today-is-a-good-day
27 février 2024
spot_img
AccueilChroniqueMaraudeur en Kabylie, SS en Rhénanie (7)

Maraudeur en Kabylie, SS en Rhénanie (7)

Grotte

Au lieu d’errer dans les champs, le jour, et de grimper sur les arbres la nuit, Ouelhous se réfugie, comble de l’ironie, dans la fameuse grotte où avaient été asphyxiés ses grands-parents.

Comme le chacal ou le sanglier, il mène une vie nocturne. Il sort de sa grotte pour tendre des pièges pour lièvres, porc-épic et hérissons qui pullulaient, en ces temps-là, dans la région. Un jour, il réussit l’exploit d’attraper vivant un marcassin. Il le tue et le dépèce d’un simple canif. Pour pouvoir le consommer pendant longtemps, il le coupe en morceaux, se rend chez sa femme la nuit suivante et la charge de la saler pour bien la conserver et avoir de la viande séchée pour l’hiver qui s’annonçait rigoureux, en cette année 1954. En ces temps de vaches maigres, on ne se souciait guère du hallal ou du haram. Il fallait se nourrir.

Maraudeur en Kabylie, SS en Rhénanie (6)

Ce marcassin dépecé sans avoir été égorgé est doublement haram pour le musulman, mais en Allemagne, Ouelhous avait appris à se délecter de toutes sortes de viandes non-hallal. Il ne voyait pas la différence. D’ailleurs, à propos de croyances, il ne croyait ni aux dieux, ni aux diables. Sont-ils intervenus quand sa famille fût décimée ? Alors, pourquoi s’encombrer de toutes ces sornettes ?

- Advertisement -

À ce propos, il circulait une anecdote le concernant qui en dit long sur son athéisme assumé. Un jour, à l’approche de l’indépendance, un cheikh Marabout débarque dans notre village pour initier les enfants à la récitation du Coran. Aux premiers jours de l’arrivée de cette famille sainte, côté femmes, le village était en effervescence quasi permanente, car il se susurrait que l’épouse et les filles d’un marabout de ce rang n’étaient pas autorisées à se montrer en public.

Il fallait donc organiser une rotation de service afin que chaque famille puisse aller à la fontaine puiser et livrer un ou deux bidons d’eau chaque matin à ce vénérable foyer. Je me souviens, comme si c’était hier, que nos pauvres petites mamans attendaient leur tour avec impatience et fébrilité, croyant sans doute récolter la fameuse baraka du ciel pour services rendus à ses missionnaires.

À cet égard tout le village avait perçu d’un bon œil la protection divine dont nous allions désormais bénéficier, sous l’aura de son représentant, notre auguste Cheikh et sa vénérable lignée. Tous, sauf les proches du vieux Ouelhous. Notre ancien baroudeur de la deuxième guerre mondiale ne s’en laissait pas conter facilement, formaté par la jeunesse hitlérienne à une conduite anticonformiste.

Au fur et à mesure que le temps passe, les performances de Ouelhous ne tardent pas à s’ébruiter. À tel point que même nous, les enfants, étions au courant de la vaillance de cet homme qui bravait la nature et les animaux sauvages, jour et nuit. Quand un poste avancé de l’armée française fût installé dans notre village, tout le monde s’attendait à ce que Ouelhous se fasse capturer. Il n’en fût rien, personne n’osa le dénoncer. Il était craint de tous, avec sa stature souveraine et son charisme imposant.

Peu de temps avant l’indépendance, il se permettait de sortir de son trou pour des incursions furtives au village. Nous étions encore plus émerveillés par la bravoure de cet homme qui débarqua sur nos sentiers, par un après-midi ensoleillé, en compagnie de ce qui semblait, de loin, être un labrador ou un chien loup. En fait, ce n’était pas un chien mais carrément un renard qu’il avait su apprivoiser.

Cet exploit redoubla en nous la déférence que nous avions développé pour cet homme hors du commun. Adultes ou enfants, nous le saluions tous avec respect… (à suivre).

Kacem Madani

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici