18 août 2022
spot_img
AccueilA la uneL'Algérie, ce pays des mirages linguistiques

L’Algérie, ce pays des mirages linguistiques

Après s’être attaqué au drapeau amazigh et ses symboles, le régime s’en prend à la langue française.

En racontant des salades, certains gens se disant « spécialistes » croient pouvoir duper tout le monde. Je fais allusion, bien entendu, à ceux qui s’efforcent d’angliciser le système éducatif algérien, mais à des fins proprement politiciennes. Autrement dit, il veulent attaquer la langue française à travers la langue anglaise, après avoir échoué à « arabiser » le système éducatif.

L’idée est certes belle, introduire l’anglais dans le primaire pour permettre à l’élève d’être en phase avec le monde de la science, de la modernité et de la technologie. Mais si l’on peut être d’accord sur le principe, il n’en reste pas moins que la finalité d’un tel choix soit contesté. Car, d’abord, sur le plan technique, je pense que le problème du système éducatif algérien n’est pas linguistique, mais structurel, c’est-à-dire il se situe au niveau des programmes, du contenu des programmes, de la défaillance des « compétences » formatrices, en matière d’encadrement, du surpeuplement des classes, de revendications salariales ou socio-pédagogiques non satisfaites, etc. Et puis, depuis des décennies, il y a incohérence de stratégie d’apprentissage.

Exemple, un ingénieur de maintenance ou de génie civil qui se retrouve, chômage oblige, à enseigner la langue arabe ou française au primaire, ou les mathématiques pour les élèves du CEM.

C’est vrai qu’il est ingénieur de formation, mais techniquement il n’a pas de compétence ni en didactique ni en psychologie d’enseignement, pour transmettre du savoir à l’élève-apprenti. Résultat, des milliers d’élèves sont désorientés, détruits, rendus sans avenir. L’école s’est transformée en machine de « gavage » des esprits, de saturation des cerveaux et de « répétition ennuyeuse’ des contenus pédagogiques médiocrement transmis. Dans nations développées, je prends la France pour modèle (le pays le plus proche de nous), il est plus facile d’être prof d’université qu’un maître au collège. Mais pourquoi? Parce que, tout simplement, les Français savent que l’élève est une « feuille vierge » qu’on peut remplir à notre guise et qu’à la moindre erreur d’apprentissage, on détruit toute une société.

Au sortir de la guerre de libération, les autorités officielles ont cru utile de remplacer le français par l’arabe, pour des considérations « souverainistes ». La langue de l’ennemi d’hier ne devrait jamais, selon elles, être celle du pays nouvellement indépendant. Or, mal préparée sur tous les plans, l’Algérie a payé le prix fort de son amateurisme linguistique.

- Advertisement -

L’arabisation du système éducatif à cadence forcée depuis les années 1980, fut un total fiasco dans la mesure où elle a été menée de manière « irréfléchie » , »revancharde » , et « haineuse » et contre la langue française que Kateb Yacine considère comme « un butin de guerre » et contre l’identité nationale plurielle du pays dont la dimension amazighe a été outrancièrement effacée par les tenants de l’arabo-bâathisme. L’instrumentalisation de cette idéologie d’emprunt fut, à vrai dire, le début de nos malheurs en Algérie.

Or, la langue n’est pas une garantie de développement ni d’évolution des sociétés. C’est un mensonge de dire que je peux avancer en français mieux qu’en arabe, ou en anglais mieux qu’en français, etc, dans tel ou autre domaine.

Le problème n’est pas dans la langue elle-même mais dans l’esprit que l’on insuffle à cette langue. Si je commence à arabiser par exemple les études de médecine, alors que le monde entier les « latinise », les anglicise » les « francise » pour plus de productivité et d’efficacité. Ici, je trouverai de sérieux soucis, car cela ne marche pas avec le marché du travail dont les attentes ne correspondent pas à mon offre.

Dans le cas contraire, c’est le contenu de mon apprentissage qui vaille, peu importe la langue d’enseignement avec quoi je l’ai appris. La plupart des Portugais, des Italiens, des Français, des Belges que j’avais pu croiser dans mon parcours sont nuls en anglais, mais n’en restent pas moins des génies dans leur domaines et parfois mondialement connus. Si je parle anglais, français ou allemand ou je ne sais pas quoi, cela ne fera pas de moi un génie d’office, ou un être nécessairement développé.

Ce serait un plus dans mon C.V, c’est tout. Ce qui importe sont mes connaissances, mes compétences, ma méthodologie du travail, ma didactique de transmission des idées, mon ouverture sur le monde. Toutes ces considérations-là m’amènent à dire, que cette décision d’angliciser l’enseignement sera un échec cuisant à rajouter à nos échecs successifs depuis l’indépendance. Sauvons nos enfants et les générations montantes du naufrage programmé! C’est une urgence.

Kamal Guerroua

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Plus d’importations des semences maraîchères à partir de 2023

Le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane, a annoncé l'arrêt, dès l'année prochaine, de l'importation des semences maraîchères. La valeur totale des importations du secteur...

Les plus populaires

Commentaires récents