4 février 2023
spot_img
Accueil360°La Vie, miracle sur Terre ou banalité dans l’Univers ?

La Vie, miracle sur Terre ou banalité dans l’Univers ?

Image par Reimund Bertrams de Pixabay

Découvrir une quelconque trace de vie ailleurs dans l’univers constitue l’un des plus grands défis scientifiques du 21e siècle. Retour sur l’état actuel des avancées cosmologiques.

Même si la Terre occupe une position singulière qui la démarque de la plupart des autres planètes du système solaire, cette singularité s’étend bien au-delà de son orbite.

Les dernières analyses provenant de la sonde Discovery relatent une histoire géologique de Mars qui porte à croire que des conditions quasi-identiques à celles de la Terre y régnaient, il y a 4 milliards d’années. Avec de l’eau en surface et une atmosphère qui contenait de l’Oxygène.

Il semble que cet environnement atmosphérique initial propice à la vie telle qu’elle est apparue sur Terre quasiment au même instant cosmologique, a été entièrement détruit à la suite d’une collision avec un astéroïde de la taille de Pluton. Ce choc est à l’origine du bouleversement subi par cette petite voisine et qui a fait diverger son évolution de celui de sa grande sœur, la Terre.

- Advertisement -

Il y a un autre facteur, tout aussi important, qui participe à l’équilibre géospatiale de notre planète. Il s’agit de la ceinture d’astéroïdes qui se situe entre les orbites de Mars et de Jupiter et qui abrite plusieurs centaines de milliers d’objets dont la taille varie du grain de poussière aux planétoïdes de quelques centaines de kilomètres.

Cette ceinture est maintenue sur une orbite éloignée de celle de la Terre grâce au puissant champ gravitationnel de Jupiter auquel sont soumis ces objets, réduisant ainsi la fréquence de chocs dangereux avec notre planète.

Ce qui n’empêche pas des astéroïdes de suivre parfois des trajectoires dirigées sur la Terre lors de chocs aléatoires entre les blocs de cette ceinture. L’un des plus grands et derniers astéroïdes à être passé par là, lequel est à l’origine de l’extinction des dinosaures, remonte à 70 millions d’années. Quant aux petites météorites, il en arrive souvent sur nous, mais grâce aux frottements et chocs thermiques avec l’atmosphère, ils se désagrègent en pluie de poussière, heureusement inoffensive dans la plupart des cas.

Certains cortèges planétaires observés ailleurs dans la voie lactée font ressortir la présence de planètes gazeuses géantes, comme Jupiter, et des planètes rocheuses comme la nôtre. Comment dès lors ne pas se laisser envahir par le sentiment que les choses ont bien pu évoluer dans ces espaces lointains de la même façon que dans notre système solaire ?

Insistons, néanmoins, sur le fait que malgré le foisonnement de nouvelles découvertes qui nous parviennent du ciel en permanence, celle d’une vie extra-terrestre reste à confirmer. Mais gageons que sous peu, nous saurons, car nous aurons très certainement, avec le télescope James Webb, certaines réponses aux questions que l’homme se pose depuis qu’il scrute et questionne le ciel, certains y voyant des signes de la grandeur de Jésus, de Vishnu ou d’Allah, d’autres un défi à la curiosité et aux défis humains. Défis qui poussent l’homme à aller toujours plus loin afin de comprendre et tenter d’apaiser l’exaspération de ne pas savoir pourquoi, comment et que fait-il là, à ainsi voguer dans cet espace démesuré, avec pour seul abris ce petit caillou perdu dans un univers infini.

Caillou dont il ne maitrise ni la route ni la destinée, bien qu’il s’entête depuis la nuit des temps à s’inventer, afin de soulager ses peurs, ses angoisses et autres anxiétés, un maître à bord, des codes pour s’y rapprocher, des textes et des guides pour façonner sa triste destinée. Ce maître c’est Lui, le sublimé, le vénéré, l’inventé, le créateur créé, par d’aucuns confisqué, avec lequel sa petite créature joue à un jeu de « maître-esclave » sordide.

Un jeu infantile qui consiste en une surenchère de prosternations et d’invocations tout aussi stériles les unes que les autres. Ce maître des vastes cieux et de la minuscule Terre auquel on attribue tant de méfaits, de folies et de messages grotesques, comme celui qui annonce à sa « créature préférée » que la Vie ici-bas n’est que tests et épreuves à traverser avant de mériter l’éden au trépas. Ressuscitée, elle pourrait alors réaliser ce rêve absurde et insensé, jouir d’une deuxième Vie, où tout n’est que plaisir et « Rumba », pour l’éternité. Sacré programme !

Au vu des chiffres précédents, comment peut-on raisonnablement ne pas se laisser emporter, voire posséder, au sens mystique du terme, par une forte conviction que la Vie doit bel et bien exister ailleurs dans l’univers ?  Se contenter de, et souscrire à, l’idée que la vie s’est développée uniquement sur notre planète, c’est comme admettre la possibilité insensée que les océans auraient pu tout autant abriter comme seule et unique créature un minuscule têtard à la place de ces centaines de milliers d’espèces qui s’y développent depuis des millions d’années.

En termes de statistiques, il y une chance sur 14millions d’empocher le gros lot du loto en alignant la combinaison des 6 numéros de la combinaison convoitée. Si l’on extrapole cette probabilité aux 60 milliards d’exoplanètes de notre seule Galaxie on trouve plus de 4000 planètes gagnantes dans ce jeu de hasard qui ne laisse guère de place à un déterminisme absolu quant à l’éclosion et le développement de la vie ici et ailleurs !

Et ce nombre est ridiculement bas ! Extrapolé à toutes les galaxies ce nombre, basé sur des statistiques de loterie à 6 chiffres sur 49, le plus minimal que l’on puisse accepter atteindrait des milliers de billions ou, si vous préférez, des millions de milliards !!!

Loin des fallacieux et charlatanesques paradis promis, trouver des signes de Vie ailleurs représente un espoir concret et sensé qui ne relève point du domaine du farfelu, celui d’assurer la survie de l’espèce humaine. Cette créature unique que dame nature a mis des millions d’années à façonner.

Voyager un jour vers les étoiles permettra, très certainement, à l’homme d’échapper à une extinction inéluctable sur Terre. Et n’est-ce pas là, pour notre espèce, une promesse empreinte de sagacité ? Un ticket gagnant pour Le Grand Voyage vers l’immortalité ? Une clé magique pour accéder aux portes de cette éternité tant désirée ?

Kacem Madani

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

CHAN-2022 : Algérie-Sénégal, une finale alléchante

La sélection sénégalaise des joueurs locaux s'est qualifiée en finale du Championnat d'Afrique des nations de football (CHAN-2022), en dominant son homologue malgache (1-0),...

Les plus populaires

Commentaires récents