7 octobre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueDes députés européens à Alger : quid du dossier des libertés ?

Des députés européens à Alger : quid du dossier des libertés ?

Parlementaires de l'UE

Une délégation de députés européens était mardi à Alger. Aucune information n’a filtré sur une éventuelle évocation du si sensible dossier des violations des droits de l’homme. 

Cette délégation, conduite par Andrea Cozzolino, président de la Délégation pour les relations avec les pays du Maghreb et l’Union du Maghreb et coprésident de la Commission parlementaire mixte (CPM) « Algérie-Union européenne, avait parlé avec les officiels algériens de développement, de croissance, d’échange… Mais point des droits de l’homme et de la question des libertés bafouée dans le pays.

Question de souveraineté, pourraient s’indigner courageusement les deux parties, confortablement repliés derrière ce pseudo-droit de ne pas s’immiscer dans les affaires du pays. Et pourtant, la question mérite toute l’attention. Les libertés sont bafouées. Et les espaces politiques et médiatiques sont des champs de ruines. L’équipe au pouvoir a démonté tous les acquis démocratiques qui faisaient la fierté et la singularité de l’Algérie.

Andrea Cozzolino a soutenu que l’Algérie « est un pays pivot dans la région qui a un rôle important dans le maintien de la paix et de la stabilité », d’où la nécessité, a-t-il dit, « d’élaborer un programme de coopération solide entre l’Algérie et l’UE ». Mieux encore, il appelle à un dialogue franc sur les questions de migrations, sécuritaire et de pollution.

- Advertisement -

Quid des droits de l’homme et des libertés ? A croire que seuls les intérêts propres de l’UE intéressent ces parlementaires. Pourtant ils ne doivent pas ignorer que tout est lié. Que s’il y a émigration c’est que la situation politique et économique de l’Algérie n’est pas si reluisante que le soutiennent avec morgue les porte-voix du régime.

Les parlementaires de l’UE, habituellement chatouilleux concernant les violations des droits de l’homme dans certains pays, comme l’Iran, la Russie… ont-ils délibérément fermé les yeux pour ce qui est de l’Algérie ? Ou ont-ils été empêchés par exemple de rencontrer les familles de détenus d’opinion, voire des défenseurs des droits humains ?

L’Algérie qui a récemment renvoyé aux calendes grecques la visite du rapporteur spécial sur la liberté à l’ONU est la meilleure preuve que les autorités ont beaucoup à cacher sur la question des droits de l’homme.

L.M.

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Compter encore et encore sur les autres ,revient à compter sur inch’Allah n’est ce pas ?
    Demandez vous plutôt si ce ne sont pas les opposants au régime mafieux qui sont sur la table et ce pour plusieurs raisons dont
    1/ les européens sont avides plus que jamais de Gaz et de pétrole .
    2/ les dirigeants Algériens ne seront jamais à même de défendre pleinement les intérêts de notre pays en raison de leur illégitimité et du nombre de casseroles qu’ils trainent si bien que les européens les laissent faire (Ils font grossir les dossiers des incultes histoire de les tenir un peu plus) car il ne faut jamais acculer …Ainsi ils peuvent continuer à sucer notre moelle tranquillement …
    Toufik KLOUL

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Lazhar Zouaïmia réagit à sa lourde condamnation à la prison

Lazhar Zouaïmia, ancien détenu d’opinion, libéré suite à des pressions canadiennes et vivant au Canada, a été condamné arbitrairement par contumace à 5 ans...

Les plus populaires

Commentaires récents