23 juillet 2024
spot_img
Accueil360°Législatives en France : un collectif de diplomates s’oppose à l'extrême droite

Législatives en France : un collectif de diplomates s’oppose à l’extrême droite

  • La perspective d’une arrivée du Rassemblement national au pouvoir en France ne semble pas enchanter une partie du corps diplomatique de l’Hexagone.

Un collectif de 170 diplomates et anciens diplomates ont publié, ce dimanche 23 juin, une tribune dans le journal Le Monde présentant très clairement leurs inquiétudes. L’exercice est rare : les diplomates sont soumis au devoir de réserve. Ils interviennent donc anonymement, précisant tout de même qu’ils sont « de toutes sensibilité républicaines ».

« Affaiblissement », c’est le mot-clé de cette tribune contre une victoire de l’extrême droite aux prochaines législatives parue dans le quotidien Le Monde. La France a fait le choix de l’Europe et du peuple ukrainien face à la Russie. Or, souligne le texte, le nationalisme « défait les alliances et déconstruit les sociétés », en citant la Hongrie, les États-Unis de Donald Trump, le Brésil de Jaïr Bolsonaro.

La voix de la France, « nécessaire, au service de la paix »

Aujourd’hui, la voix de la France, insistent ces diplomates et anciens diplomates du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, est « plus puissante que nos concitoyens ne le perçoivent parfois », et elle est « nécessaire, en Europe et dans le monde, au service de la paix, de la liberté, de notre sécurité ».

- Advertisement -

Or, « une victoire de l’extrême droite » écrivent-ils très clairement, serait lue par « nos adversaires » comme « un affaiblissement français » et une invitation à l’ingérence dans la politique de l’Hexagone, à une agressivité contre l’Europe – y compris militaire, à une « vassalisation économique » du continent.

Grande inquiétude

En clair, une perte totale de souveraineté pour la France due, paradoxalement, à des nationalistes. Le texte se termine sur la confiance de ces diplomates en une France qui fera, lors des législatives, « le choix de la paix, de l’indépendance et de la liberté ».

Cependant, le fait que des fonctionnaires du Quai-d’Orsay prennent la parole, même anonymement, alors qu’ils sont soumis au devoir de réserve, montre combien leur inquiétude est grande.

Rfi

2 Commentaires

  1. J’allais dire dommage qu’ils ne soient pas partis avec l’eau du bain, ces diplomates de pacotille. Si ça ce n’est pas un déni de démocratie . Ça m’aurait presque donné envie de voter R.N. Mais puisque je n’ai jamais été un bigot de la démocratie, je préfère en rire. Ils ont qu’à la jouer à qui perd gagne leur élection.

    Pendant que la classe politique française peine à accepter la fin de la majorité absolue qui a pourtant disparue dans presque toute l’Europe, les exorcistes de tous les bords s’exercent comme ils peuvent pour éviter à leur pays le chaos qui guette leur pays dans un cas sur deux si…

    Mais quand on regarde la divine comédie des campagnes électorales où le candidat de la majorité actuelle persiste à faire croire qu’ils ont presque tout bien fait et qu’ils continueront sur la même voie, les ténors du NFP qui devant Bardella ont l’air de pauvre bizuts qui ne sont présent que pour chahuter et qui font ce qu’ils peuvent pour perdre ces élections , le candidat du RN, lui, continue de caracoler sans risque en tête des sondages.

    Ceux qui ont de la culture politique , ou seulement de la mémoire , se rappelleront que la Belgique ; les Pays-bas, et l’Allemagne ont mis des mois avant de composer un gouvernement. Allez savoir pourquoi la France ne parviendra-elle-pas, nous dit-on.

    Ayant toujours voté par principe au premier tour, toujours pour le candidat du PCF, je n’ai aujourd’hui aucune envie de voter, pour le NFP , sinon contre mon propre gré. Mais je ne peux pas non plus ne pas reconnaître que le RN a bien joué et qu’il aura mérité sa victoire.

  2. La société française, pour la connaitre de très près, votera RN non pas, uniquement, contre l’immigration mais aussi et dans une substantielle mesure contre la représentation politique de gauche comme de droite qui sévit dans le faste de ses privilèges depuis l’empire.
    Bref, la société française veut expérimenter autre chose. Ceci d’autant que, comme le souligne Hend, cette représentation maintient son hégémonie en refusant unanimement le scrutin proportionnel, plus représentatif des sensibilités.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents