10 décembre 2022
spot_img
Accueil360°L’imam Hassan Iquioussen placé en rétention administrative en Belgique

L’imam Hassan Iquioussen placé en rétention administrative en Belgique

Iquioussen

L’imam Hassan Iquioussen (58 ans), recherché par la police française depuis plusieurs mois est sous le coup d’une expulsion par la Belgique vers le Maroc.

L’imam Hassan Iquioussen, exilé cet été en Belgique pour se soustraire à un arrêté d’expulsion en France, a été placé en centre fermé en vue d’un éloignement du territoire belge, a annoncé mercredi 16 novembre la secrétaire d’Etat du pays à l’asile et la migration, Nicole de Moor. La Belgique, qui juge illégal le mandat d’arrêt qui le vise mais veut désormais aussi l’expulser.

L’ordre d’interdiction de séjourner sur le territoire belge pour trois ans a été remis à Hassan Iquioussen mardi, et l’imam a été conduit dans la foulée dans un centre par les autorités. Il dispose de dix jours pour déposer un recours devant le Conseil du contentieux des étrangers (CCE), ce qui suspend durant ce délai toute possibilité d’expulsion. Cette sanction administrative est distincte de la fin des mesures prises par la justice belge, qui avait placé M. Iquioussen en détention provisoire puis sous bracelet électronique peu après son arrivée en Belgique cet été.

« La procédure pénale de mandat d’arrêt européen est jugée illégale ? Qu’à cela ne tienne, l’Office des étrangers belge décide, après s’être entendu avec le Parquet, de remettre M. Iquioussen à la France, empruntant ainsi la voie administrative », a, pour sa part, grincé son avocate Maître Lucie Simon.

- Advertisement -

Elle déplore le procédé utilisé par la Belgique qui va envoyer « un étranger qu’elle estime en séjour illégal dans toute l’Europe… en France » et juge « purement scandaleux » que « le politique essaie de contourner, une fois de plus dans cette affaire, le judiciaire ».

Toutefois, l’expulsion de cet imam vers le Maroc est loin d’être acquise, le Royaume ayant révoqué le laissez-passer consulaire indispensable à son retour sur le territoire.

Hassan Iquioussen, arrêté le 30 septembre dans la région de Mons, en Belgique francophone, et qui était depuis octobre assigné à résidence sous surveillance électronique, a été au cœur d’un imbroglio politico-juridique cet été en France.

A la fin de juillet, le ministre de l’intérieur français, Gérald Darmanin, avait annoncé l’expulsion de ce prédicateur, « fiché S » (pour sûreté de l’Etat) par les services de renseignement.

L’arrêté signé de la main du ministre lui reproche « un discours prosélyte émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d’une vision de l’islam contraire aux valeurs de la République ».

Synthèse L.M.

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Maroc : le phosphate, un instrument d’influence de la diplomatie

Premier exportateur africain de phosphates, le Maroc met à profit sa première ressource naturelle pour rallier des soutiens diplomatiques à sa position sur le...

Les plus populaires

Commentaires récents