14 avril 2024
spot_img
AccueilChroniqueLa mal vie en Algérie

La mal vie en Algérie

Pénurie

Certains disent que c’est dû à la conjoncture mondiale, d’autres l’attribuent à la issaba (le gang) système et il y a ceux qui affirment que nous serions tous coupables.

Il y a du vrai dans tout ça et cela aggrave la mal vie, la morosité sous le soleil de janvier.
La viande vient d’être augmentée de 400 dinars en attendant de s’envoler pour le ramadan tandis que le poisson est réservé aux riches.
Les boulangers veulent augmenter le prix de la baguette et menacent de faire grève, les fruits et légumes affichent des prix prohibitifs et l’assiette dans les gargotes sont à un dixième du smig.
Surtout, il faut éviter de tomber malade en DZ car il faut de la maarifa pour avoir accès aux examens médicaux dans le secteur public ou être fortuné pour avoir recours au privé.
L’exemple de l’escroquerie médicale nous vient de la fumeuse clinique des rameaux à Bejaia qui raque les patients pour des soins et examens aléatoires. Des gardes malade qui pallient l’absence de soignants doivent débourser cinq mille dinars jour et on ose vous facturer les flacons de sang fournis par la famille du malade.
L’école n’est pas à l’abri de la spéculation généralisée. Des enseignants qui n’en ont que le nom préfèrent donner des cours payants dans des garages à leurs propres élèves de l’enseignement public et ainsi favoriser par le fric leurs résultats scolaires. Ouzid Ouzid….
La mal vie en Algérie est le résultat, me dit on, de la clochardisation des esprits, du règne de l’argent roi, de la corruption déculpabilisée… Et je ne vous parle pas de la maffia du foncier, de l’urbanisme débridé, des passes droits, des ordures parsemées, des rues défoncées, du vieux bâti en dégradation avancée, de la tchippa institutionnalisée dans l’administration, de la dépravation des mœurs, etc
Je suis venu, j’ai vu et entendu et j’ai enfin compris que l’on paye pour mettre sa vie en danger fi babor ellouh pour une harga.
Said Yahia Chérif

2 Commentaires

  1. moi je croyais que l’Algérie était une démocratie populaire avec l’instruction et la santé gratuites, avec une économie contrôlée par l’État donc à l’abri des spéculateurs!! min al chaab! illal chaab! pas de très riches ni de très pauvres!

  2. Ce qui manque en Algérie c’est le sens moral et de l’intérêt général ce sont deux notions presque totalement absentes de l’esprit de nombreux algériens dans toutes les couche de la société, d’où viens cet esprit amoral ? L’abus de pouvoir est érigé en norme.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents