1 février 2023
spot_img
AccueilPolitiqueAlger en pénurie de premier ministre !

Alger en pénurie de premier ministre !

Aimene Benabderahmane

Alors que diverses pénuries de produits de première nécessité sont apparues durant ces trois dernières années et ont été largement traitées par les médias et la classe politique, il en est une qui n’a été ni relevée ni révélée: c’est celle des premiers ministres.

Allo ! Y a-t-il un pilote dans l’avion Algérie ? Abdelaziz Djerrad aura passé plus de 18 mois en tant que premier ministre (décembre 2019 à juin 2021) en usant trois gouvernements (I, II et III), à élaborer un plan de relance de l’économie algérienne qu’il rendra public dès son départ à Stockholm comme ambassadeur….

A Djerrad qu’on pensait être le plus mauvais choix de premier ministre succéda une autre curiosité appelée Aïmen Benabderahmane, préparée soigneusement dans les sombres laboratoires de la médiocratie.

A ce modeste percepteur d’impôts on confia d’abord le délicat poste de gouverneur de la Banque centrale, puis celui de ministre des Finances. Période durant laquelle le dinar a dangereusement dévalué et les actifs des Algériens ont perdu 50% de leur valeur.

- Advertisement -

Dès sa prise de fonction en tant que premier ministre le sieur persévéra, sans se lasser, dans son opération d’appauvrissement du peuple algérien.

Il invente de nouveaux impôts dans une économie en arrêt clinique oubliant ce célèbre adage « l’impôt tue l’impôt » faisant sienne la théorie de son idole : « Affame ton chien il te suivra ».

Plusieurs corporations lui tiennent tête et se rebiffent. Mais l’homme n’est pas à une bourde près. Poussant la plaisanterie plus loin, il astreint les importateurs à importer un seul produit. Ce qui diminuera le nombre d’importateurs de 75 % et contraindra des milliers d’entreprises à mettre la clef sous le paillasson. Mais rien de grave !!! Abdelmadjid Tebboune a déclaré chez ses amis des médias qu’il n’y a que 600 000 chômeurs ! En matière de vérité on a connu mieux. Mais passons !

Opération Terminators

Aujourd’hui, après le passage de ces deux terminators ou destructors l’économie est à l’arrêt et surtout sans aucun espoir de se relever à court terme. Des millions d’Algériens vivent d’expédients. La consommation frôle le zéro. Les commerçants sont réduits à faire les yeux doux aux chalands dont les poches sont trouées.

Et ce n’est pas les mesures creuses prises en faveur des chômeurs qui épargneront à ce pays des jours qui s’annoncent sombres…

En conclusion, après l’insipide Noureddine Bedoui qui n’avait pour unique mission que de liquider les affaires courantes, l’Algérie est restée pratiquement sans premier ministre depuis 2019.

La mort cérébrale de l’économie, pour reprendre un terme au goût du jour, a été à l’origine de la fermeture de centaines de milliers d’entreprises et de la perte de quelques millions d’emplois. Ce qui provoquera inévitablement l’effondrement de pans immenses de la société.

Ce qui n’a pas l’air d’avoir empêché nos premiers ministres de dormir.. Enfin, ce que nous présente comme des premiers ministres .. Il serait temps d’en dégoter des sérieux… et d’en finir avec cette grave pénurie. Sinon, il faut s’attendre à une rapide crise économique qui va s’ajouter la crise politique dont souffre le régime.

Amine Aït Mansour 

ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

Comments are closed.

Les plus lus

Izerfan n umdan, tdel-iten tariḥt n lgaz d pétrole ?

Adabu n Lezzayer igdel taseqqamut n izerfan n umdan (Ligue algérienne de Défense des Droits de l’Homme - LADDH) di ctamber 2022. Igdel-itt s...

Les plus populaires

Commentaires récents