today-is-a-good-day
27 février 2024
spot_img
AccueilIdéeL’Algérie, une tour de Babel en délabrement 

L’Algérie, une tour de Babel en délabrement 

L’enfant passe sa journée à l’école et dans la salle de classe, c’est indéniable qu’il apprend l’arabe classique et qu’il la maîtrise dans ses fondamentaux. Voilà qu’à la récréation, curieusement, il dit à son camarade « Aomar, aâtini el balone ».

Puis il retourne en classe retrouver l’autre langue, dans ses savoirs, son écriture de droite à gauche et son histoire. Et quand retentit la sonnerie de la libération, il dit  spontanément à son parent qui l’attend « rani ji3ane ».

Voilà des journalistes qui s’expriment à l’écran dans un langage et une tonalité qui ferait réagir ma grand-mère s’il elle était encore vivante « Des Egyptiens sont recrutés à la télévision ? ».

Puis, dès que l’antenne est coupée, instinctivement le ou la journaliste s’adresse au technicien « Ya khouya, la lumière, ça va pas, rak tdir n’importe quoi ! ».

- Advertisement -

Le monsieur est assis sur une terrasse d’un café, le journal en langue arabe ouvert entre ses deux mains, il appelle le serveur et lui dit «Hamza, jibli coucacoula ».

Et nos amis berbérophones qui cumulent le tout et écoutent cela avec la hauteur millénaire. Il est indéniable que c’est la langue originelle et qu’ils supportent l’encombrement par rajout de la langue arabe classique. .

Ce drame est l’un des sujets qui me tourmentent le plus et qui n’est pas prêt de se refermer dans la blessure faite à notre adolescence, pourtant prometteuse à l’époque. Ils nous avaient dit qu’ils allaient nous remettre dans le droit chemin de nos racines perdues. Franchement, on aurait dû prendre un GPS, c’était plus sûr d’y arriver.

Comment qualifier une langue qui ne s’utilise pas dans le quotidien d’une population ? Moi, je l’appelle une langue morte car elle aura le même destin à long terme que celui du latin. Les érudits et les ecclésiastiques (qui étaient pour une grande part les mêmes) s’exprimaient, écrivaient et dirigeaient le culte en latin, une langue que personne ne pouvait utiliser dans le quotidien. Elle est morte.

J’avais eu le plaisir en 2020 d’être publié dans ces mêmes colonnes pour un article titré « L’arabe classique est une langue morte ».

Mais ce n’est pas tout, voilà que le gouvernement algérien veut que l’anglais s’étudie à l’université. Alors je m’étais dit que cela était étonnant d’être annoncé comme nouveau puisque le renforcement de la pratique en anglais s’est toujours fait à l’université. Non, m’a-t-on répondu, l’anglais devra être plus que cela, soit une langue des apprentissages académiques du cycle universitaire.

L’enfant à la récréation devra donc dire « Omar, take me the ball », la journaliste à la télévision « good morning, I will tell you the news » et notre brave lecteur sur la terrasse du café « Please, Hamza, one Coke ! ».  Mais il y a toujours des irréductibles de la langue française, les « comme il a dit, lui ! ».

C’est un désastre, une catastrophe, un crime intentionnel que cette tchekchouka des langues. Une langue, c’est la base communicationnelle de tout, elle est le support écrit et oral d’une civilisation qui crée, communique et transmet. Qu’adviendra-t-il de l’Algérie dans le demi-siècle qui arrive ?

“who knows” me diront l’universitaire et la présentatrice, « allah âalem » me dira le copain de Aomar et « tzagat ! » me répliquera ce brave lecteur au journal ouvert sur la terrasse, avec un couka coula.

Et pour finir ma défunte grand-mère dira avec malice de là-haut « vous avez noué le nœud avec vos mains, défaites-le avec vos dents ». Quant à moi, je n’ai pas de solution, j’ai assez souffert dans l’adolescence avec cette grande plaisanterie pour avoir encore la force d’en donner une au pied de cette tour de Babel effondrée.

À mon âge on commence à préparer ses bagages pour rejoindre la grand-mère. Je l’embrasserai et lui dirai dans la seule langue qu’elle connaisse, que je l’aime car elle est parmi mes vraies racines.

 Boumédiene Sid Lakhdar, enseignant retraité

6 Commentaires

  1. « … Une langue, c’est la base communicationnelle de tout, elle est le support écrit et oral d’une civilisation qui crée, communique et transmet. Qu’adviendra-t-il de l’Algérie dans le demi-siècle qui arrive ?  »

    Sans doute que vous avez parcouru S. Freud. Son enorme merit n’est pas autant dans la science meme, mais dans son attitude et resolution a demonter la culture des siens, a tout renverser sens dessous-dessus. Je vous cite a vous, si n’en avez pas lu un bout, un autre nom et travail. Jacques Lacan. Il explique bien les engrennage entre sentiment et reflection, expressions… la bouillabesse qui nous fait marcher, c.a.d. fonctionner. C’est un vrai miracle que les Algeriens ne sont pas TOUS ET TOUTES FOUS – Fous au sens Psychopates. Bonne lecture, c’est tres complexe.

  2. Histoire vrai .
    C’était à l’époque où, à la télé, on pouvait se permettre de rigoler un petit chouia sans avoir les chocottes. ( On ne peut pas faire mieux pour aggraver son cas n’est ce pas?). C’est passé dans un « bêtisier » de fin d’année. La présentatrice du journal de vingt heures papotait tranquilo avec ses collègues en attendant le passage à l’antenne. Je ne vous fais pas l’offense de vous préciser dans quelle langue. En tous cas, c’est celle que la majorité des téléspectateurs comprennent.
    S’ensuit alors cette scène
    Une voix :
    -Assam3i , raki fl’antenne »!
    Panique à bord! La présentatrice cherche sa feuille sur la table.
    – Warahi el waraka diali?
    Ouf! Elle l’a retrouve.
    Direct antenne
    – Sayidati awanissi sadati massa el khir… »
    s’ensuit le reste dans une langue que…
    Où est le bon sens dans tout ça ?

    Je voudrais au passage vous donner la version de chez nous de la citation de votre vénérable grand mère. Version récoltée pour ma part de ma défunte maman.  » Hadhar kan Thayarssi ithchoudeth soukamouch ikh (ou es yimikh) , out thatafath ara at thafsith es woughlan ikh »
    ( Je laisse le soin à nos spécialistes de nous la transcrire en bon amazigh)
    Ce qui veut dire » Attention à ce que le nœud que tu aurais fait avec ta langue, tu ne puisses le dénouer avec tes dents »

  3. «… elle aura le même destin à long terme que celui du latin. », c’est lui prédire l’immortalité et un avenir radieux. Seule une place centrale de la religion (contraire à la nature car manger, boire, se soigner, … sont en réalité la base de la vie) peut lui permettre un certain sous-vivotage parmi des groupes plus ou moins sectaires.
    Il est donc hasardeux de dire l’arabe aura le destin du latin. En effet celui-ci, le latin, est revisité quotidiennement. Non pas par les perroquets de l’école et de la télé mais par les forces vives scientifiques, de la philosophie, de l’histoire des institutions, des arts, en résumé de tous, de l’esprit, du savoir du monde compte. Il est présent partout même dans le quotidien des gens lambda comme nous. Notre quotidien est truffé d’objets portant des noms latins ou dérivant du latin. Après la téléVISion, les objets électronique qu’on a entre les mains sont codés en BINaire TRADuits en caractères latins. On se déplace en AUTO MOBILes, on utilise des médicaments désignés en latins, faits de plantes ou matière animale de noms scientifiques latins… etc.
    On ne peut pas dire autant de l’arabe classique qui est maintenu sous SERUM, j’ai envie de dire ou d’écrire, lequel sérum est payé par le seul pétrole qui, si ce n’est pas par tarissement pur et simple, ne ramènera bientôt plus de sous payer le sérum.

  4. Ne serait-il pas plutôt un tour dans les abysses en parfait état (pour aller faire la fête avec nos démons) qu' »une tour de Babel en délabrement » ( qui elle avait pour vocation d’aller faire la guerre au dieu du Ciel)

  5. Hier j’ai regarde sur BRTV une emission a la memoire de Mouloud Mammeri; on voit pour la plupart des jeunes femmes et hommes lirent des quotations de livres et des poemes en Kabyle! C’etait tellemnt fluent que je me suis dit  » vous voyez, quand on apprend a l’ecole sa langue maternelle, on l’as parleras tout comme les Francais, les Allemand et les Russes, parlent leur langues repsectives …vite et bien ordonnee !!!! Pas besoin de l’arabe, du francais ou de l’allemand sauf si l’on veut les apprendre come deuxieme langue!

  6. C’est çà la diversité des cultures,vous êtes sûrs d’être compris partout où vous allez. Moi j’aimerais bien parler toutes les langues et tous les dialectes du monde entier; d’ailleurs c’est çà qui fait la force et la supériorité des algériens à l’étranger. Alors svp laissez ce sujet de côté et occupez vous d’autres choses…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici