13 avril 2024
spot_img
AccueilMondeFrappes israéliennes sur Gaza, combats autour des hôpitaux

Frappes israéliennes sur Gaza, combats autour des hôpitaux

Gaza
Plus de 32000 Palestiniens tués par l’armée israélienne.

D’intenses bombardements israéliens ont fait mercredi des dizaines de morts à travers la bande de Gaza, assiégée et menacée de famine, où les combats entre l’armée et le Hamas se poursuivent aux abords de plusieurs grands hôpitaux.

La guerre qui fait rage depuis le 7 octobre entre Israël et le mouvement Hamas ne connaît aucun répit dans le territoire palestinien, où 76 personnes ont été tuées en 24 heures, selon le ministère de la Santé du Hamas. Plus de 32 000 Palestiniens sont tués par l’armée israélienne.

Une boule de feu a illuminé le ciel nocturne au-dessus de Rafah après une frappe aérienne sur cette ville du sud de Gaza où sont massés un million et demi de Palestiniens, selon l’ONU, en majorité des déplacés qui vivent sous la menace d’une offensive terrestre annoncée par Israël.

Que risquent les soldats franco-israéliens engagés dans la guerre à Gaza ?

Au matin, des nuages de fumée s’élevaient dans le ciel après des bombardements au-dessus de Rafah, et au-dessus d’une autre zone densément peuplée dans le nord du territoire, selon des images de l’AFP.

- Advertisement -

« Des gens étaient assis et tout à coup, des débris ont envahi l’endroit. Ils ont échappé à la mort pour l’affronter ici », a témoigné Moussa Dahir, rescapé d’une frappe qui a tué ses parents et détruit sa maison à Rafah.

L’armée « n’a pas pu lancer d’opération terrestre à Rafah, alors elle a décidé de s’en prendre aux civils dans leurs maisons », a-t-il ajouté.

Les opérations militaires israéliennes se poursuivent pendant ce temps dans et aux abords de trois grands hôpitaux du territoire, où se cachent des combattants du Hamas, selon Israël.

L’armée a annoncé mercredi continuer son opération commencée le 18 mars dans le grand complexe hospitalier al-Chifa de la ville de Gaza, dans le nord, affirmant avoir tué jusqu’à présent « des dizaines de terroristes », en avoir arrêté « des centaines » et avoir découvert des armes. Des centaines d’habitants ont fui le quartier depuis une semaine.

Des points noirs dans le ciel

Les opérations militaires continuent aussi à Khan Younès, dans le sud, dans le secteur de deux hôpitaux distants d’environ un kilomètre, Nasser et al-Amal, a ajouté l’armée.

L’hôpital al-Amal est « hors service » et « a cessé de fonctionner complètement », avait indiqué mardi le Croissant-rouge palestinien après l’évacuation des civils qui s’y trouvaient.

Selon le Croissant-rouge, des milliers de civils se trouvaient encore mardi dans l’hôpital Nasser encerclé par des dizaines de chars et de blindés. L’armée a indiqué mercredi à l’AFP que les soldats n’étaient pas entrés « à l’intérieur de l’hôpital ».

L’Egypte, les Emirats arabes unis, l’Allemagne et l’Espagne ont parachuté mercredi de nouvelles cargaisons de vivres pour venir en aide aux plus de 300.000 personnes restées dans le nord de la bande de Gaza, où les camions entrés par le sud arrivent très difficilement.

Le Hamas avait appelé les pays étrangers à cesser ces opérations et demandé l’ouverture des accès terrestres pour l’aide humanitaire, strictement contrôlée par Israël, après avoir annoncé la mort lundi de 18 personnes, dont 12 noyées en essayant de récupérer de la nourriture tombée dans la mer.

Au sol, les habitants guettent chaque jour les points noirs dans le ciel et se précipitent quand les parachutes atterrissent, se bousculant et se battant même.

« Quand les parachutes sont tombés à l’eau, de jeunes hommes et de jeunes garçons ont commencé à patauger dans leur direction. Et malheureusement certains ne sont pas revenus », a raconté à l’AFP Ouday Nassar, témoin du drame de lundi sur la plage d’al-Soudanyia, au nord de la ville de Gaza.

Appel au monde

La guerre a éclaté le 7 octobre quand des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza ont mené une attaque sans précédent dans le sud d’Israël qui a entraîné la mort d’au moins 1.160 personnes, essentiellement des civils, selon un décompte de l’AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

D’après Israël, environ 250 personnes ont été enlevées et 130 d’entre elles sont toujours otages à Gaza, dont 34 seraient mortes.

Israël a réagi au plus haut niveau mercredi après des révélations d’agressions sexuelles subies par une ex-otage du Hamas, Amit Soussana, pendant sa captivité de 55 jours.

Le porte-parole de l’armée, le contre-amiral Daniel Hagari, a appelé « le monde à agir » et faire « tout pour libérer nos otages », après la publication dans le New York Times d’une interview de cette avocate de 40 ans.

En représailles à cette attaque qui a traumatisé le pays, Israël a juré de détruire le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, qu’il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l’Union européenne. Son armée a lancé une offensive dans la bande de Gaza qui a fait jusqu’à présent 32.490 morts, majoritairement des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.

« Ramenez-les à la maison »

Le Qatar, pays médiateur avec les Etats-Unis et l’Egypte, a affirmé mardi que les négociations indirectes entre le Hamas et Israël pour une trêve associée à un échange d’otages et de prisonniers palestiniens se poursuivaient, malgré les obstacles.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté lundi une résolution restée sans effet appelant à un « cessez-le-feu immédiat ». Les Etats-Unis, qui ont durci le ton envers Israël face aux lourdes pertes civiles, se sont abstenus.

A Tel-Aviv, des familles d’otages ont manifesté mardi soir pour exhorter le gouvernement israélien à conclure un accord.

« Assez de s’occuper des petits détails! Mettez-vous au travail et ramenez-les à la maison maintenant! », a déclaré Ayala Metzger, la belle-fille de Yoram Metzger, un otage du Hamas.

La guerre dans la bande de Gaza s’accompagne d’une flambée de violence à la frontière israélo-libanaise.

Le Hezbollah libanais, allié du Hamas, a annoncé mercredi avoir tiré des roquettes sur le nord d’Israël, où les services de secours israéliens ont fait état d’un mort, en représailles à un bombardement imputé à l’armée israélienne qui a tué sept secouristes dans un village frontalier.

Avec AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents