18 avril 2024
spot_img
AccueilCultureLounis Aït Menguellet revisité : "Tarewla", la fuite

Lounis Aït Menguellet revisité : « Tarewla », la fuite

POESIE

Lounis Aït Menguellet revisité : « Tarewla », la fuite

Crédit photo : Hayet Aït Menguellet.

C’est un titre qui aurait bien pu s’intituler « quand le rêve, l’espoir, le rire et la jeunesse prennent la poudre d’escampette ». Tout un programme. Celui des années 1990. 

C’est au village que Lounis Aït Menguellet trouve l’inspiration pour écrire « Tarewla », en avril 1995, et « Ammis umaziγ », en juin de la même année, pour les intégrer dans l’album « Iminig g gid ».

De toute évidence, même si la paisible et inspirante capitale française lui a servi d’étincelle, c’est bien par les images d’une Algérie entenaillée par les islamistes et les militaires, et une jeunesse à laquelle il n’y avait donné d’autre choix que celui de prendre la valise pour éviter le cercueil, que Lounis fut marqué pour composer « Tarewla ».

- Advertisement -

C’était le temps où partir c’était mourir un peu, et rester mourir beaucoup. Sur le sujet de la fuite des cerveaux pendant la décennie noire, Lounis en rajoute une bonne couche dans le même album avec « A duγalen ». Un régal, une flambée d’espoir dans un océan de défaitisme.

Juste une remarque pour la traduction ci-après : le terme la3naya va bien au-delà de l’expression « grâce du terroir » que nous lui avons conféré. La3naya représente l’un des fondements de la culture ancestrale et de la pensée kabyle.

Il n’a, à notre connaissance, pas d’équivalent dans aucune autre culture sur Terre, même si les termes protection, bénédiction, bienfait, auspices (saintes-auspices avions-nous glissé de façon incertaine dans une précédente traduction (*)), faveur etc. peuvent, selon le cas, lui être associés. 

Mais bon, cela est un autre sujet. Il a ses spécialistes pour l’approfondir. Contentons-nous d’écouter maître Lounis avec le recueillement qu’il se doit.

« Tarewla », la fuite

Rêves où avez-vous fui

Au pays du rêve

Vous avez peur de rentrer

Au pays qui abhorre la Vie.

Rep.

Nous vous enverrons l’espoir

Accompagné de grâce du terroir

Il effacera vos larmes

Vous ne nous repousserez plus

Il vous changera de places

Il aménagera vos nuitées

Sans quoi âpres sont nos journées

Nous n’en pouvons plus.

 

Espoir où as-tu fui

Au pays du rêve

Tu as peur de rentrer

Au pays qui abhorre la Vie.

Rep.

Nous t’enverrons la jeunesse

Accompagnée de grâce du terroir

En la voyant elle te verra aussi

Tu ne nous rejetteras plus

Même s’il fallait craindre Dieu 

Même si c’est nous que tu hais 

Reviens au nom de la jeunesse

Elle n’est pas responsable.

 

Jeunesse où as-tu fui

Au pays du rêve

Tu as peur de rentrer

Au pays qui abhorre la Vie.

Rep.

Nous t’enverrons le rire

Avec la grâce du terroir elle te visitera

Pour te redonner la joie

Ne t’impatiente surtout pas

Même si elle ne te connait pas

Nous sommes faits de patience

Désormais nous voulons qu’aux enfants

Tu rende l’espérance.

 

Rire où t’a-t-on confiné

Au pays du rêve

Tu as peur de rentrer

Au pays qui abhorre la vie.

Rep.

Nous t’enverrons la paix

Avec la grâce du terroir elle te visitera

Nous savons que si elle est avec toi

Un jour tu nous reviendra

Nous nous languissons de ta thérapie

Nous ne festoyons plus depuis que tu es parti 

Quand tu n’es pas là le manque nous envahit

Tout nous est amer.

 

Paix où as-tu fui

Au pays du rêve

Tu as peur de rentrer

Au pays qui déteste la vie. 

Rep.

Nous t’enverrons la sagesse

Avec la grâce du terroir elle te visitera

Peut-être que si elle t’appelait 

Un jour tu nous reviendrait

Nous te voulons en nos cœurs

Nous ne jurons que par ta valeur

N’imite donc pas tous ceux

Qui ont perdu leurs repères.

 

Tumulte d’où viens-tu 

Du pays du rêve

Tu n’as fait que changer de faciès

Nous connaissons ton hideux visage.

Rep.

Larmes et gémissements 

Sont tes fidèles compagnons

Nous t’éprouvons depuis si longtemps

En ton nom chaque époque nous a brimé

Tu as chassé la sagesse elle s’est exilée

Tu craignais qu’elle n’attire la paix

Jeunesse et rire tu les as expulsés

Avec l’espoir ils nous ont quittés.

Kacem Madani

(*)https://lematindalgerie.comlounis-ait-menguellet-revisite-amusnaw-lerudit

Auteur
Kacem Madani

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents

Kichi Duoduma on Sisyphe, c’est nous ! 
Kichi Duoduma on Sisyphe, c’est nous ! 
Kichi Duoduma on Sisyphe, c’est nous !