23 juin 2024
spot_img
AccueilPolitiqueMourad Goumiri : "Mon engagement citoyen" avec Ali Ghediri

Mourad Goumiri : « Mon engagement citoyen » avec Ali Ghediri

TRIBUNE

Mourad Goumiri : « Mon engagement citoyen » avec Ali Ghediri

Je ne parlerais pas de la personne d’Ali Ghediri car je serais forcément subjectif, eu égard à notre amitié. Je me concentrerais donc sur ses idées, ses convictions et sur les visions prospectives qu’il développe, dans le cadre de la présentation de sa candidature aux élections présidentielles d’Avril 2019. Sa démarche est construite sur le thème de la « Rupture sans reniement »… tout un programme !

En même temps, interrogeons le pouvoir actuel qui a décidé d’aller vers un cinquième mandat (sans campagne, ni discours du principal intéressé) sous le slogan de la « Continuité et de la stabilité ». De quelque continuité et de quelle stabilité, s’agit-il ?

La continuité au sein de la présidence de la république qui a changé d’adresse clandestinement, d’El-Mouradia à Zéralda et où des personnes physiques et morales activant hors organigramme officiel ? Peut-on imaginer un instant le même scénario à la Maison Blanche, au 10, Downing Street ou à l’Elysée ou ailleurs ?

La continuité du texte constitutionnel, des lois et des règlements qui sont piétinés et amendés, au gré des humeurs ou des intérêts du moment du Prince président ?

La continuité dans les institutions, incarnant le pouvoir législatif, à travers deux organes (l’APN et le Conseil de la Nation), transformés en chambres d’enregistrements, d’accaparement de privilèges et de passe-droits et où le cadenas sert d’outil au débat d’idées.

- Advertisement -

La continuité au Conseil de la Nation, au sein duquel le tiers présidentiel est constitué de larrons, récompensés pour « services rendus » au Président et à la tête duquel trône le gardien du temple, le plus souvent absent en longue durée pour maladie ?

La continuité dans le pouvoir exécutif, composé de saprophytes, désignés par lettres de cachet, en fonction de leur proximité aux cercles concentriques du président et sur des critères régionalistes, de copinage, de ploutocratie et de courtisanerie, sans programme cohérent, à moyen et long terme, sans homogénéité idéologique et politique et sans aucune stratégie ?

La continuité au sein du pouvoir judiciaire, qui a été amené à privilégier «la justice de jour et celle de nuit », qui a avili la noble mission de la magistrature et des magistrats et introduit,  le bakchich comme critère d’arbitrage.

La continuité dans le pouvoir monétaire qui a été vidé de sa substance et réduit à imprimer des faux Dinars, introduisant un processus de stagflation, pour la première fois, dans notre pays et une chute vertigineuse de la valeur du Dinar

La continuité dans le secteur administratif central et local, arrimés aux suggestions publiques distributives et assujettis aux pressions tutélaires, en dehors de tout cadre législatif et réglementaire voire carrément en contradiction.

La continuité au sein des associations à caractère politique, « redressées » à souhait, au gré des manœuvres multiples, morcelées, fragmentées et domestiquées afin de les humilier et neutraliser toutes critiques mêmes constructives, de manière à créer le vide et annihiler toutes émergences de contre-pouvoirs.

La continuité dans le mouvement associatif et des contributions citoyennes, complètement chloroformés et uniquement orientés vers le prosélytisme et à l’apologie de la photo encadrée du président, y compris au niveau du mouvement sportif qui a transformé les stades en lieux de pugilat entre supporters et contre les forces de l’ordre.

La continuité dans les mouvements syndicaux patronaux et des travailleurs, qui ont cessé de jouer leur rôle de courroies de transmission du monde du travail et de l’entreprise, en direction des pouvoirs publics, pour devenir des outils dociles entre les mains de ce même pouvoir, pour contrecarrer les revendications légitimes provenant de la société profonde et pour distribuer des monopoles et des rentes aux oligarques.

La continuité dans les politiques publiques qui ont enfermé, dans un appareil bureaucratique centralisé, les entreprises publiques et privées, les contraignant au déficit structurel ou à la liquidation prédatrice, tuant définitivement la liberté d’entreprendre et celle de créer des biens et services, favorisant l’expansion du marché informel et ses réseaux mafieux.

La continuité du programme économique, complètement assujetti à la rente pétrolière et qui a vu, en vingt ans, quelques 1.000 milliards de US $, s’évaporer dans des projets à l’efficience douteuse et pour la plupart entachés de malversations et d’actes de corruption, ce qui a eu pour conséquences directe, l’augmentation phénoménale de leur coût de réalisation.

La continuité au sein du système éducatif où des ressources importantes sont englouties, alors que son niveau qualitatif ne cesse de baisser et que la déperdition scolaire et universitaire, jette des centaines de milliers d’élèves et d’étudiants, hors du système, sans perspectives alternatives sinon le chômage, la délinquance, la précarité et la harga.

La continuité dans la politique de santé et de protection sociale, qui accroit chaque jour un peu plus les déséquilibres financiers sans améliorer la qualité des soins et la couverture sociale, obligeant la population à se soigner à l’étranger, lorsqu’elle en a les moyens personnels ou ceux de l’état pour la seule nomenklatura, sinon à se résigner à une mort certaine.

La continuité dans la politique culturelle et de communication, entièrement dédiées à l’apologie du pouvoir, confisquant la liberté d’expression et de création artistique, consacrant ainsi, soit le droit au silence et l’exil intérieur et extérieur soit à la répression sauvage.

Pour que toutes ces continuités soient éliminées et remplacées par un programme politique de rupture, je m’engage dans cette campagne auprès d’Ali Ghediri.

De quelle stabilité parlez-vous ? La Stabilité dans les villes et les campagnes qui voient tous les jours les populations investir les rues, les places et les routes, pour revendiquer de l’emploi, des structures de santé qui fonctionnent, des logements répartis équitablement, de l’eau, de l’électricité, du gaz et qui ne trouvent, pour seules réponses, que la matraque.  

La Stabilité aux frontières ouvertes ou fermées, qui véhiculent tous les trafics, humains, de biens et services subventionnés, des drogues et de la harga réprimée.

La Stabilité par l’achat de la paix sociale à coups de subventions inconsidérées, mal ciblées, opaques et surtout avec un impact négatif sur la société qui est réduite à la mendicité alors qu’elle aspire à la responsabilité sur son devenir et son destin.

La Stabilité au sein de la société et principalement de la jeunesse pleine de vitalité qui revendique le droit à la citoyenneté, pour revendiquer une vie meilleure et un avenir radieux.

Pour que toutes ces fausses Stabilités soient éliminées, programme politique de rupture avec elle s’impose,  c’est dans ce sens que je m’engage auprès d’Ali GHEDIRI.

Enfin, je partage surtout la rupture sans reniement avec nos valeurs ancestrales, sans exclusives, celles de Novembre 54, fondatrices et libératrices des jougs coloniaux, celles des espérances confisquées de l’après indépendance.

Pour la rupture sans reniement, je m’engage résolument dans ce combat avec Ali Ghediri et tous les patriotes qui partagent ces idéaux.

Seule l’histoire saura juger les uns et les autres !

Auteur
Dr Mourad Goumiri

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents