6 octobre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueLe boycotteur d’élections récidivera-t-il le 23 novembre ?

Le boycotteur d’élections récidivera-t-il le 23 novembre ?

Elections locales

Le boycotteur d’élections récidivera-t-il le 23 novembre ?

Les chefs de partis et les candidats lui font les yeux doux et l’incitent par tous les moyens à aller voter le 23 novembre, mais lui, imperturbable, n’en fait qu’à sa tête ; vous l’avez deviné : il s’agit du boycotteur des élections.

Le boycotteur est convaincu que les prochaines élections locales seront une mascarade, encore une, et il ne veut surtout pas y être associé. Il n’est pas prêt aussi à donner un coup de pouce à des types au comportement louche dont la place est plutôt dans un établissement de rééducation pour adultes.

Sur les affiches placardées un peu partout dans la ville, on trouve de tout : des trabendistes notoires aux abonnés au bureau du procureur de la République territorialement compétent en passant par les vendeurs de matchs de football et de leur âme au diable. D’aucuns ont même réussi à s’imposer tête de liste, en dépit de leurs démêlées avec la justice. Comment ont-ils fait ? Il faut poser la question à Derbal.

- Advertisement -

Il y en a aussi qui ont étonné plus d’un en se portant candidats et en animant la campagne électorale libres de tout engagement, leur ministère de tutelle ayant jugé que leurs candidatures valaient mieux que leur boulot d’enseignants. Heureusement que les médecins, les pilotes de ligne, les conducteurs de trains et autres chauffeurs de bus et de taxis n’ont pas eu le même privilège. Sinon, l’Algérie aurait été  en partie paralysée, dira un brave type connu pour son sens de l’humour.

Mais c’est surtout les discours fades de certains chefs de partis et de leurs candidats qui ont fini par conforter le boycotteur dans son attitude. Quand on entend un Djamel Ould Abbès discourir avec force gestes pour ne rien dire, ou plutôt pour dire des âneries, le boycotteur est plus que convaincu que sa décision de ne pas voter le 23 novembre est salutaire.

Une chose est sûre en tout cas, tous ces candidats ne se bousculent pas au portillon des APC et APW pour le bien -être du citoyen. Il suffit d’ailleurs de se remémorer ce qu’étaient certains anciens maires et ce qu’ils sont devenus, sur le plan matériel s’entent, après seulement un mandat, pour conclure qu’il y a vraiment à boire et à manger dans une APC, voire plus si affinités.

Dans l’attente de voir les heureux élus dans leur costume de maire barré d’une écharpe aux couleurs nationales, gageons que nombre d’entre eux ne termineront pas leur mandat, la justice aura entre-temps sévi, comme lors des mandats précédents.

 

 

Auteur
Ahcène Bettahar

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

France : Alexis Kohler, SG de l’Elysée, mis en examen

Alexis Kohler a été mis en examen le 23 septembre dernier pour « prise illégale d'intérêts », et placé sous le statut de témoin...

Les plus populaires

Commentaires récents