1 décembre 2022
spot_img
AccueilIdéeLes Français rigolent aux larmes !

Les Français rigolent aux larmes !

Macron se fend la pêche en Afrique

Les Français rigolent aux larmes !

Cette blague n’a fait rire personne sinon Emmanuel Macron et Laurent Joffrin, pressé de venir à son secours (cf. son billet du jour plus bas). Il a aussi peut-être fait pisser de rire le président Kaboré.

Les blagues de F. Hollande a si peu fait rire les Français qu’ils se sont empressés de le mettre dehors, bien avant qu’il fasse mine d’entrer.

Les hommes politiques français et leurs porteurs d’eau médiatiques, croient faire rire.

- Advertisement -

A défaut d’hommes d’Etat sérieux qui solutionnent leurs problèmes et qui la représente dignement, la France est dirigée par des rigolos.

Ils n’ont pas l’air de se rendre compte à quel point les Français s’esclaffent à voir leur chômage s’enflammer (malgré les manipulations statistiques et les pressions exercées sur les chômeurs au point qu’ils finissent par renoncer à solliciter un emploi auprès d’une administration qui meure de rire), le commerce extérieur faire naufrage, les investissements sombrer, les parts de marché se rétrécir, l’industrie sombrer, le prestige et l’image du pays abaissés.

Les Français s’en dilatent la rate à en mourir. Mais rira bien qui rira le dernier.

Macron fait une blague

La lettre politique, de Laurent Joffrin, sur Libération, J. 30 novembre 2017

D’incident diplomatique, il n’y eut donc point. Répondant à une étudiante burkinabée sur la pénurie d’électricité qui interrompait la climatisation à l’université, Emmanuel Macron a souligné qu’il n’était pas l’incarnation d’une «présence coloniale» et que la production d’électricité dans le pays n’était pas son affaire, pour ajouter : la climatisation, «c’est le travail du président Kaboré». Lequel président s’est soudain levé et a quitté la salle. Voyant cela, l’orateur dit en souriant : «Il est parti réparer la climatisation !» 

Impair ? Gaffe tragique ? Humiliation infligée à l’hôte burkinabé ? En France, plusieurs commentateurs courroucés, Nicolas Dupont-Aignan, des représentants du FN ou de La France insoumise, ont aussitôt en enfourché ce fragile destrier pour stigmatiser le mépris macronien à l’égard d’un chef d’Etat africain.

Enquête effectuée, il apparaît que le départ du président n’était pas dû à une indignation soudaine mais à une «pause technique». Le président soi-disant humilié avant fait un détour par les toilettes situées à 200 mètres de là. Il est d’ailleurs revenu aussitôt, souriant et serein. La faute diplomatique n’était qu’un «pipigate» et les procureurs compatissants étaient surtout… des pisse-froids. Les autorités du Burkina Faso se sont d’ailleurs bien gardées de critiquer la blague de Macron, en la prenant comme telle, de bonne grâce.

Ce qui pose la question de l’indignation pavlovienne d’une partie de la presse et de l’opinion dès qu’un homme politique se risque à faire une blague. Les mêmes qui déplorent les discours convenus et la «langue de bois» de la classe politique se drapent dans une hautaine indignation dès qu’un de ses membres en sort pour plaisanter. L’inconvénient de la vertu, c’est l’ennui qu’elle distille et le ridicule des donneurs de leçon solennels. Faut-il se plaindre si les élus ont assez d’intelligence pour faire rire leur auditoire ? Drôle de vie politique qui obligerait tout responsable politique, par devoir professionnel, à se changer en bonnet de nuit…

Il faut toutefois, pour être complet, distinguer entre esprit et humour. L’esprit, en général, consiste à se moquer des autres et l’humour, souvent, à se moquer de soi-même. En France on pratique souvent le premier et dans les pays anglo-saxons le second. C’est même une règle aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, que de commencer un discours par un trait d’humour qui humanise l’orateur et établit une complicité empathique avec le public. Tous le pratiquent avec plus ou moins de talent, même ceux qui, en France, sont tenus pour des présidents simplets ou trop agressifs. George W. Bush, martial et sommaire décideur, en est un exemple.

Connu pour son manque de culture et ses diplômes de seconde zone, il commence ainsi un discours prononcé dans une prestigieuse université : «Je vous recommande de travailler dur. Ceux qui réussiront leurs examens occuperont des responsabilités éminentes. Et ceux qui les rateront, comme moi dans ma jeunesse, pourront devenir président des Etats-Unis.»

Moqué pour ses expressions approximatives et prenant souvent un mot pour un autre, le même Bush entame ainsi une intervention aux côtés d’Arnold Schwarzenegger, affligé d’un épais accent autrichien et d’un anglais souvent incertain. «Nous avons un point commun, le gouverneur Schwarzenegger et moi : nous maîtrisons mal la langue anglaise Churchill pratiquait l’esprit et l’humour à haute dose et ses bons mots emplissent un volume entier. «De Gaulle, disait-il, toujours altier et susceptible, me fait penser à un lama qu’on surprend nu dans son bain.»

Mais s’adressant après la Libération à une foule immense au cours d’une visite en France, il débute par ces mots qui soulignent son accent souvent incompréhensible : «Mesdames et messieurs, prenez garde ! Je vais parler français.» Les Français, il faut le dire, sont moins drôles. François Hollande, grand producteur de blagues, en a souvent pâti dans sa carrière. Un peu dédaigneux, Laurent Fabius l’avait même surnommé «Monsieur petites blagues.» Il vient de prendre sa revanche : un jury de journalistes lui a décerné le Grand Prix de l’humour politique et il en a profité pour théoriser l’usage de la plaisanterie, qui ait mieux passé les idées que les discours laborieux : «Il y a un rapport étroit entre humour et démocratie. Les fanatiques n’ont pas d’humour A méditer… On sera donc indulgent avec les plaisanteries d’Emmanuel Macron, comme avec celles des autres politiques. Avec un soupçon de réserve, toutefois : le Président n’hésite pas à se moquer des autres, ce qui rehausse son verbe. Il lui reste aussi à se moquer de lui-même, un terrain sur lequel il s’avance rarement.

Auteur
Djeha et Libération

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Une délégation du Haut conseil des droits de l’homme à Alger

Une délégation du Haut conseil des droits de l'homme de l'Onu est à Alger pour une visite technique de plusieurs jours.  Les représentants de cette...

Les plus populaires

Commentaires récents