26 septembre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueLe géant pétrolier ExxonMobil épinglé pour fraude aux USA   

Le géant pétrolier ExxonMobil épinglé pour fraude aux USA   

Ancien propriétaire d’Augusta

Le géant pétrolier ExxonMobil épinglé pour fraude aux USA   

Rex Tillerson, PDG d’Exxon Mobil et Chakib Khelil.

Une procédure est lancée aux Etats-Unis contre le géant pétrolier, accusé d’avoir sciemment désinformé le public  et d’avoir menti à ses propres actionnaires à propos de l’impact de ses activités sur le changement climatique.

Rappelons que ce géant pétrolier est présent  en Europe à travers sa filiale Esso dont celle Italiana qui a vendu la vieille raffinerie d’Augusta à Sonatrach au premier semestre de l’année 2018. La municipalité de cette ville avait dès lors averti les dirigeants du mastodonte algérien des dégâts environnementaux considérables causés par cette raffinerie. Des dégâts que la filiale d’Exxon Mobil est tenue d’assainir sous peine d’une poursuite judiciaire par le parquet de la région.

Sonatrach s’est entêtée de l’acheter en prenant en charge les travaux d’assainissement qui ont gonflé son prix d’achat de 580 millions de dollars à près d’un milliard de dollars.

- Advertisement -

Selon le quotidien français «Libération », ExxonMobil est rattrapé par ses 40 ans de mensonge sur les données qu’il a gardées secrètes sur le changement climatique. Cette fois-ci, il ne s’agit plus de phoques englués comme lors du naufrage sur les côtes de l’Alaska en 1989 mais d’un « d’un mensonge présumé sur l’impact réel de ses activités dans le monde en général et particulièrement sur le sol américain sur le réchauffement climatique ». L’influence politique  de son PDG, Rex Tillerson qui a occupé le poste de secrétaire d’Etat sous l’administration Trump de février 2017 à mars 2018 n’a pas suffi face à la détermination la procureure générale de l’Etat de New York, Barbara Underwood qui a déposé le 24 octobre dernier une plainte devant la Cour suprême de l’Etat contre ExxonMobil.

Certes, l’information est passée inaperçue, même aux Etats-Unis, mais elle marque une grande avancée pour la justice climatique. C’est une première mondiale.

Depuis 2007, la direction d’Exxon Mobil assure présenter à ses investisseurs et au public des estimations de ses revenus pondérées par un prix interne donné à la tonne de dioxyde de carbone (CO2) émise. Prix censé être croissant sur les prochaines décennies pour s’aligner sur les politiques publiques en faveur du climat. Seulement, en faisant les calculs, l’entreprise a compris que ces estimations seraient trop dommageables à son image et a donc fait des prévisions faussées, détaille cette plainte. Résultat de trois ans d’enquête, la procureure de New York a réussi à obtenir plus de deux millions de documents internes à la multinationale. Ceux-ci montrent comment la hiérarchie d’Exxon Mobil est au courant, depuis plusieurs décennies, des conséquences de l’exploitation du pétrole et du gaz sur le réchauffement de la planète. Ainsi que de ce que cela signifiait pour leurs revenus si des politiques pour limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES) étaient mises en place. Exxon Mobil a trente jours pour répondre à la plainte soit moins de deux semaines   

Qui est Exxon Mobil ?

Exxon Mobil est une vieille entreprise américaine, descendante de la Standard Oil Company, née en 1870, et résultat de la fusion de Mobil Oil et Exxon en 1972. Plus grande société pétrolière et gazière cotée en Bourse, elle possède 45 raffineries pétrolières et 42 000 stations-service dans une centaine de pays. En France, ExxonMobil est plus connu sous le nom de sa filiale Esso, qui commercialise également les huiles Mobil. Le géant texan se félicitait il y a une semaine de son bénéfice  pour le premier semestre 2018 qui a augmenté de 57 %. Qu’elle semble toujours selon ses commentaires  sortir définitivement du plongeon dû à la chute des cours fin 2014. Son chiffre d’affaire est passé 373 milliards de dollars en 2014 pour entamer une chute à partir de 2015 à 246 puis 208 en 2016 pour profiter en 2017 et 2018 de la reprise des cours dans la fourchette qui a franchi la barre des 80 dollars le baril.

Auteur
Rabah Reghis

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

La justice française refuse d’extrader Amir dz en Algérie

  Installé en France depuis 2016, Amir Boukhors, connu sous le nom d’Amir DZ sur les réseaux sociaux, fait l’objet de neuf mandats d’arrêt internationaux...

Les plus populaires

Commentaires récents