14 avril 2024
spot_img
Accueil360°La wilaya de Batna gravement touchée par les cancers

La wilaya de Batna gravement touchée par les cancers

Journée nationale sur la nutrition et la sécurité alimentaire 

La wilaya de Batna gravement touchée par les cancers

Les conclusions de la  première journée nationale sur la nutrition et la sécurité alimentaire qui a eu lieu en dimanche à l’université islamique Hadj-Lakhdar sont glaçantes. Le professeur Mohamed Melizi a indiqué au Matin d’Algérie, que cette première journée nationale est destinée à tracer les grandes lignes d’un consensus et les bases d’une nouvelle approche réfléchie en ce qui concerne le contrôle de la qualité des aliments, procédés des transformations des aliments et enfin la nutrition et bio ressources alimentaires.

Des efforts considérables ont été concentrés dans ce domaine. Cependant, le développement démographique et les besoins grandissants n’ont point permis d’atteindre les objectifs prévus de l’autosuffisance alimentaire. Au contraire, la dépendance alimentaire de l’étranger s’est accentuée et s’est même aggravée par le changement des habitudes alimentaires des Algériens, ce qui conduit a une importation massive ou la facture alimentaire annuelle avoisine les dix milliards de dollars américains. Vue la dépendance à 100% de l’étranger pour certaines denrées, la sécurité alimentaire de notre société est compromise de deux manières estiment les spécialistes : la sécurité de disponibilité des aliments suffisants quantitativement et la seconde concerne la qualité des aliments, une qualité nutritive et en qualité physicochimique et microbiologique, afin de permettre une sécurité alimentaire relative .

Selon le prof Melizi, il est demandé de faire des efforts tout d’abord  dans la production des aliments et en deuxième lieu, dans le contrôle des qualités des denrées alimentaires surtout ceux provenant de l’importation a indiqué le professeur Melizi M. Interrogé par le Matin d’Algérie sur la  thématique de la rencontre, le docteur Reddah Samir et le docteur Mohammedi Soraya, présidente de l’Association de protection et Orientation du consommateur et son environnement. (APOCE) ont expliqué que la wilaya de Batna fait partie des wilayas (pour ne pas dire la première) la  plus touchée par les maladies cancérigènes notamment le cancer (estomac, foie, côlon, intestin). Ceci est généralement provoqué par la présence des produits cancérigènes qui ont un pouvoir cancérigène à effet cumulatif dans notre alimentation quotidienne.

- Advertisement -

Cette alimentation devrait être contrôlée sur les taux du gras,mais malheureusement certaines pratiques irresponsables de la part de producteurs (acteurs-utilisateurs) dans la filière (viande blanche, viande rouge, œufs, laits et dérivés, miel (abeille indicateur d’un environnement pollué) font beaucoup de dégâts. Ces pseudo-producteurs ne respectent aucune règle de prudence en matière d’utilisation de médicaments, voire de produits chimiques. Que cela soit en dosages ou délais d’attente – à savoir que l’attente est le délai nécessaire pour que l’animal élimine en totalité les résidus médicamenteux de son corps -. Exemple ? Le lait est considéré comme une voie d’élimination de ces résidus sachant que ni la pasteurisation ni la stérilisation n’élimine ces résidus de ces denrées, notamment pour d’autres denrées d’origine animal.

Les spécialistes tirent la sonnette d’alarme

75 % de maladies humaines sont d’origine animale, a-t-on appris auprès de la même source. De ce fait, “nous souhaitons que les services concernés, tels que, la santé vétérinaire, service Epidémiologie, le CHU entre autres, prennent davantage leurs responsabilités afin de protéger au maximum le consommateur ; à commencer par une action pluridisciplinaire pour mettre en place un système de surveillance efficace et rapide pour la résolution des problèmes cités et surtout pour la protection des consommateurs.

De ce fait des recommandations à ce sujet ont été données par Melizi Mohamed, à commencer par la nécessité d’une coopération entre l’institut des sciences vétérinaires et agronomiques et l’agence pluridisciplinaire pour la surveillance des aliments. Doter la législation de loi dans les  contrôles alimentaires. Valoriser des bio-ressources des produits locaux. L’intégration des techniques physiques et microscopiques dans le contrôle alimentaire. Et enfin, associer les laboratoires de recherches scientifiques aux services des contrôles de qualités.

Auteur
Abdelmadjid Benyahia

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents