31 janvier 2023
spot_img
AccueilCommuniquéDétenus politiques, économie,... ce qu'a dit Tebboune

Détenus politiques, économie,… ce qu’a dit Tebboune

 

Abdelmadjid Tebboune a accueilli des journalistes triés sur le volet pour lui donner un change plutôt bien maîtrisé. Tebboune déroule sa vulgate sans contradicteurs. Aisance et complaisance étaient au rendez-vous. Nous vous livrons le compte rendu de l’APS.

« Nous cherchons effectivement à construire une démocratie responsable et non une démocratie de façade qui, en son sein, n’est qu’une république bananière », a indiqué le Président Tebboune lors de son entrevue périodique avec des représentants de la presse nationale.

La démocratie est, selon le chef de l’Etat, « une école où ceux qui en ont tiré des enseignements vivent confortablement », car c’est « une affaire sociétale et non une affaire propre au pouvoir ».

Saluant « l’esprit patriotique » qui anime la jeunesse algérienne, d’ailleurs reconnu par le monde entier, le président de la République a appelé les Algériens à se hisser « au niveau de cette grande nation » et à « s’unir », car considérant que « la force est dans l’unité et non dans la division ».

- Advertisement -

Dans ce sens, il a mis en garde contre cette minorité qui vit à l’étranger, qui ignore les évolutions que connaît le pays, et donc, se livre « aux injures et outrages pour des raisons plutôt psychologiques que politiques, moyennant souvent des sommes d’argent ».

Ces voix « n’attenteront jamais à la stabilité du pays, car l’Algérie a jeté les bases d’une voie correcte pour reconstruire la démocratie et les structures des institutions étatiques », a-t-il assuré.

Il faudra pour ce faire « renforcer » l’opinion publique et faire entendre la voix des représentants du peuple à travers les diverses institutions, telles que « l’Assemblée populaire nationale (APN), l’Observatoire national de la société civile (ONSC), le Conseil supérieur de la jeunesse (CSJ) ou encore les assemblées locales APC/APW », a souligné le Président Tebboune.

D’aucuns ont tenté d’appliquer en Algérie des politiques pratiquées dans d’autres pays, sauf que l’Algérie est un pays différent, a-t-il expliqué, rappelant que l’armée algérienne est « populaire au sens propre du terme, et chaque famille possède un membre au sein de cette institution ».

Et de saluer, par la même, le grand développement de l’armée algérienne en matière de formation.

Par ailleurs, le chef de l’Etat a affirmé que la liberté d’expression est « garantie » pour tous, conformément aux principes stipulés dans la Constitution, sans que cela signifie « autoriser de semer le désordre, créer le chaos et porter atteinte à la sécurité publique ».

C’est dire que « la construction de la démocratie passe par une liberté d’expression réelle et responsable et non par une liberté de sabotage ou d’injure », souligne le chef de l’Etat.

Tebboune a qualifié, dans ce sens, les assertions sur de prétendues restrictions imposées aux partis politiques de l’opposition d' »insensées », relevant que les autorités n’ont rien à tirer de pareilles démarches.

Répondant à certaines critiques infondées, le président de la République a indiqué que des parties « insultent et nous construisons ». Ces mêmes parties « demandent de l’argent que nous accordons aux jeunes », a-t-il dit, formant le vœu de voir les mesures prises satisfaire les jeunes.

Parmi ces mesures, le chef de l’Etat a cité l’allocation chômage qui sera versée « à partir de mars prochain sous forme de présalaire de 13.000 Da au profit de 620.000 chômeurs inscrits auprès des bureaux de l’emploi », outre la baisse de l’impôt sur le revenu global (IRG) appliquée dès janvier 2022, une baisse qui a contribué à « augmenter les salaires de 14 à 16% ».

Répression et harcèlement judiciaire : la liste des détenus politiques s’allonge

Autre mesure prise pour améliorer le pouvoir d’achat du citoyen, le Président Tebboune a évoqué l’autorisation des producteurs de pâtes alimentaires à acquérir les céréales auprès de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) à des prix subventionnés, d’où la réduction des prix des pâtes alimentaires de 50%.

Il s’agit aussi de l’impôt sur l’activité des boulangers qui concernera uniquement les bénéfices à compter de fin mars prochain.

Mohamed Benchicou : deux ou trois choses que je retiens de 2021

L’économie nationale ne restera plus dépendante des cours du pétrole

Au volet économique, le président de la République a affirmé que « l’économie nationale avançait vers l’augmentation de la production nationale et ne restera plus dépendante des cours du pétrole ».

Relevant que les réserves de change sont établies actuellement à 44 milliards de dollars, le Président Tebboune a estimé que la tension sur certains produits de première nécessité était plutôt liée à un aspect « comportemental » de la part des citoyens, relevant que ce n’est pas un problème d’approvisionnement ou de production.

Il a annoncé, par ailleurs, que le dossier des véhicules sera tranché « avant la fin du premier trimestre de 2022 ».

Le chef de l’Etat a affirmé, dans un autre registre, que l’évaluation de la performance du gouvernement, du travail des walis et même des ambassadeurs était effectuée « de manière continue », soulignant qu’en cas d’erreurs graves, la question sera tranchée « immédiatement ».

Il a indiqué que « la vitesse vertigineuse » dans le traitement des différents dossiers avait retardé ses visites dans certaines wilayas du pays, mettant en avant l’importance de la « communication avec le citoyen qui s’attend à plus qu’une visite, il attend la prospérité du pays ».

Le Président de la République a annoncé, à cet égard, des « programmes complémentaires » au profit des wilayas accusant un retard en termes de développement.

Abordant les questions internationales, le Président Tebboune a annoncé la tenue du prochain Sommet arabe pour « le dernier trimestre » de 2022, formant le vœu de voir ce Sommet sanctionné par des résultats positifs.

S’agissant des relations avec la France, le chef de l’Etat a fait état d’un « dégel » dans ces relations, soulignant que l’Algérie est un « pays incontournable pour l’Afrique et une puissance africaine avérée ».

Lettre ouverte aux procureurs et aux juges de la République : libérez les détenus d’opinion

Interrogé sur les relations algéro-marocaines, le Président Tebboune a affirmé que les choses avec le Maroc « n’ont pas changé, depuis le début de la crise, pis, elles se sont aggravées », relevant que Rabat, soutenu par l’entité sioniste, se sert d’un appareil de propagande et de fake-news contre l’Algérie. Avec APS

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les 20 monnaies africaines les moins performantes sur la décennie 2013-2022

Vingt monnaies africaines ont connu une baisse d’au moins 50 % de leur valeur face au dollar américain sur la période 2013-2022, dont trois...

Les plus populaires

Commentaires récents