanitaire et de volonté politique internationale pour les régler, celles-ci étaient pour la première fois toutes situées en Afrique en 2021.

Les dirigeants africains voient bien qu’en RDC avec 5,5 millions de personnes déplacées et 1 million de réfugiés en 2021, et dont 27 % de sa population souffre de la faim, qu’au Burkina Faso ou 800 personnes sont mortes dans des attaques terroristes en 2021, dont le nombre de déplacés dépasse 2 millions et les personnes sous-alimentées, 3,4 millions, qu’au Cameroun ou 4,4 millions de personnes ont besoin de support humanitaire et 700 000 enfants ne peuvent aller a l’école, qu’aux Soudan du Sud ou 4,3 millions de personnes sont déplacés en 2021 et 8,3 millions sont en insécurité alimentaire, qu’au Tchad ou les changements climatiques ont entrainé 5,5 millions de personnes dans le besoin pendant que l’assistance humanitaire internationale y a été coupée de 25 % en 2021, qu’au Mali ou l’insécurité alimentaire touche 7,5 millions de personnes qui ont besoin d’aide humanitaire et ou les attaques par des groupes armés ont obligées le déplacement 350 000 personnes, qu’au Soudan ou 14,3 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire et un demi-million ont été déplacé en 2021, qu’au Nigeria ou 66 000 déplacés ont vu leurs camps fermer sans autres solutions, qu’au Burundi ou 400 000 personnes ont quitté le pays en raison en raison de conflit interne et qu’en Éthiopie ou 4,2 millions de personnes sont des déplacés et ou 29,7 million d’autres ont besoin d’assistance humanitaire, la guerre en Ukraine, aussi cruelle et inhumaine qu’elle soit, peut avoir une autre dimension que pour les occidentaux.

Aider les non-alignés pour avoir leurs votes

Quand Poutine, Xi Jinping et Narendra Modi annoncent au sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarcande en Ouzbékistan un nouvel ordre international antioccidental, dont leurs pays seraient les piliers, ils prennent naturellement leurs désirs pour la réalité.

Ce qui se passe est plus simple que cela, mais les dirigeants des grands pays regardent à côté parce que cela les obligerait de s’engager réellement dans le développement et le bien-être des pays non-alignés qui veulent avoir des actions concrètes avant de choisir leur camp.

Le président en exercice de l’Union Africaine et président du Sénégal, Macky Sall, a appelé devant la 77e assemblée générale de l’ONU, a une réforme des cercles décisionnels internationaux, dont le conseil de sécurité, pour une meilleure représentation des 1,4 milliards d’Africains. « Cette Afrique des solutions souhaite engager avec tous ses partenaires des rapports réinventés qui transcendent le préjugé selon lequel qui n’est pas avec moi est contre moi. Nous voulons un multilatéralisme ouvert et respectueux de nos différences parce que le système des Nations Unies ne peut emporter l’adhésion de tous que sur la base d’idéaux partagés. »

Michel Gourd

ARTICLES SIMILAIRES

9 Commentaires

  1. Ce que les Occidentaux n’arrivent pas à comprendre, c’est que les Pays Non-alignés ne sont pas en attente de leur aide pour rejoindre leur camp. Pas plus qu’ils n’attendent je ne sais quelle complétion entre l’Ouest le prétendu nouvel Est (la Chine), pour rejoindre le camp le plus offrant. Ce qu’ils veulent, c’est, précisément, la remise en cause de l’Ordre international, tel qu’établi, sans eux, par les Puissances victorieuses du dernier conflit mondial, non pour lui substituer le même ordre, vu de dos, mais pour bâtir, ensemble, un Nouvel Ordre international, juste et équitable, respectueux de la souveraineté de chaque peuple et garant des mêmes droits pour tous, hors de toute ingérence dans les affaires intérieures des États, qui choisissent, souverainement, leur propre système de gouvernement.
    Vu du Sud, la dimension mondiale que les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés au sein de leur bras armée, l’OTAN, cherchent à donner au conflit armé qui les opposent, par Ukraine interposée, à la Fédération de Russie, révèle, une fois de plus, cette prétention États-Unienne de pérenniser leur hégémonie, afin de régenter le Monde à leur manière, pour imposer, à tous, leurs propres normes et valeurs et, pour tout dire, leur vision du Monde.
    Ce n’est surement pas les menaces, ni les admonestations entendues, ici et là, ces derniers temps, ni, encore moins, les leçons de Non-alignement administrées du haut la Tribune des Nations-Unies, qui leur feront changer d’avis.
    S’imaginent-t-ils les Pays Non-alignés, notamment africains, si naïfs et si peu informés, qu’il serait aisé de leurs faire faire le «bon choix», en leur présentant les dirigeants actuels de l’Ukraine comme des parangons de démocratie, des perdreaux de l’année aux mains propres, comme s’ils ignoraient leur parcours, peu flatteur, s’agissant notamment des circonstances de leur arrivée au Pouvoir, des massacre à huis clos, depuis au moins 2014, de leur populations russophones du Donbass et d’Odessa ? Comme si, par ailleurs, les Pays Non Alignés ignoraient aussi qui, en sous-main, arme et entraine au combat les troupes ukrainienne et les groupes spéciaux néo-nazis, tels Azov, depuis 2014, pour le moins? Chacun sait, enfin, qui a incité les autorités de Kiev à ne pas respecter les Accords de Minsk I, puis II, pourtant cosignés par la France et l’Allemagne?
    Pour m’en tenir là, est-ce vraiment si difficile d’admettre que chacun voit midi à sa porte? Au nom de quoi, les crimes commis en Ukraine, attribués, bien sûr, à la seule Russie, seraient une abomination, tandis que ceux perpétrés en Afghanistan, en l’Irak, en Libye ou en Syrie, ne seraient, tout au plus que de regrettables dégâts collatéraux, dans la noble et généreuse mission civilisatrice de l’Occident, soucieux d’inculquer, à la fois, les bonnes mœurs et les valeurs démocratiques aux peuples arriérés?

    • « …𝘼𝙪 𝙣𝙤𝙢 𝙙𝙚 𝙦𝙪𝙤𝙞, 𝙡𝙚𝙨 𝙘𝙧𝙞𝙢𝙚𝙨 𝙘𝙤𝙢𝙢𝙞𝙨 𝙚𝙣 𝙐𝙠𝙧𝙖𝙞𝙣𝙚, 𝙖𝙩𝙩𝙧𝙞𝙗𝙪é𝙨, 𝙗𝙞𝙚𝙣 𝙨û𝙧, à 𝙡𝙖 𝙨𝙚𝙪𝙡𝙚 𝙍𝙪𝙨𝙨𝙞𝙚, 𝙨𝙚𝙧𝙖𝙞𝙚𝙣𝙩 𝙪𝙣𝙚 𝙖𝙗𝙤𝙢𝙞𝙣𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣, 𝙩𝙖𝙣𝙙𝙞𝙨 𝙦𝙪𝙚 𝙘𝙚𝙪𝙭 𝙥𝙚𝙧𝙥é𝙩𝙧é𝙨 𝙚𝙣 𝘼𝙛𝙜𝙝𝙖𝙣𝙞𝙨𝙩𝙖𝙣, 𝙚𝙣 𝙡’𝙄𝙧𝙖𝙠, 𝙚𝙣 𝙇𝙞𝙗𝙮𝙚 𝙤𝙪 𝙚𝙣 𝙎𝙮𝙧𝙞𝙚, 𝙣𝙚 𝙨𝙚𝙧𝙖𝙞𝙚𝙣𝙩, 𝙩𝙤𝙪𝙩 𝙖𝙪 𝙥𝙡𝙪𝙨 𝙦𝙪𝙚 𝙙𝙚 𝙧𝙚𝙜𝙧𝙚𝙩𝙩𝙖𝙗𝙡𝙚𝙨 𝙙é𝙜â𝙩𝙨 𝙘𝙤𝙡𝙡𝙖𝙩é𝙧𝙖𝙪𝙭, 𝙙𝙖𝙣𝙨 𝙡𝙖 𝙣𝙤𝙗𝙡𝙚 𝙚𝙩 𝙜é𝙣é𝙧𝙚𝙪𝙨𝙚 𝙢𝙞𝙨𝙨𝙞𝙤𝙣 𝙘𝙞𝙫𝙞𝙡𝙞𝙨𝙖𝙩𝙧𝙞𝙘𝙚 𝙙𝙚 𝙡’𝙊𝙘𝙘𝙞𝙙𝙚𝙣𝙩,… »
      Ce pourquoi je disais récemment et avec amertume dans l’âme que l’être humain est une vermine, nonobstant les nombreuses exceptions au niveau individuel.
      Car il faut bien le reconnaître, aucun groupe humain constituant un pays ou une ethnie particulière n’a jamais appris les leçons de l’Histoire. En ce moment, seule la peur de représailles et/ou resistance immensément préjudiciables retient les USA, l’Europe, la Chine, et autres puissances de carrément envahir l’un l’autre ou d’autres pays. Dès qu’un pays ressent le besoin d’en envahir un autre et estime que les risques par rapport aux gains en valent le coup, il le fera.

      Terwi di m’mkoul amkan
      Kul elǧens yetnewwa
      Amẓian d umeqṛan
      Kul wa y’qar akk’ iyihwa
      Zik d’ Rus d’ Marican
      Tura yernad Cinwa

      Terwi tebberwi
      Igumma d’yedheṛ yixfis…

      Slimane Azem.

      • J’ajoute une autre strophe:

        L’waqt akka y’gelḥa
        Yebwiţid s uzayeḍ
        Mi texsi d’ giwt l’ǧiha
        Aţa t’ceɛled si tayeḍ
        Xas yella yiwen yelha
        Aţaf’ḍ idehmit wayeḍ

        • L’âme humaine n‘y est pour rien, mon cher Kiichi. On savait, bien avant Rousseau, que l’homme, à sa naissance, n’est ni bon ni mauvais. Seuls les systèmes de pouvoir au sein des sociétés, selon qu’ils sont justes ou tyranniques, l’éduquent, ou le pervertissent. Comme l’écrit Raymond Aron dans son livre « Paix et guerre entre les Nations », la Société Civile seule, peut convenir d’un Contrat social entre le Peuple et le Souverain, pour instaurer un État de Droit. Or, à l’inverse, les relations au sein de la société internationale, comme on a coutume de désigner les relations interétatiques, sont déterminées, le plus souvent, par le rapport des forces, ce qui fait du Droit international, cet ensemble de règles et conventions, pour l’essentiel convenues entre puissants, qui font davantage penser aux la lois de la jungle.

  2. En verité, 80% des pays dits « non-alignés » ne sont que des dictatures « chroniques » qui voudraient que l’oppression interne ne soit pas médiatisée. Des pays dont les dictateurs veulent garder les richesses des pays a eux seuls, rien au peuple, tout en offrant des cadeaux sous forme de contrats juteux aux plus offrants et au plus aveugles de leurs actes. Le venezuéla, un pays en faillite ou des millions fuient le pays, les républiques bananieres d’afrique ou cuba ou les citoyens vivent dans une prison a ciel ouvert puisqu’on leur interdit de sortir visiter d’autres pays, sans oublier « la nouvelle » sont bien des pays « non-alignés ». Ce qu’ils appellent les « non-alignés » n’est que du pur khorti ou plutot une autre appellation pour « le bloc des dictatures » !

    • Documentez-vous sur le Mouvement des Non-alignés, vous découvrirez que ce « khorti », comme vous dites, a contribué à libérer plusieurs milliards d’êtres humains de la férule du colonialisme et de l’impérialisme occidental! Même si, hélas, au sein de la plupart de ces pays, à commencer par le nôtre, la tyrannie est la règle et non l’exception! Ce qui n’autorise pas jeter le bébé avec l’eau du bain!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

20 ans de prison requis contre Boumedine, Aït Chebib et leurs camarades

Le procureur a requis 20 ans de réclusion criminelle et 10 ans de privation de droits civiques contre les détenus d'opinion Hamou Boumedine, Bouaziz...

Les plus populaires

Commentaires récents