20 juin 2024
spot_img
AccueilA la uneL'hymne national : la réaction de Colonna et les éternels va-t-en-guerre contre...

L’hymne national : la réaction de Colonna et les éternels va-t-en-guerre contre la France

Macron Tebboune

La déclaration de la ministre française des affaires étrangères, Catherine Colonna sur la réintroduction d’un couplet anti-français dans l’hymne algérien par un décret pris en mai par Abdelmadjid Tebboune a donné du grain à moudre aux habituels « va-t-en-guerre » contre la France qui sont allés de leurs envolées sur le thème du patriotisme et de la défense de la souveraineté nationale.

Les zélateurs au garde-à-vous 

Les couteaux sont tirés ! Finis les accolades et amabilités entre Tebboune et Macron ! Et/ou entre l’Algérie officielle et les autorités françaises. La première salve est venue, dimanche dernier, de l’ancien ministre algérien de la Communication, Abdelaziz Rahabi qui a qualifié les déclarations de Catherine Colonna de «choquantes, inappropriées et inadmissibles. » Abdelaziz Rahabi, toujours prompt à réagir quand il s’agit de défendre le régime, s’est voulu un donneur de leçons sur la souveraineté !

Accrochez-vous, le sachant Rahabi, habituellement si silencieux face à l’arbitraire qui règne dans le pays, s’est cru obligé de se réveiller pour défendre une Algérie ouvragée par la ministre française.

« Catherine Colonna souhaite avoir les meilleures relations avec l’Algérie, et remet en même temps en question la décision souveraine de l’Algérie d’étendre l’utilisation de son hymne national à la lumière des conditions choisies par le gouvernement algérien », a notamment écrit Rahabi dans un message sur Twitter. Admirez la science infuse de l’ancien ministre de Bouteflika !

- Advertisement -

« L’hymne national algérien est un symbole historique de la nation algérienne. Aucune partie étrangère n’a le droit de se prononcer sur les questions régaliennes de l’Algérie. Et la partie française doit respecter la décision algérienne, il y a un passé douloureux entre les deux pays et l’hymne en exprime une partie, et la douleur persiste jusqu’à présent », a déclaré au quotidien londonien Al Araby Al Youm,  le député Abdelouahab Yakoubi, membre de la commission des affaires étrangères du parlement algérien et représentant de la communauté algérienne en France à l’APN. En voilà un autre qui défend son bout de siège au parlement.

Pour sa part, le Mouvement islamiste Al Bina al watani qui participe à la coalition gouvernementale, s’est vivement opposé aux déclarations de Catherine Colonna. Il est dans son rôle de serviteur patenté devant l’éternel. Dans un communiqué diffusé dimanche, le parti de l’islamiste Bengrina qualifie les déclarations de cette dernière de « provocatrices et inacceptables; elles constituent une violation flagrante des normes diplomatiques. » Quel patriotisme triomphant !!! Avec Bengrina et compères on peut dormir tranquilles.

Courageux il ajoute : « Elle viole aussi explicitement le principe du respect de la souveraineté des États et de la non-ingérence dans leurs affaires intérieures », considérant que « de telles déclarations d’un responsable français, à ce niveau de représentation de la décision officielle extérieure, contredisent dans leur contenu la volonté politique du premier responsable de l’Elysée de renforcer les relations de la France avec l’Algérie, et un contournement malheureux et décevant de la volonté de surmonter les divergences actuelles et de construire une nouvelle relation. »

Le mouvement a averti que « ce ton arrogant, et la tentative de saper la souveraineté nationale intervient à un moment marqué par la campagne hostile menée par certaines élites et entités politiques françaises contre l’Algérie ».
Comme de bien entendu et ne pouvant pas être en reste, le FLN y est allé lui aussi de sa diatribe contre ce que l’ex-parti unique considère comme « un acte provocateur une attente grave à la souveraineté nationale ».

Kassamen : un couplet hostile à la France rétabli par Tebboune

Dans sa déclaration rendue publique le 19 juin 2023, le FLN exprime « sa profonde réprobation et dénonce la déclaration de Catherine Colonna sur la décision souveraine du président de la République de fixer les 5 couplets de hymne national (…) Elles traduisent le vrai visage de politique algérienne de la France basée sur la haine et la jalousie. » N’en jetez pas plus ! Surtout quand c’est le FLN qui le dit.

Il y a deux semaines, Abdelmadjid Tebboune a pris un décret présidentiel réintroduisant la strophe qui a été supprimée de l’hymne national en 2007 et dans laquelle la France (coloniale) est nommément citée en des termes menaçants.

Le décret présidentiel précise les circonstances et les occasions pendant lesquelles doit avoir lieu l’interprétation intégrale ou partielle de l’hymne, écrit par le regretté poète algérien Moufdi Zakaria en prison en 1956, et composé par le musicien égyptien Mohamed Fawzi.

Cette polémique intervient à un moment où les relations algéro-françaises traversent une période critique caractérisée par une froideur remarquable, qui s’est manifestée par le report sine die d’une visite que Tebboune devait effectuer à Paris début mai dernier. Toute cette clientèle se pressera, après ces déclarations comminatoires, au consulat de France pour demander des visas à leurs rejetons ! Ce dont il ne faut s’étonner au demeurant.

Samia Naït Iqbal

11 Commentaires

  1. Une preuve supplémentaire que le gouvernement algérien exploite jusqu’à l’ecoeurement la rente mémorielle. 60 après l’indépendance, on en est encore là ! ça en devient pathétique !

  2. Samia Naït Iqbal ne répond pas à la question : Les autorités françaises peuvent-elles décréter que telle ou telle partie de hymne national algérien leur convient ou non.
    Subsidiairement, il faudrait se demander pourquoi Chadli avait supprimé ce couplet en 1986.

  3. En gininar, en gininar , les hymnes nationaux ne sont pas rock’n roll : ce sont des chants martiaux plus guerriers que patriotiques. C’est moins : je reviendrais ma douce, ou bella ciao que « Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades,Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite ». « Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme, Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes » Et personne n’a dit à Fafa:kistidi ? C’est à moi que tu causes?

    La France n’a pas retiré de son hymnes national: « qu’un sang impure abreuve nos sillons », ni n’hésite à faire chanter le chant des partisans, en certaines occasions. De ce point de vue , Catherine Colona est peu fondée à s’offusquer à cause du contenu de l’hymne algérien qui est moins sanguinolent que l’hymne français. Comparé, l’hymne algérien ferait figure d’une confession d’un amour déçu.

    Cependant l’hymne français et le chant des partisans ne citent aucun pays. Je suggère donc de remplacer les paroles controversées par : ah ya n’tiya wa3lac ya nt’ya.

  4. tout ca est un château de carte, bâti sur des bobards et de l’imposture…la chute sera brutale pour cette algérie coloniale, pour cette algérie qui renie les meilleurs de ses enfants, pour cette algérie menteuse et traîtresse, croyez moi la chute sera brutale…

  5. La France est responsable de tout ce qui lui arrive car depuis belle lurrette, elle ne fait que soutenir – pour ses propres interêts bien sûr – des dictateurs sans foi ni loi. Des gens qui ne font que raviver des tensions sur le dos de ceux qui sont morts pour que ce pays soit libre, indépendant et ou les citoyens vivront dans une totale démocratie et dans le respect avec toutes les nations du monde.
    Tant que la France soutiennne encore ces gens elle n’aura jamais de « paix diplomatique » avec l’Algérie car les dictateurs ne survivent que dans des conflits pérpétuels qui ne finissent jamais. Voila maintenant 61 ans que la guerre est pourtant finie mais le malaise avec la France demeurre toujours a la une et toujours reconduit par un régime qui ne sait rien faire d’autre que de tromper le peuple depuis 1962. Si la France était vraiment honnête, elle doit déblayer toutes les archives historiques de la guerre d’Algérie et des « arrangements » qui ont suivi – sans oublier Ghaz batel – pour en finir une bonne fois pour toute avec ce conflict qui est et restera toujours latent tant que la France ferme les yeux. On verra alors qui sont les vrais « patriotes » et les vrais « nationalistes » du FLN ou d’ailleurs. Vivement le gouvernement de MARINE LE PEN, laquelle je suis certain, n’aura jamais froid aux yeux ni se rabaissera pour devenir la victime de chantage économique de dictateurs dont le seul but est de se maintenir au pouvoir a vie qui-t-a sacrifier 42 millions d’algériens – Le polisario en est un autre exemple de pourrissement, de ni guerre et ni paix pour détourner les aides internationales et les « budgets » tout en maintenant le spectre de la guerre avec le Maroc pour tromper le peuple tot en payant les conséquences ! A la fin, a-t-on le droit de devenir un pays normal ou les interêts du pays et du peuple sont la priorité ? Pour ce qui est des hymnes nationaux, qu’ils contiennent tout ce qu’ils veulent contenir, rien ne changera dans les pays ou les peuplew continuent a souffrir. Ce n’est pas le contenu d’un hymne national qui va donner a manger aux citoyens qui ont faim ou qui arrêtera les jeunes algériens fuir le pays par milliers dans des barques de fortune.

  6. Mme Colonna ferait mieux de s’interroger sur la pertinence du maintien, dans l’hymne national français, du passage d’une extrême violence, appelant leurs citoyens à abreuver leurs sillions du sang impur de leurs ennemis.

  7. « l’hymne national » ! Encore une autre invention des moustiques éléctroniques pour faire jaser la populasse. Que leur reste t il dans leur boite magique des intrigues ? Et ensuite ? Depuis 2019 le pays ne survit que d’intrigue en intrigue. FAKOU sur toute la ligne. De quel pseudo nationalisme vous allez encore nous parler pendant que le pays se VIDE de ses citoyens !!! ???

  8. I ben moua, dirait l’honorable citoyen de Guezgata, je n’aime pas les gueulantes guerrières qui font dans la glorification des sillons abreuvés par le sang, tout comme les pomponettes du genre tous les djébels Bouzegza qui ont vu França tezahza, ou des tahrir Falastine… koulli Falastine ou bitrol el 3rab li El 3arab etc.
    Entarnou kan, une toune de Dahmane El Harrachi ou Cheikh L’Hesnaoui relaxe son homme beaucoup mieux et l’appelle à ne pas oublier sa fragilité humaine.
    Maintenant, si on veut un hymne national avec un petit grain d’inspiration artistique, y’a rien de mieux que l’hymne allemand qui est tiré du quatuor à cordes ‘’l’Empereur’’ datant de 1797, composé par Joseph Haydn, qui est autrichien, qui lui même s’étant inspiré d’un vieux chant populaire croate, en composant son œuvre, c’est pour dire.
    Wa Allahou a3lem bi koulli chay’ine, comme dirait l’imam Ghafour dans un de ses multiples sermons guezgatiens, d’ailleurs consignés en haute facture académique d’une théologie rénovée ‘’Scolastique Ghafourienne’’.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents