30 novembre 2022
spot_img
Accueil360°Est-ce la fin de l'Etat "social" ?

Est-ce la fin de l’Etat « social » ?

DECRYPTAGE

Est-ce la fin de l’Etat « social » ?

La paupérisation risque de conduire à des manifestations qui n’auront rien avoir avec celles pacifiques du Hirak

L’article 187 du projet de la loi de finances 2022 est officiellement voté à la majorité, le 17 novembre dernier, par les députés de l’APN. Cet article permet de lever les subventions sociales sur les produits de première nécessité, financées depuis longtemps par l’Etat.

Un véritable virage historique, opéré sans aucun débat de fond ni éclaircissement conséquent sur les mécanismes qui seront mis en place pour gérer cette suppression des transferts sociaux. Il s’agit, en effet, d’un budget annuel évalué entre 14 et 17 milliards de dollars, grâce auquel les Algériens consomment à des prix abordables 12 produits de large consommation, à savoir : le pain, le semoule, la farine, le lait en sachet, l’huile de soja, l’eau potable, essence, diesel, GPL, gaz butane, électricité et gaz de ville.

Vu les coûts de revient très élevés de ces produis-là, l’Etat dans le souci de garantir la paix sociale, a décidé de soutenir les prix. C’est l’héritage du fameux Etat-providence. Toutefois, du jour au lendemain et sans aucune consultation préalable de l’opinion publique, les subventions généralisées des produits de base sont supprimées. L’argument avancé par l’exécutif :  ces subventions-là ne bénéficient pas aux nécessiteux.

- Advertisement -

Mais y a-t-il eu une préparation des masses, au moins sur le plan psychologique, à cette nouvelle reconfiguration du champ socio-économique du pays ? En d’autres termes, quelle sera l’alternative qui permettra désormais aux plus précaires des Algériens de continuer à consommer du lait, du pain ou de l’électricité à des prix qui sont à leur portée ? Se contentant uniquement de formuler des promesses pour rassurer la base populaire abandonnée à son triste sort, nos officiels semblent naviguer à vue dans un brouillard de confusions.

Quel sera, par exemple, le futur prix de la baguette du pain, vendue durant de nombreuses années, au prix subventionné de 10 dinars ? Personne ne le sait !

Et quel sera le nouveau prix du sachet de lait vendu, jusque-là, à 25 D ? Personne ne le sait non plus ! 

Pour le moment, seul un comité de pilotage interministériel a travaillé depuis 2020 sur la question d’un mécanisme qui viendra remplacer les subventions généralisées.

L’exécutif espère mettre en place, paraît-il, un dispositif qui consiste à procéder au versement d’une compensation pécuniaire proportionnelle pour les revenus mensuels inférieurs à 120.000 dinars.

En gros, les citoyens qui touchent moins de 120 000 dinars par mois, percevront à partir de 2022 des compensations financières pour se procurer les 12 produits de base qui seront commercialisés à leurs véritables prix.

Le problème, la levée de ces subventions-là intervient dans un contexte de grave crise économique.  Supprimer les transferts sociaux en laissant la population livrée à elle-même, ne revient-il pas à condamner  cette dernière à une paupérisation généralisée? Et puis, quelles seront les économies que l’exécutif va réellement engranger s’il redistribue les 14 milliards de dollars, dépensés annuellement jusque-là pour les subventions, au profit des 11,3 millions de travailleurs algériens ?

Dans un pays où la culture des statistiques et de la prospective est absente, un pareil ,remodelage de la carte économique est un pas dangereux. Le flou est partout et le risque est gros de voir la stabilité du pays sapée par cette nouvelle mesure « anti-populaire ». 

Auteur
Kamal Guerroua

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Plus de 14 quintaux de kif saisis par l’ANP à l’ouest du pays

Des tentatives d'introduction de plus de 14 quintaux de kif traité via les frontières avec le Maroc ont été mises en échec par des...

Les plus populaires

Commentaires récents