21 avril 2024
spot_img
Accueil360°France : quand les JT du 20h zappent la guerre à Gaza

France : quand les JT du 20h zappent la guerre à Gaza

Gaza
Insoutenable est le sort fait aux Palestiniens de Gaza.

Le massacre du 7 octobre et le début d’une nouvelle guerre dans la bande de Gaza ont créé une onde de choc médiatique planétaire. Pourtant, après 150 jours de guerre et plus de 30 500 morts, la couverture médiatique s’est réduite sur le petit écran des Français comme peau de chagrin.

La guerre qui ensanglante Gaza avec ses plus de 30 000 morts, ses milliers de blessés et son impact sur tout le Moyen-Orient intéresse qu’épisodiquement les médias français. Le 7 octobre, en quelques minutes, la guerre en Ukraine avait disparu des médias. Pour un instant seulement. À la différence de la guerre en Ukraine qui depuis février 2022 conserve une part importante dans le paysage audiovisuel français, la guerre qui se déroule dans la bande de Gaza semble tombée aux oubliettes, principalement à la télévision, alors que le conflit se durcit chaque jour un peu plus et que le bilan des morts ne cesse de croître.

« Il y a une invisibilisation des Palestiniens, et de manière générale une invisibilisation de l’ensemble du conflit, très mal traité ou peu traité. C’est un vrai manquement au devoir d’information, tout simplement. C’est une catastrophe, un naufrage. » Le constat de Célia Chirol est sans appel. Doctorante et chercheuse en anthropologie des médias, elle est la première à s’être penchée sur la couverture médiatique de la guerre à la télévision française lors de la grand’messe du 20h sur les chaînes traditionnelles que sont TF1, France 2 et M6, soit 12,5 millions de téléspectateurs au total. À l’origine, une interrogation : pourquoi aucun JT n’a relaté l’audience historique de la CIJ ? « Sur les 20 JT analysés du 8 au 14 janvier, seulement 29 secondes de temps d’antenne ont été consacrées à Gaza et au sort des Palestiniens. Plus en détails, cela donne 5 secondes pour TF1, 10 secondes pour M6 et 14 secondes pour France 2. » Et encore, en fin de journaux et après les affres d’Alain Delon ou le dernier clip de Jennifer Lopez.

L’émission Arrêt sur images a de son côté pris la suite des travaux de Célia Chirol pour un constat identique : du 4 au 15 février durant les JT de 13 h et de 20 h de TF1 et de France 2, « le sort des Gazaouis ne fait l’objet d’aucune séquence dédiée, que ce soit avec un reportage ou en plateau. Et aucun journal, d’aucune chaîne, n’a indiqué sur cette période de bilan chiffré du nombre total de morts à Gaza (…) À l’inverse, les otages israéliens, ainsi que les annonces de l’État hébreu, bénéficient d’une couverture médiatique. »

« Cela peut sembler au premier abord paradoxal, mais les silences font partie du bruit médiatique, et s’intéresser à ce qui est tu, n’a pas moins d’intérêt que s’intéresser à ce qui est dit », analyse de son côté l’observatoire des médias Acrimed qui note « le processus d’invisibilisation de la petite bande côtière assiégée et bombardée et, plus globalement, des Palestiniens ».

- Advertisement -

Une lassitude du public ?

« Lorsqu’un événement, y compris un événement très fort, se produit, même s’il se prolonge, il y a toujours un phénomène qui conduit à une espèce d’épuisement. C’est un phénomène assez classique qu’on retrouve particulièrement dans les situations de guerre ou de crise », analyse Jean-Marie Charon, sociologue spécialisé dans les médias. Pourtant, la guerre en Ukraine continue d’être traitée, voire d’être au centre de la ligne éditorial du média, comme à LCI. Certains invoquent le fait que le public français se sent plus impliqué dans ce conflit, parce que plus proche de lui. « D’autres rétorqueront que les États-Unis, dont les chaînes françaises parlent énormément, sont géographiquement plus éloignés que le Proche-Orient… », nuance le sociologue.

Pour Jean-Marie Charon, un autre élément est également à prendre en compte : le conflit israélo-palestinien, qui date depuis bien avant le 7 octobre, parce qu’il est trop compliqué à comprendre par le public, parce qu’il dure depuis trop longtemps et qu’il semble sans issue, ne préoccupe plus. « Je pense qu’il y a quelque chose qui se surajoute dans la question de la région et de Gaza : un phénomène de complexité. C’est incontestablement, si on compare là encore avec l’Ukraine, beaucoup plus complexe à analyser. Il y a à la fois des aspects historiques, des aspects liés à des cultures différentes, des aspects liés à des contextes politiques, etc. Donc là, il y a tous ces éléments qui sont perçus comme des éléments de complexification et qui là aussi peuvent amener à dire : « On ne va pas y revenir sans arrêt, de toute façon le public trouve que c’est trop compliqué ». »

En 2015 déjà, Acrimed parlait du traitement du conflit israélo-palestinien en le comparant au « syndrome de Tom et Jerry » : « [Le spectateur] ne sait pas pourquoi ces deux-là se détestent, on ne lui a jamais expliqué pourquoi Tom et Jerry ne peuvent pas parvenir à une trêve durable, voire une paix définitive. […] Il devra se contenter d’une couverture médiatique qui se focalise sur la succession des événements, sans s’interroger sur les causes profondes ou sur les dynamiques à long ou moyen terme. »

Gaza, le point de non-retour pour l’Occident

Depuis une vingtaine d’années, les études, dont celle menée par La revue des médias, montrent en effet que la couverture du conflit israélo-palestinien est en baisse. Charles Enderlin, correspondant de France 2 en Israël entre 1981 et 2015, avançait en 2021 quelques explications : l’impression, chez les directeurs de rédaction, « que le conflit israélo-palestinien a perdu de son importance », la « crainte de se retrouver face à des réactions extrêmes, de la part des deux camps ». Et La revue des médias de rappeler les pressions infructueuses exercées par l’ambassade d’Israël, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) ou le Consistoire central israélite, pour empêcher la diffusion, en 2018, du reportage d’Envoyé spécial (France 2), Gaza, une jeunesse estropiée.

Un sujet brûlant

Célia Chirol y voit aussi le fait que le sujet, en France, soit tabou et exacerbe les tensions. « Il y a aussi une autocensure de la part des médias, parce que ce conflit-là, au-delà de la complexité qu’on veut lui donner, et qui en fait n’est pas si complexe que ça, est un sujet trop « touchy » [sensible]. Il y a toujours les risques d’être accusé de ceci ou de cela… Voir par exemple l’affaire du journaliste de TV5 Monde Mohamed Kaci lors d’une interview avec un porte-parole de l’armée israélienne. 

Pascal Boniface, chercheur à l’Iris, résume la couverture médiatique du conflit israélo-palestinien en quelques mots : « La France est dans le camp occidental, et Israël en fait partie ; et cela se voit sur le plan médiatique ». Chaque mot et chaque terme employé sont scrutés à la loupe, les acteurs de la propagande, des deux côtés, étant prompts à faire feu de tout bois.

Dès lors, pour suivre en temps réel la guerre dans la bande de Gaza, les Français doivent se tourner vers les télés étrangères ou ayant une visée internationale qui, elles, ont conservé leur couverture de la tragédie qui se déroule en direct sur BBC, CNN, France 24 ou Al-Jazeera qui couvre le conflit en temps réel 24h/24.

Traiter le conflit israélo-palestinien en France n’est pas une mince affaire, mais en dehors de la télévision, la presse écrite et les radios ainsi que leurs sites internet continuent de couvrir, à des degrés divers et bien moins que les premières semaines qui ont suivi le 7 octobre, les événements dans la bande de Gaza – et en Cisjordanie occupée – en tentant de se tenir au plus près des faits et de garder la neutralité dont doit faire preuve le métier.

Autre difficulté, dans la bande de Gaza, les journalistes sont aussi les victimes et les cibles – plus de cent parmi eux ont été tués depuis le 7 octobre, tous Palestiniens – et Israël interdit aux médias étrangers de se rendre sur le terrain, une première dans un conflit armé.

Le drame survenu à Gaza jeudi 29 février lors d’une distribution humanitaire qui a fait quelque 700 blessés et 110 morts selon le Hamas (« Plusieurs dizaines de victimes » selon l’armée israélienne), a subitement ramené la guerre à Gaza à la Une des titres des JT. Un peu comme si la guerre à Gaza selon les JT était en pointillés. Peut-être le signe d’un format d’information datant de l’ORTF et aujourd’hui devenu obsolète, à l’heure des réseaux sociaux et du tout-digital. Pour autant, le traitement de l’information sur la guerre que mène l’armée israélienne à Gaza reste équivoque.

N’a-t-on pas vu, aux lendemains des attaques du 7 octobre, des émissions censurées par certaines radios publiques juste parce que l’invité défendait une ligne franchement pro-palestinienne et ne répond pas au narratif que voulaient imprimer beaucoup de médias à ce conflit qui remonte au milieu du XXe siècle ? Il en est de même des manifestations pro-palestiniennes souvent oubliées par les médias français.

LM./Rfi

4 Commentaires

  1. Et puis?
    Au fait que rapporte votre rapporteur extraordinaire? Et combien de chat sont sans abrit en AlKharia? Une photo d’un hamassi qui bat une vieille dame de 91 ans, ou un fidele d’allah qui tue un gamin de moins de 5ans, et toutes les scenes similaires… ca ne doit pas vous manques, si? Il y en aurait au 200 000 de telles scenes rien qu’en alKharia achabia adimokhratiya. Ca serait plus demonstratif. Sinon, allez, prenez un selfie, ca expliquerait ce que les Medias (Francais a l’evidence) que vous semblez critiquer, a basse voix of course, ont compris aussi. Je pense plutot qu’ils ont compris que c’est moins cher, moins risque’, plus confortable de prendre des photos que les VRAIS MEDIA et JOURNALISTES prennent sur place, c.a.d. la ou ca se passe.
    Quand a l’interet en ce qui se passe en Amerique, vous n’avez qu’a mettre un Camembert dans vos souliers et vous comprendrez qu’ils ne sont pas betes. Ils ont compris et appris(de vous biensur).

  2. La seule question qui vaille, est : Qui à déclenché la guerre pour stopper la normalisation ?
    Pour le reste Israël se défend.
    Pendant que les kharabes regardent ailleurs,au moins la France leurs envoie des vivres.
    Que ceux qui font commerce des conflits, que leurs frères kharabes aillent les défendre. Ne demandez pas aux occidentaux de défendre ceux qui font des attentats chez eux.

  3. Y’a pas qu’en France qu’ils font ça meme ici au Canada c’est le meme constat. quand ils en parle ils le fond à des heures tardives de manieres à ce su’ils ne puissent touche qu’une infime frange de la societe et puis c’est ausdi ça la desinformation.

  4. Tous les médias maghrebins ne parlent pas de la guerre aux Yémen et ses 377 000 morts. Sans compter les conséquences du blocus saoudien. Conséquences : 23 millions nécessiteux !
    Comme c’est entre musulmans, c’est tolérable !
    Concernant les Ouïghours, il ne faut pas froisser le grand ami de l’Algérie ! les robingha, les chrétiens d’Orient et d’Afrique… C’est pinuts !
    De toute façon, la propagande algérienne se limite aux sahraoui et palestiniens !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents