20 février 2024
spot_img
Accueil360°L'armée américaine bombarde des positions en Syrie et en Irak

L’armée américaine bombarde des positions en Syrie et en Irak

Joe Biden
Joe Biden a autorisé les bombardements en Syrie et Irak.

La Syrie a dénoncé, samedi 3 février, « l’occupation » américaine de certaines parties de son territoire et les bombardements meurtriers dans la nuit, après les frappes de « représailles » menées selon les États-Unis « avec succès » contre des forces d’élite iraniennes et des groupes pro-iraniens en Syrie et en Irak.

Ce sont au moins vingt-trois combattants pro-iraniens qui ont été tués dans l’est de la Syrie lors des bombardements américains, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Des sources sécuritaires ont par ailleurs confirmé à l’AFP des bombardements de positions de groupes armés pro-iraniens dans l’ouest de l’Irak, près de la Syrie. Les États-Unis ont signalé que ces frappes étaient une riposte à l’attaque, le 28 janvier, sur une base en Jordanie qui a coûté la vie à trois militaires américains, attaque attribuée par Washington à des groupes soutenus par l’Iran.

Après ces attaques, Moscou accuse Washington de « semer le chaos ». La diplomatie russe a condamné samedi les frappes de représailles américaines menées en Syrie et en Irak, accusant Washington de croire en « son impunité » et de « semer le chaos et la destruction » au Proche-Orient.

« Nous condamnons fermement ce nouvel acte flagrant d’agression américano-britannique contre des États souverains. Nous nous efforçons d’examiner d’urgence la situation dans le cadre du conseil de Sécurité de l’ONU », a indiqué un communiqué de la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

L’intervention militaire américaine dans la nuit du vendredi 2 au samedi 3 février a duré trente minutes environ et a été « un succès », a indiqué la Maison Blanche, qui a assuré à nouveau ne pas vouloir d’une « guerre » avec l’Iran. Un total de 85 cibles sur sept sites différents (quatre en Syrie et trois en Irak) ont été visées, a indiqué John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

Israël continue de cibler des officiers iraniens en Syrie

- Advertisement -

Ces frappes ont entraîné « la mort d’un certain nombre de civils et de soldats, des blessures chez d’autres et des dégâts importants », a indiqué l’armée syrienne dans un communiqué. « L’occupation de certaines parties du territoire syrien par les forces américaines ne peut plus durer », a-t-elle ajouté, affirmant sa « détermination à libérer l’ensemble du territoire syrien du terrorisme et de l’occupation ».

«Violation de la souveraineté irakienne »

De son côté, le gouvernement irakien a fustigé une « violation de la souveraineté irakienne ». Ces frappes font craindre des « conséquences désastreuses pour la sécurité et la stabilité de l’Irak et de la région », a déclaré un porte-parole militaire du Premier ministre irakien dans un communiqué. La Maison Blanche a assuré que les États-Unis avaient « prévenu le gouvernement irakien avant les frappes ».

L’Iran accuse Israël d’avoir tué un général des Gardiens de la Révolution

L’armée américaine est passée à l’acte peu après le retour solennel aux États-Unis des corps des trois militaires américains tués en Jordanie, auquel a assisté le président Joe Biden. Quelque 900 soldats américains sont déployés en Syrie et 2 500 en Irak voisin dans le cadre d’une coalition internationale antijihadiste créée pour combattre le groupe État islamique lorsque ce dernier contrôlait des pans entiers de territoires syrien et irakien.

Côté iranien, on condamne avec « force » ces bombardements : « L’attaque de la nuit dernière est une action aventureuse et une autre erreur stratégique de la part des Américains, qui n’aura d’autre résultat que d’intensifier les tensions et l’instabilité dans la région », a réagi Nasser Kanani dans un communiqué, sans indiquer si des Iraniens avaient été tués dans ces frappes.

« Notre riposte a commencé aujourd’hui »

L’opération a visé des centres de commandement et de renseignement, ainsi que des infrastructures de stockage de drones et de missiles « qui ont permis les attaques contre les forces américaines et de la coalition », a précisé le Pentagone. « Nous ne voulons plus voir une attaque de plus contre des positions ou des militaires américains dans la région », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche John Kirby. « Notre riposte a commencé aujourd’hui. Elle continuera selon le calendrier et aux endroits que nous déciderons », a par ailleurs indiqué Joe Biden.

Depuis la mi-octobre, plus de 165 frappes de drones et tirs de roquettes ont visé les forces américaines déployées avec la coalition antijihadiste en Irak et en Syrie, mais aucun militaire américain n’avait été tué jusqu’à l’attaque du 28 janvier en Jordanie. « Les États-Unis ne veulent de conflit ni au Moyen-Orient ni ailleurs dans le monde. Mais que ceux qui veulent nous faire du mal le sachent bien: si vous touchez à un Américain, nous répondrons », a indiqué dans un communiqué le président américain.

Avec AFP

1 COMMENTAIRE

  1. Et toute4s les Sourates et zalates du vendredi, le rassul, la rasoulette, omar ibn khorti et meme les anges gabriela et toutes ses copines n’ont rien pu faire. Et pourtant, meme le khomeni dans sa robe de nuit et toutes les generalettes et rboubettes de tout le dit monde arabe portaient leurs lunettes top-gun, made in china.
    Mais que ceux qui veulent nous faire du mal le sachent bien: si vous touchez à un Américain, nous répondrons », a indiqué dans un communiqué le président américain.

    Amen.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici