13 août 2022
spot_img
AccueilIdéeLa résilience de l'économie russe impacte celle du monde

La résilience de l’économie russe impacte celle du monde

Guerre en Ukraine

Si Henry A. Kissinger, le fameux négociateur sur le proche Orient lors du premier choc pétrolier de 1973, réputé par sa politique de « petits pas » pour passer de « la diplomatie immobile » à celle « de la navette », recommande aujourd’hui à l’Ukraine de « céder une partie de son territoire pour arrêter la guerre en cours», et le chef de la diplomatie française il y a  moins de deux semaine Yves Le Drian, quant à lui prône la négociation avec Vladimir Poutine jusqu’à  ce qu’il se rende compte «du prix à payer».

C’est que le conflit russo-ukrainien n’est pas prêt de trouver son issue voilà plus de 93 jours. Ce que le Pentagone prévoyait comme conséquence des sanctions prises contre la Russie, celle de voir son économie revenir aux années  d’avant-Poutine avec une récession de – 10% en 2022, n’est en fait qu’un vœu pieu qui ne se réalisera pas de sitôt. 

Tout porte à croire que le paquet de sanctions est devenu au fil du temps contre-productif. Comment ? Rappelons que la plus supposée frappante des sanctions est celle qui a touché la banque centrale russe dont les conséquences ont été le « gel » de plus de 300 milliards de dollars de réserves de change de la Russie Fédérale. 

La  Russie avait été bloquée pour commercer  la technologie de pointe, les équipements de l’industrie énergétique et de  technologies aérospatiales.  Même si de nombreux pays européens, ne voulaient pas en arriver là de part leur dépendance du pétrole russe, les Etats Unis ont interdit quant à eux les importations du pétrole brut russe, du gaz, du charbon , des produits pétroliers et de tout autre produit énergétiques en «provenance » de la Russie. 

- Advertisement -

L’Union européenne (UE) qui n’a pas réussi à trouver un consensus entre ses membres sur cette question que certains d’entre eux ont considéré comme « une ligne rouge » à ne pas dépasser, a réussi tout de même à «s’engager » pour bloquer le charbon russe. 

Il faut souligner par ailleurs que de nombreuses entreprises internationales n’ont pas réussi à survivre en Russie à  cette rafle de sanction entre autres : McDonald’s, Coca –Cola, Apple et surtout le géant BP ont arrêté leurs activités voire même quitté la Russie. Au début du mois de mars de l’année en cours, le rouble russe devait perdre près de 50% de sa valeur par rapport au dollar, la bourse de Moscou a mis la clé sous le paillasson. Cette valse de sanctions avait donné  justement l’impression à l’Occident  d’enrayer les efforts  économiques  de la Russie pour  créer une explosion sociale dans ce pays qui fera réfléchir les responsables de cette invasion.

Il se trouve justement que la contre offensive dont le paiement des produits autorisés d’être exportés en rouble a fait qu’aujourd’hui sa monnaie est revenu bien au- dessus  des niveaux d’avant le 24 février laissant les observateurs s’interroger justement sur cette résilience inattendue. 

Pourtant les stratèges du Pentagone savent bien que la Russie dispose d’au moins quatre moyens de pression dont elle détient la position unique dans le continent européen et à travers la mer noire la sécurité alimentaire de nombreux pays, ce sont par ordre d’importance croissante : le gaz, le pétrole brut, le charbon et le blé. C’est dans ce cadre justement que la Russie est restée à flot en réalisant un excédent commercial jamais atteint par le passé grâce au niveau des prix de l’énergie durant cette période. 

La relation que la Russie a tissée avec la Chine et l’Inde lui ont assuré l’affluence de la devise étrangère pour un risque de l’éventualité d’insolvabilité. En somme, la résilience aux sanctions des Etats Unis et de l’UE en 2014 lors de l’annexion de la Crimée par la Fédération de Russie, ce pays s’était préparé pour créer dit-on « une forteresse économique » qui lui permettra de tenir tête à toutes les sanctions possibles et imaginables par la nomination ne serait-ce  de la gouverneure de la Banque Centrale Russe  (BCR)  Elvira Nabioullina qui a tout prévu et bataillé pour le maintien du rouble  plaque dorsale de l’économie russe. 

Quatre jours après l’invasion de l’Ukraine, cette femme de métier a fait passer le taux d’intérêt de 9,5% à 20% pour « faire face à toutes les secousses déclenchées par les sanctions occidentales. » Selon les chiffres divulgués par le Kremlin, cette politique a pu permettre d’accumuler près de 640 milliards de dollars de réserves d’or et de devise étrangères pour contrer  toutes les sanctions. 

Ceci, sans compter la solidarité interne qui oblige les exportateurs russes à convertir 80% de leurs recettes en devises fortes en roubles et limiter à 10 000 dollars le retrait de leur compte en devises, ce qu’un autre pays européen ou un gouvernorat américain ne pourra instituer même en état de guerre.

 En tout cas, le Conseil mondial de l’énergie vient de tirer la sonnette d’alarme sur une récession éminente dans le monde à cause des produits raffinés qui servent de feedstock dont les « prix deviennent inabordable »            

Rabah Reghis

ARTICLES SIMILAIRES

4 Commentaires

  1. Ce qu’il faut surtout relever, c’est l’effet boomerang de la riposte intelligente et sophistiquée de la Banque Centrale de Russie, qui a immédiatement annulé les effets dévastateurs annoncés du paquet de sanctions financières, monétaires et commerciales occidentales (saisies des avoirs russes en dollars et en euro et exclusion du système Swift en particulier), tout en replaçant la Russie à l’offensive dans la guerre monétaire, dont la victime principale est, à ce stade, l’Union Européenne qui a vu sa monnaie, l’euro, chuter lourdement, à la fois face au dollar US et face au rouble! «Tel est pris qui croyait prendre», pour rappeler la morale de Jean de La Fontaine dans sa fable «Le rat et l’huitre»! Bruno Lemaire aurait dû prendre soin de réfléchir à deux fois, avant de claironner la destruction massive prochaine de l’économie russe.
    Si la bataille est loin d’être terminée, on peut d’ores et déjà constater l’amorce de profonds bouleversements.
    Sur le plan monétaire :
    • En s’associant au blocage des avoirs russes libellés en euros, la BCE vient d’anéantir le crédit, déjà modeste, de l’euro en tant que monnaie de réserve et de règlements internationaux ;
    • La décision étatsunienne de saisir, une fois de trop, des avoirs étrangers libellés dans sa monnaie, vient de sonner le glas de l’hégémonie du dollar en tant que monnaie à la fois de réserve et de règlements internationaux.
    Sur le plan de l’énergie :
    Si l’intérêt des Etats-Unis à trouver un déversoir à leur pétrole et à leur gaz de schiste est compréhensible, en revanche, la décision de l’Union Européenne de s’approvisionner en gaz russe, avant même d’être assurée de trouver ailleurs, au même prix, les quantités correspondant à ses besoins, l’est beaucoup moins. C’est plutôt une aubaine pour la Chine, l’Inde et les nombreux pays en besoin d’approvisionnement en gaz et en pétrole à des prix avantageux et, pour la Chine et l’Inde, de régler leurs importations d’énergie en Yuans et en Roupies!
    Sur le plan de la reconfiguration des alliances :
    En dépit du matraquage médiatique, l’alignement de la Finlande et de la Suède derrière la bannière étoilée ne fait qu’officialiser l’appartenance de fait de ces pays à l’alliance atlantique depuis des lustres. En revanche, le bilan de l’évolution du rapport des forces à l’échelle mondiale est sans appel : les politiques, belliciste des États-Unis, et de gribouille de l’Union Européenne, ont eu pour effet de souder durablement l’alliance sino-russe, ouvrant à la Chine, l’autre ennemi désigné des yankees, l’accès aux immenses ressources de la Sibérie et de l’Arctique. Sans oublier le reflux inexorable de l’influence occidentale en Afrique, en Asie, y compris au Moyen et au Proche orient, et en Amérique Latine.
    J’ajoute que l’Occident apprendras, plus vite qu’il ne pense, et à ses dépens, que le reste du Monde ne supporte plus, ni sa politique de sanctions ad nauseam, ni sa prétention à imposer l’exterritorialité de ses normes, de ses lois et règlements internes.

    • Chacun aura compris qu’il s’agit de la décision de l’Union Européenne de cesser de s’approvisionner en gaz russe…

    • Lire : « la décision de l’Union Européenne se cesser de s’approvisionner en gaz et en pétrole russes… »

  2. La résilience de l’économie russe dites vous. Moua je dirais la résilence de l’économie européenne à l’effet boomerang.

    Mais la résilience est une réaction naturelle et mécanique à une situation imposée. Les sanctions ont-elle forcé l’Iran et la Corée à abdiquer ? Bien au contraire. Surtout quand les sanctions impactent des millions de gens qui n’ont rien à voir avec le conflit et se retournent aussi contre les sanctionneurs.

    En effet, La guerre collatérale déclenchée par l’Occident contre la Russie révèle les limites des sanctions brandies contre la Russie et prépare la Chine à les contrer. Celle-ci qui est la cible collatérale pour l’instant est en vérité la principale pour l’Occident qui expérimente son coup d’après. Mais l’occident n’est pas le seul à tirer les leçons.

    Il semble que les amerloques et l’Europe ont oublié l’autre monde dont ils se soucie comme de leurs dernières guignes pour se ménager leur démesuré égo. Mais si celui-ci, impuissant, encaisse sans rien dire avec une indicible rancoeur il y a non seulement la Chine mais l’Inde qui ont compris que la manoeuvre occidentale n’est pas tant de protéger l’Ukraine mais d’empêcher l’essor de ces grandes puissances.

    Que feront-ils pour entraver la suprématie économique technologique et par conséquent l’hégémonie future de la Chine ? Et pire encore , si celle-ci fait bloc avec l’Inde , la Russie, le Brésil, l’Iran, et la Turquie qui ne manquera pas de les rallier pour se venger de sa mise à l’écart de l’UE?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Attaque à Tessit au Mali : 42 soldats tués

Quarante-deux soldats maliens ont été tués dimanche lors de l'attaque attribuée aux jihadistes dans la ville de Tessit, située dans la zone dite des...

Les plus populaires

Commentaires récents