25 mai 2024
spot_img
Accueil360°Omar Aït Larbi condamné à 6 mois de prison

Omar Aït Larbi condamné à 6 mois de prison

Omar Ait Larbi

L’activiste Omar Aït Larbi a été présenté aujourd’hui, le 13 février 2024, devant le procureur près du tribunal d’Amizour qui a décidé de le faire comparaître sous la procédure de comparution immédiate.

A Relizane, l’ex-détenu d’opinion, Larbi Menad, a été soumis à la contrainte physique et conduit en prison pour n’avoir pas pu s’acquitter d’une amende de 50 000 dinars, rapporte le Cnld.

Pour en revenir à l’affaire Omar Aït Larbi, ce dernier a été condamné ainsi à 06 mois de prison ferme et à 50 000 dinars d’amende et sans mandat de dépôt à l’audience. Il sortira donc libre. Arrêté par la police d’El Kseur, le 11 février, sa garde à vue est prolongée pour l’activiste Omar Ait Larbi au niveau du commissariat central de Béjaïa. La machine à réprimer est la seule qui fonctionne à plein régime en Algérie. Alors même que le système politique et économique sont sous hypothermie, le bras répressif s’active pour anesthésier toute expression libre. 

Répression en Algérie : 82 ONG interpellent le Conseil des Droits de l’Homme (CDH)

- Advertisement -

Ce n’est pas la première fois que ce militant est arrêté. Il est par ailleurs sous le coup de plusieurs condamnations à la prison ferme et avec sursis et à des fortes amendes.

Jeudi dernier, le 08 février 2024, il a été déjà notifié de s’acquitter d’une somme de 23 000 dinars représentant des amendes judiciaires et il avait un délai de 10 jours pour le faire, où il fera l’objet d’une contrainte physique.

Le même jour, il était destinataire d’une convocation à comparaître pour le 27 février, devant la section correctionnelle près du tribunal d’Amizour, wilaya de Béjaïa. Comme nous l’avions rapporté précédemment, il est accusé « de diffusion de publications de nature à nuire à l’intérêt national ».

Le procès des 12 ex-détenus d’opinion d’Aflou est reporté encore une fois pour le 7 mars prochain, à savoir 4 jours avant le procès programmé au tribunal criminel de Laghouat. Ibrahimi Ibrahim El Khalil était le 13e avant sa libération pour des raisons de santé.

Ils ont été arrêtés le 1er décembre 2021 et placés sous mandat de dépôt le 8 du même mois. C’est dire que la justice est hargneuse avec les innocents et les porteurs de la liberté.

Les 13 détenus sont tous poursuivis par l’article 87 bis 2 du code de procédure pénale.

1/ Kara Belkacem

2/ Ouarnoughi Ahmed

3/ Ouarnoughi Younes

4/ Tiaaiba Youcef

5/ Denaka Atta-Allah

6/ Ibrahimi Ibrahim El Khalil

7/ Geurad Belkacem

8/ Soudani Hattak

9/ Boudrina Mohamed

10/ Aissi Abdelkader

Taabd Allah Ahmed Amin, Bezit Ibrahim Elkhalil et Tameda Mohamed, arrêtés par la gendarmerie nationale de Laghouat avec perquisitions aux domiciles, le 1er décembre 2021.

Leurs téléphones portables et PC ont été saisis lors de la perquisition. Après leurs présentations devant le procureur du tribunal de Laghouat le 8 décembre 2021 puis devant le juge d’instruction ils ont été placés sous mandat de dépôt et transférés vers la prison d’Aflou (Laghouat).

L.M./Cnld

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents