4 décembre 2022
spot_img
AccueilCommuniquéConstruire l’alliance pour le patrimoine commun amazigh

Construire l’alliance pour le patrimoine commun amazigh

Tamazgha

Manifeste et recommandations de la rencontre internationale d’experts sur l’héritage amazigh et le patrimoine mondial – Grande Canarie 22 – 25 novembre 2022

Une rencontre très importante se déroulera du 22 au 25 novembre 2022 aux îles Canaries. Elle rassemblera des experts qui débatteront de l’héritage amazigh dans la culture des Îles Canaries, notamment à travers ses habitants originaires, les Guanches.

L’importance de cette rencontre résulte du fait que c’est la première fois que des institutions européennes, dans ce cas le gouvernement régional des îles Canaries assume officiellement l’héritage amazigh comme partie de la culture locale et aussi le lien historique, culturel et linguistique des îles avec la culture nord-africaine, et concrètement la culture amazighe sous toutes ses formes. Rappelons aussi que cet évènement a l’appui du gouvernement canarien mais aussi de l’État espagnol.

Cette conférence qui se fera dans le cadre des IXes Journées Paysage culturel de Risco Caido et montagnes sacrées de Grande Canarie – reconnu comme Patrimoine UNESCO de l’Humanité – regroupera des responsables d’institutions amazighes ou de projets nord-africains inscrits au Patrimoine de l’UNESCO mais aussi des experts indépendants qui travaillent sur le patrimoine amazigh en général.

- Advertisement -

La conférence inaugurale sera prononcée par la grande préhistorienne, spécialiste de l’Algérie et vivant à Ager Ginette Aumassip.

Après les interventions institutionnelles, les travaux de la rencontre commenceront le mercredi matin lors de cinq sessions thématiques :

  • Les sites du Patrimoine mondial en lien avec la culture amazighe : regards sur le futur .
  • L’héritage amazigh : Archéologie, Histoires et Identités.
  • L’héritage amazigh : perspectives de la recherche aux Canaries
  • Examen en profondeur des racines amazighes d’une culture insulaire divergente
  • L’héritage linguistique et sa place dans les transformations socioculturelles et identitaires en Afrique du Nord : regards croisés
  • Femmes, culture et patrimoine dans le monde amazigh

En marge de la rencontre, un appel solennel à une « Alliance pour construire le patrimoine commun amazigh » sera lu dans une déclaration officielle lors de l’ouverture de la conférence le mardi 22 novembre dans l’après-midi. Cet appel développe 22 points et recommandations adressées à plusieurs parties prenantes comme les États où la langue amazighe est parlée, mais aussi à l’UNESCO et au Patrimoine mondial de cette institution demandant « la promotion de la création d’un réseau d’experts du patrimoine amazigh afin d’améliorer la connectivité entre ceux qui travaillent dans ces domaines, y compris le développement d’analyses comparatives comme partie des études thématiques », la promotion de projets de recherche et de formation transnationaux sur le patrimoine et la culture amazighe, mais aussi à l’UNESCO d’appuyer la création d’une plateforme intersectorielle pour le développement en commun d’une initiative pour la défense du patrimoine culturel amazigh en synergie avec toutes les conventions et programmes pertinents de l’UNESCO.

L’appel s’adresse également aux États, comme parties concernées en leur demandant d’

  • Identifier et préparer les inventaires des valeurs des biens et des sites associés au patrimoine naturel et culturel amazigh, y compris les paysages culturels ;
  • De proposer de nouvelles candidatures à la Liste du patrimoine mondial associées à ce patrimoine ou ajouter de nouveaux critères pour les biens existants, fondées sur les valeurs associées et basées sur des recherches rigoureuses et des études comparatives afin de garantir l’établissement correct de la Valeur Universelle Exceptionnelle potentielle;
  • Préparer des inventaires du patrimoine culturel immatériel présent sur chaque territoire et les mettre à jour régulièrement ;
  • Proposer de nouvelles inscriptions sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité et sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente ;
  • Prendre les mesures additionnelles pour incorporer, dans les sites considérés, des politiques basées sur une perspective de développement durable dans le cadre de l’application de la Convention du patrimoine mondial et sur la mitigation des effets du changement climatique, conformément aux politiques pertinentes du Comité du patrimoine mondial ;
  • Soutenir les usages pertinents des sites en donnant priorité aux expressions culturelles fragiles et à la promotion des usages durables tels que le tourisme responsable et son intégration dans la vie de la communauté, principalement dans les lieux vulnérables;
  • Développer la connaissance des valeurs de la culture amazighe et les faire connaitre en utilisant les outils multimédias pour décrire ses valeurs de manière accessible, conformément aux critères établis dans la Charte de Londres pour la visualisation numérique du patrimoine culturel (2008) ;

Enfin, sur le point précis de la toponymie amazighe, l’appel, s’adressant à la Conférence des Nations unies sur la Normalisation des Noms Géographiques, exhorte le Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques (GENUNG) à créer une nouvelle division ou groupe de travail sur les langues amazighes et la standardisation des noms géographiques locaux associés à cette culture en tentant compte de sa condition particulière de langues réparties dans un vaste espace géographique et dans plusieurs pays.

Les travaux de la conférence sont coordonnées par un groupe composé par Cipriano Marin (coordinateur du dossier « Risco Caído et Montagnes sacrées de Grande Canaire);  José de León Hernández (Archéologue et directeur du projet Patrimoine Mondial de Risco Caido et Montagnes Sacrées de Grande Canarie), Jorge Onrubia-Pintado (Université de Castilla-La Mancha), Mohand Tilmatine (Université de Cadiz) et Tassadit Yacine (EHESS, France).

Plus d’information sur le programme du congrès et les conférences peuvent être consultées et suivies en ligne sous le lien suivant :

http://www.ixjornadasriscoamazigh.com/

ARTICLES SIMILAIRES

3 Commentaires

  1. Quoi dire si ce n’est excellent !
    Les bonne initiatives sont tellement rares que l’on a oublié ce qu’est le commentaire constructif.
    Cette démarche citoyenne, car elle émane de personnes engagées dans la culture amazighe, est en phase à ce que sont l’amazighité – citoyenneté : ces initiatives structurantes ne peuvent venir des Etats, du moins pas des Etats nord africains. Et c’est sans surprise que cela vienne des Iles Canaries qui, elles, font partie de l’Union Européenne.
    Ce n’est pas dénué de sens que les participants institutionnels viennent d’un peu partout, des Canaries, du Maroc, de Tunisie; mais pas d’Algérie. La participation algérienne vient, elle, de la diaspora kabyle. Tout un symbole.

    • les participants algeriens étaient prévus, mais ils n’ont pas eu les autorisations de leur tutelle selon leurs propres termes. Akka i nella.

      • Que les acteurs sur le terrain en Algérie se soient proposés d’eux même ou qu’ils soient invités par les organisateurs, il n’y a pas de doute. Les blocages se trouvent ailleurs.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Les procès de la honte 

Action-Détenus a suivi les procès de la session criminelle judiciaire actuelle, dans lesquels ont été jugés des détenus d'opinion défilant par vagues, ceux dits...

Les plus populaires

Commentaires récents