https://linebetslots.com/en/mobile
4 mars 2024
spot_img
AccueilIdéeÉlisabeth Borne et le gamin surdoué

Élisabeth Borne et le gamin surdoué

Il y a des situations où la dignité et la responsabilité vous obligent à un effort surhumain. Car l’exercice traditionnel de la passation de pouvoir entre le (la) Premier ministre et le successeur l’exige à un niveau des plus difficiles à atteindre.

Voilà une Première ministre qui a fait le boulot le plus difficile de la république, que l’on soit de son bord politique ou non. Elle a eu une carrière des plus brillantes et s’est hissée au sommet avec force et détermination en faisant preuve d’abnégation au travail et de compétences incontestables. Elle est congédiée à la face du monde alors qu’elle n’avait pas souhaité son départ.

Mais elle savait, dès la première montée des marches de Matignon, qu’un jour elle affronterait l’exercice le plus difficile de sa vie. Il est arrivé par la dernière descente de ces mêmes escaliers.

Tous l’ont connu, tous l’appréhendaient mais certains plus que d’autres. Bien que cela soit prestigieux et honorable, elle retournera sur les bancs de l’Assemblée, une députée parmi cinq cent soixante-seize autres.

- Advertisement -

Pompidou disait que lors de la première montée des escaliers de Matignon on pense déjà à ceux de l’Elysée. Elle savait qu’elle ne pourrait avoir cette ambition sans parcours politique avec une épaisseur suffisante.

Alors Élisabeth a dû passer la demi-heure la plus humiliante de sa vie. Face à un gamin qu’elle avait dirigé de sa haute fonction et à qui elle est obligée de rendre hommage pour une place qui était la sienne.

Tous ont connu ce terrible moment mais peu ont eu à le faire avec un jeune homme qui a encore l’âge des sorties entre copains. Il était près d’elle, sage et silencieux, comme à une cérémonie où la Proviseure remet le diplôme au jeune surdoué de l’établissement.

Que cela doit être difficile. Imaginez un seul instant ce qu’elle a dû penser et combien elle a dû faire d’effort pour ne pas dire la réelle pensée qu’il est inévitable d’avoir en ces moments.

La situation est déjà rageante lorsqu’il s’agit de laisser une telle place au pouvoir à l’un de vos ennemis, celui que vous détestez, celui qui n’a eu de cesse de vous signifier que son seul objectif était de devenir vizir à la place du vizir.

C’est infiniment plus difficile et humiliant lorsque vous êtes confronté au gamin de l’équipe, ce jeune homme qui baissait la tête et parlait avec déférence lorsqu’il entrait dans le bureau.

Voilà ce que j’ai vu et ressenti lorsque cette scène s’est déroulée dans la cour de Matignon. En pareilles circonstances je ne peux jamais m’empêcher d’avoir ce sentiment. Mais ceux d’hier avaient des sous-titres avec de gros caractères et un micro dans les pensées.

On me dit que le gamin est surdoué. Des surdoués à cet âge, la France en collectionne. Elisabeth Borne en a connu des tas qui étaient dans ses différents cabinets. C’est d’ailleurs l’un des premiers endroits où se bousculent les surdoués de la fonction publique, destinés aux grandes carrières.

Elle savait que le gamin n’était dans cette position que par le fait d’avoir eu le bon flair de suivre le bon cheval à un moment où personne ne se doutait encore qu’il allait devenir Président de la république. Ce qui est d’ailleurs légitime et honorable si l’opinion politique est sincère.

France : Borne démissionne, Attal pressenti à la tête du gouvernement

Ma pensée est celle de celui qui ne s’élève pas au niveau du véritable enjeu et qui juge la cérémonie au ras du sol ?

Au contraire, je me suis élevé au niveau de l’être humain car cette cérémonie n’est pas la vérité politique, elle est une épreuve humaine.

Nul article de la constitution n’oblige à faire passer sous les fourches caudines une personnalité humiliée. Un simple communiqué aurait suffi avec une passation de pouvoirs dans l’intimité des murs de Matignon.

La république a tellement d’autres occasions cérémonielles qui ont du sens, pourquoi en rajouter avec celles qui n’ont aucun rapport avec elle.

Boumédiene Sid Lakhdar, enseignant retraité

4 Commentaires

  1. Allons ! Allons ! J’allais presque compatir pour l’Enseignant , qu’on a jeté à l’intrite complètement obsolescent, si je n’avais pas vu d’autres quitter le trône autrement. Comment sont partis Saddam, Kadhafi, Marie Antoinette qui elle fut très digne devant l’échafaud.

    Bien sûr la cérémonie de passation du relais fut un tantinet macabre, bien sûr qu’E.Borne aurait pu faire mine de faire tomber le relais avec rage et laisser Attal le ramasser, Bien sûr qu’elle aurait pu cracher dessus avant de le lui passer, bien sûr qu’elle aurait pu refuser de venir à cette cérémonie et lui envoyer le relais par la poste , bien sûr … . M’enfin ! Tout le monde ne sait pas partir comme le loup de la fable !

    Mais delà à élever la Première ministre si haut et à descendre son successeur si bas il n’y amounavi pas qu’un peu d’exagération. D’autres plus éminents sont passés par là et n’ont pas dit que ce fut le moment le plus exaltant de leur vie.

    Moua c’est la sobriété de cette cérémonie qui m’a frappé, le réalisateur aurait pu insister sur le tintement des casseroles que la Première ministre traînait et sur les crocs acérés de son successeur.

    Le reste n’est que formalités !

  2. Vous rigolez ou quoi? Pour moi et pas mal de monde, c’est le tout contraire qui s’est passe’. On dirait que vous n’avez jamais ete’ chef-de-projet, encore moins chef d’entreprise. Le Macron a ete formatte’ chez McKinsey&Co. Formatte’ pas comme endoctrine’ mais initie’ a la methode. Il y a des mondes ou tout est projet. La France entiere incluant les 2 quinquenats individuellement et les 2 d’un trait, c’est projet sur projet. C’est probablement le meme formattage ou un similaire qu’a recu l’Attal aussi. Alors, si vous voulez comprendre l’atmosphere et la dynamique dans ce jeu de chaises, il faut comprendre les regles et surtout l’esprit du jeu. A commencer par un agenda. Passer de l’agenda politique a l’agenda executif, c.a.d. traduire cela en projets, petits, grands, mega, moyens, etc. Et c’est la que ca se passe… Y en a qui presentent des approaches, methodes et autre, et ficelent bien leur contributions et il y en a qui n’arrivent pas a suivre le rythme. Il y en a qui y passent leurs nuits et week-ends, et il y en a qui vont a la messe… En fait, ce changement de roles meme, est probablement prevu… c.a.d. on essaye comme-ci et si telle x ne se produit pas, on vire vire vers y. Et sans etat d’ame, quand on passe de la methode x a y, le changement s’oppere necessairement. C.a.d. c’est la methode « Dog Food ! » – Bref, ton approach reussit tu reussit et si ca coule, tu coules avec. La Mme semble mieux taille’e a faire le tour des campagnes et a serrer les mains des vieux retraite’s chaleureusement et avec plein de compassion, croissants, champignons, blablasions, etc. Donnez-lui 4 ans et vous allez voir. Il va faire de la france, la poule -> Le France, le cook !!! oops, je voulais dire el-khokh…
    Les etat d’ame? Ca sera pour les memoires… car il faudra remplir la retraite.
    Bonne journee.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici