10 décembre 2022
spot_img
AccueilCultureAmel Brahim-Djelloul et Souad Massi, un destin algérien

Amel Brahim-Djelloul et Souad Massi, un destin algérien

Amel Brahim-Djelloul
Amel Brahim-Djelloul.

Amel Brahim-Djelloul habite à Francheville sur les hauteurs de Lyon, Souad Massi dans le IXe arrondissement de Paris. Ces deux chanteuses de la même génération ont quitté l’Algérie il y a près d’un quart de siècle, mais l’Algérie ne les a jamais quittées.

Deux femmes artistes, deux Algériennes aux destins pas si éloignés que ça ! Ni exilées, ni réfugiées, elles ont choisi un jour la France, parce qu’elle leur ouvrait des perspectives de carrière à une époque, la fin de la décennie noire, où leur avenir professionnel semblait bouché dans un Alger miné par la guerre civile et les attentats.

« Je faisais souvent des cauchemars, mais c’est le chant qui m’a fait quitter l’Algérie, pas le terrorisme », déclare Amel Brahim-Djelloul, chanteuse lyrique qui se consacre aussi régulièrement aux chants traditionnels du monde méditerranéen.

Cette musicienne de 47 ans s’est épanouie dans la musique au sein d’une famille de mélomanes dans le quartier de Télemly au coeur d’Alger.

« Je suis Algéroise, mon papa vient de Miliana – à une centaine de kilomètres à l’ouest d’Alger –, je fais partie des Algériens arabisés », qui n’ont pas conservé la langue berbère, explique-t-elle.

- Advertisement -

Son grand-père, musicien amateur, familiarisé avec la musique savante, encourage son père à l’envoyer au Conservatoire et l’orienter vers le classique, qui s’apprend par la lecture. « Le reste, ils l’auront dans l’oreille de toute façon, c’est leur culture et ils sont plongés dedans », estime-t-il.

Amel Brahim-Djelloul débute par le violon, puis bifurque vers le chant. Lors d’un stage à Nice, sa professeure la remarque et lui offre l’opportunité de passer le concours d’entrée au Conservatoire de Paris. Elle la saisira.

« J’étais déjà une jeune adulte, j’avais fait une partie de mes études à Alger et même été professeure de musique dans un lycée », se souvient-elle.

Amel Brahim-Djelloul : «Je n’ai pas fui mon pays»

Lorsqu’elle traverse la Méditerranée pour son premier concert en France, Souad Massi a déjà vingt-six ans. Et une certaine réputation à Alger où elle a joué dans des groupes de hard rock, de chaâbi et de flamenco.

Elle aussi a grandi dans le cœur de la capitale algérienne, dans une famille kabyle, à Bab-el-Oued puis Saint-Eugène non loin, avec de fréquents séjours en Kabylie.

Ces chanteuses au destin commun ont depuis construit leur vie en France. Mais avec toujours l’Algérie au cœur.

« Je n’ai pas fui mon pays », insiste Amel Brahim-Djelloul. « L’Algérie, elle est en moi », souligne Souad Massi, qui n’y est plus retournée depuis bientôt quatre ans.

Quoi de mieux que leur art pour maintenir ce lien très fort?

Amel Brahim-Djelloul, depuis 2008, mène de front carrières de chanteuse lyrique et de musique traditionnelle (arabo-andalou, châabi…).

« Je me sens extrêmement riche de cette double culture », dit-elle.

Son dernier album, « Les Chemins qui montent », paru mi-octobre et qu’elle défendra en concert le 26 novembre à Caen, le 29 à Rennes, le 30 novembre à Angers en attendant d’autres dates en 2023, est consacré à la chanson kabyle. Une première.

« J’ai toujours adoré ce répertoire. Les chansons d’Idir, Djamel Allam, Aït Menguellet, étaient dans mon oreille, on écoutait beaucoup ces chanteurs avec mon père », se souvient-elle. L’immense soprano Amel Brahim-Djelloul  souhaite par là rendre hommage à la musique de son pays natal.

Sa voix de soprano chaude et colorée se pose sans forcer sur ces morceaux. L’ensemble, avec des arrangements très purs et la présence des cordes, sonne parfois baroque. « Ce sont des chants très ornementés, comme ceux du baroque », confirme-t-elle.

Le dixième disque de Souad Massi, chanteuse, aussi guitariste, entre folk, chanson et world music au succès désormais international, paru mi-octobre, s’intitule « Sequana », du nom d’une déesse gauloise.

Il s’aventure du côté de la bossa, du Sahel, du mandingue, de la chanson française… On y retrouve aussi la rockeuse que fut plus jeune cette nouvelle « quinqua ». Produit par Justin Adams, ex-producteur pour Rachid Taha, il prend parfois une dimension pop-rock très orchestré.

Mais une mandole, une derbouka, les inflexions de la langue – 9 des 11 chansons sont interprétées en algérien -, ramènent immanquablement à ses origines.

« L’Algérie, elle est dans mon cœur, dans ma tête, dans mon sang », martèle Souad Massi. Sa tournée en France, Suisse et Belgique, passera par la Salle Pleyel à Paris le 3 février.

Avec AFP

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Merveilleux! Bravo Amel! A entendre sa locution en Kabyle, on dirait qu’elle a baigné toute sa vie dans le giron de cette langue. Il ne faut pas désespérer qu’un jour, la société algérienne devienne bilingue.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Algériens et Marocains fraternisent aux frontières

La vidéo a été enregistrée après la qualification de l'équipe du Maroc aux huitièmes de finale de la coupe du monde. On y voit...

Les plus populaires

Commentaires récents