today-is-a-good-day
27 février 2024
spot_img
AccueilPolitiqueLe deuxième mandat de Tebboune au cœur de toutes les tensions 

Le deuxième mandat de Tebboune au cœur de toutes les tensions 

Même si lors de la conférence de presse, répondant à une question de Souhila Hachemi, le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, a souligné que l’on n’était pas aux Etats-Unis et qu’il n’était pas question d’élections de mi-mandat, il s’agit bien d’évaluer les réalisations de cette équipe présidentielle à mi-mandat.

C’est d’ailleurs ce qui a valu au journaliste El Kadi Ihsane le déclenchement des hostilités contre sa personne, son journal et sa radio. C’est dire la fébrilité de la question au sein des sphères de décision.

En publiant sur son blog l’article intitulé « 2e mandat, l’ANP redoute autre chose qu’une Bouteflikisation de la présidence Tebboune » Ihsane El Kadi a provoqué l’ire du staff présidentiel.

Il y a analysé les trois ans de présidence de Tebboune ainsi que la nature des relations entre ce dernier et l’état-major de l’armée concluant qu’un deuxième mandat pour Tebboune serait un pari plus ou moins risqué pour les tenants du pouvoir.

- Advertisement -

En effet, eu égard à la dramatique situation du pays, soutenir un 2e mandat de Tebboune (77 ans aujourd’hui, il aura 79 ans en 2024) c’est prendre le risque de prolonger une crise multidimensionnelle qui gangrène l’Algérie. Un élément fondamental que tous les patriotes ne doivent pas négliger car on ne peut pas sauver et Tebboune et l’Algérie.

Même si Tebboune a évité la question du deuxième mandat en prétextant qu’il était trop tôt pour en parler, l’expérience des élections présidentielles en Algérie ces 20 dernières années nous a montré qu’elles débutaient bel et bien deux ans avant l’échéance électorale.

Ce qui permet au président sortant de mener campagne avec les deniers de l’Etat.

A ce stade du mandat le chef de l’Etat peut acheter le silence d’une partie de la population en décidant de mettre en place une assurance chômage, en permanisant des enseignants contractuels, en engrangeant 100 milliards de dollars dans une loi des finances par ailleurs discutable mais que plus personne n’ose discuter. Ou bien encore mener tout autre type d’action populiste qui lui assurerait la sympathie de futurs électeurs.

Oui parler du deuxième mandat aujourd’hui est d’actualité. C’est même vital pour le devenir de l’Algérie. Il urge de remettre les aiguilles de l’horloge dans le bon sens. C’est un débat qu’il faut sérieusement entreprendre dès aujourd’hui, à l’instant même.

Posons-nous la question : le mariage forcé de Tebboune avec les Algériens mérite-t-il d’être reconduit ? Doit-il être accepté ou remis en cause ?

Comme on dit dans les cérémonies de mariage  que celui qui s’oppose à cette union parle maintenant sinon qu’il se taise à jamais.

Cet instant est un moment crucial dans la vie politique algérienne. El Kadi Ihsane a eu le courage et l’honnêteté de se prononcer sur cette question fondamentale qui intervient à un moment critique dans un contexte régional incertain. Il a eu le  mérite de s’y attarder : un deuxième mandat pour Tebboune est-ce vraiment judicieux ?

C’est aujourd’hui et pas demain qu’il faut y répondre  sinon il sera trop tard.

Allaoua B.   

6 Commentaires

  1. La photo montrant la junte en force veut tout dire. Pour ce qui de l’article ci-dessus, pourquoi oser nous parler de « mandats » ou « d’elections » sachant que tout le monde sait qui manipule les puppets ? Qui impose de force et bessif des marionettes en se foutant du peuple ? Alors meme si tebboune a 120 ans ou qu’ils nous mettent une autre marionette de 20 ans dis nous exactement ce qui va changer ? Continuez a vous moquer du peuple et depensez a votre guise pour halaliser le mensonge. Le reste n’est que comedie. Alors, allez plutot poser vos questions a la dictature en invoquant zaama les « danger ». Le peuple est hors jeu depuis belle lurrette. Vos ballobs de sonde ne nous n’interessent plus. Y’en a marre de vous, de votre junte et de votre tabbbbboune car le pays est pris en otage.

  2. C’est dire toute la fébrilité qui règne chez le locataire chancelant d’El Mouradia et ses sujets à l’approche de 2024. Quand un simple article d’analyse, aussi judicieuse soit-elle, vous fait sortir de vos gonds, c’est qu’il y a péril en la demeure. Amin ya Rebbi el allamin!

  3. Sur cette belle photo de la familia nostra le sourire forcé est de rigueur. Le général à la droite de Chengriha (ex-sg du MDN?) n’est-il pas en prison en ce moment? Demain ce sera peut-être le tour du menteur d’El Mouradia! Ces rapaces ne connaissent qu’un seul crédo: edenia m3a el ouaqaf, oua laou kana Si Tebboune (pour ne pas dire Si Baghloun)!

  4. Quel mandats SVP ? Quelles « tensions » quand, meme les imbeciles savent que c’est la dictature militaire qui impose qui elle veut en fonction de leur servitude ? Pourquoi oser meme parler de « mandat » quand le peuple ne veut pas participer a la halalisation de l’escroquerie du siecle ? Le peuple s’en contre balance car il n’a ni avenir et ni espoir avec un regime oppressif pareil. Je ne pense meme pas qu’il bougera si par malheur la dictature militaire invente une guerre. Alors pas besoin de tester l’opinion publique car personne j’ira zaama « voter » pour faire passer une voyoucratie.

  5. Si le pays est contre un mur a cause de vous, le peuple s’en fiche comme votre dictature s’en fiche du peuple. Vous voulez une guerre ? Faites la seuls avec votre FLN/RND. Vous voulez des pseudo elections ? Convoquez vos families et ceux qui profitent de la rente car l’Algerie, ses institutions et son fric vous appartienent.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici