1 octobre 2022
spot_img
AccueilIdéeLe ciel, rêvons-le cet été : les premiers pas de la découverte (Suite)

Le ciel, rêvons-le cet été : les premiers pas de la découverte (Suite)

Saturne

Continuons notre chemin d’initiation et de découverte du ciel. Nous avions abordé quelques considérations générales puis avons exposé l’une des deux connaissances de base, indispensable pour les autres numéros de notre parcours, soit les étoiles.

Les planètes

Nous l’avons dit, elles ne scintillent pas, contrairement aux étoiles. Mais alors d’où provient leur lumière si elle n’est pas issue de la combustion nucléaire ?

Tout simplement parce qu’elles sont éclairées par la lumière des étoiles, donc du soleil pour son système planétaire dont nous faisons partie. « C’est simple, non ? » nous disait notre professeur, ce soir-là.

Elles sont beaucoup plus petites que les étoiles et tournent autour d’elles car elles sont prisonnières de leur gigantesque gravité.

- Advertisement -

Il faut reconnaître que si nous comprenions notre professeur, nous n’arrivions pas visuellement à faire la différence lors de cette soirée, sans jumelles et à cet âge de huit ou neuf ans.

Le ciel, une régularité qui permet une mesure du temps

Si nous excluons les interrogations, les craintes et les mystiques que nous allons aborder plus loin, la première chose simple qui a interpelé l’humanité est la régularité du ciel avec la concomitance de certains phénomènes terrestres récurrents.

Elle avait compris que le jour et la nuit venait de la régularité de l’apparition et de la disparition du soleil. Elle a perçu la régularité des saisons, les modifications du climat, des températures et autres variations de la nature.

Ce n’est que plus tard que les civilisations plus avancées ont mis au point des systèmes de graduation du temps comme les heures, les mois et les années. Mais aucun humain, aussi primitif soit-il, n’avait échappé à la perception de la régularité des phénomènes du ciel et de ses conséquences.

Les mouvements de la lune participent à la compréhension des époques comme la pleine lune ou le croissant de lune. Le soleil nous indique les solstices et les saisons. Tout cela est connu par les anciennes civilisations. Les astres, c’est la mesure du temps.

Le ciel, une projection des civilisations et des mythes

C’est ainsi tout à fait naturellement que l’humanité a projeté ses croyances, ses cultures et ses rites dans la lecture du ciel. Comment pouvait-il en être autrement devant cette immensité mystérieuse qui ne pouvait que produire des interrogations dérivées de la pensée humaine et de l’anthropomorphisme.

Les astres, les constellations, les nébuleuses et bien d’autres phénomènes que nous verrons plus tard, se sont confondus avec la seule représentation que l’homme pouvait imaginer, celle des êtres humains ou des bêtes sauvages ainsi que des monstres présents dans les mythes.

Ils ont compris que la force de la nature, particulièrement du ciel, provenait d’une entité invisible mais puissante. Le mystère et la crainte, deux ingrédients du ciel qui ne pouvaient que reproduire des mythes et des croyances.

Or, ce ciel, comme les autres entités terrestres, apportait vie et bienfaits autant que désastre et mort. Cette dualité étonnante n‘a pas manqué d’éveiller le réflexe de l’anthropomorphisme. L’être humain pouvait être porteur des pires dangers tout autant que donner protection et affection.

Et quelles causes peuvent provoquer l’une ou l’autre de ces deux réactions contradictoires chez les êtres humains ? L’humanité savait depuis toujours que c’était la colère ou la satisfaction qui les engendraient. Elle en conclut que la colère provenait de ses actes répréhensibles et qu’il fallait faire des offrandes et marquer sa dévotion pour se faire pardonner.

Voilà pourquoi il était nécessaire que ce professeur nous fasse regarder le ciel sans entrer dans des considérations que nous n’étions pas capables d’appréhender. Il nous avait donné des explications de base, c’était au tour de notre vie d’instruction et notre capacité de discernement de faire le reste.

C’est ce que nous allons tenter de faire dans les numéros à venir, appréhender pas à pas des notions simples mais si indispensables de la connaissance du ciel. Accompagnez-moi, appréhendons-les ensemble !

Boumédiene Sid Lakhdar, enseignant

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Iran : malgré la répression, la contestation ne faiblit pas

Le dernier bilan des manifestations en Iran fait état de 35 morts, selon les médias d'État, 50 selon l'ONG d'opposition Iran Human Rights (IHR),...

Les plus populaires

Commentaires récents