15 juillet 2024
spot_img
AccueilChroniqueOù sont les Etats-Unis d'Afrique de Kadhafi ?

Où sont les Etats-Unis d’Afrique de Kadhafi ?

Mouammar Kadhafi

Les projets de Kadhafi pour l’Afrique étaient en grande partie axés sur la recherche de l’indépendance financière et économique du continent vis-à-vis de l’Occident. Comme son projet d’Etats-Unis d’Afrique.

Pour mieux comprendre cette réflexion, examinons plus en détail les aspects de dépendance financière et les objectifs de libération économique qu’il cherchait à atteindre : l’Afrique a souvent été prise dans un modèle économique où elle dépendait fortement des puissances étrangères pour des investissements, des prêts et des échanges commerciaux.

Cette dépendance avait tendance à perpétuer un schéma où les pays africains étaient principalement des exportateurs de matières premières, tandis que les industries à valeur ajoutée et les économies diversifiées étaient dominées par les nations occidentales. Mouammar Kadhafi souhaitait briser cette dépendance en créant une monnaie africaine adossée à l’or.

En adoptant une monnaie commune, les pays africains auraient pu commercer entre eux en entraînant les fluctuations monétaires et les politiques monétaires étrangères qui entraînaient souvent leur développement économique.

- Advertisement -

En promouvant une monnaie africaine et une coopération économique plus étroite entre les nations du continent, Kadhafi cherchait à stimuler le développement de l’industrie et de l’économie africaine.

En éliminant les barrières monétaires et commerciales entre les pays africains, il espérait favoriser l’émergence d’une économie plus diversifiée et résiliente. L’objectif était de permettre aux pays africains de passer de simples exportateurs de matières premières à des producteurs et exportateurs de biens à plus forte valeur ajoutée.

Cela aurait favorisé la création d’emplois, la croissance économique durable et la réduction des inégalités. Outre les avantages économiques, les projets de Kadhafi avaient également des implications politiques.

En imposant la dépendance financière envers l’Occident, les pays africains pourraient renforcer leur souveraineté politique et leur capacité à prendre des décisions indépendantes sans subir de pressions économiques extérieures. Cela aurait pu contribuer à réduire l’influence et le contrôle exercés par les puissances étrangères sur les affaires africaines.

Les pays africains auraient pu être en mesure de prendre des décisions basées sur leurs propres besoins et priorités nationales, plutôt que d’être contraintes par des politiques imposées de l’extérieur.

La Libye veut récupérer l’argent prêté par Kadhafi aux pays africains

En conclusion, les projets de Kadhafi pour l’Afrique avaient pour objectif de libérer le continent de sa dépendance financière vis-à-vis de l’Occident en créant une monnaie commune adossée à l’or et en favorisant la coopération économique entre les nations africaines. Ces projets visaient à stimuler le développement durable, à renforcer la souveraineté politique et à permettre aux pays africains de sortir de l’entreprise économique qui avait entraîné leur croissance pendant des décennies.

Les événements entourant l’assassinat de Mouammar Kadhafi et les conséquences qui ont suivi en Libye offrent plusieurs leçons importantes pour la diplomatie internationale et la gestion des crises. Les événements en Libye soulignent l’importance de prendre en compte les répercussions régionales lors de l’intervention dans un pays.

L’instabilité en Libye a eu des effets déstabilisateurs sur les pays voisins, notamment en favorisant la montée du terrorisme et en alimentant les flux migratoires. Les décideurs politiques doivent anticiper les conséquences régionales pour éviter de créer de nouveaux foyers d’instabilité. les événements liés à l’assassinat de Kadhafi et à la crise en Libye soulignent la nécessité d’une approche réfléchie, coordonnée et globale dans la gestion des crises internationales.

L’assassinat de dirigeants africains par des puissances hégémoniques soulève des préoccupations majeures en termes de souveraineté nationale, de stabilité régionale et de relations internationales. Bien que chaque cas soit unique et complexe, il existe des tendances et des leçons à retenir de ces événements L’assassinat de dirigeants africains par des puissances étrangères peut être perçu comme une violation de la souveraineté nationale. Cela soulève des questions sur le droit des pays à déterminer leur propre destin et à prendre des décisions indépendantes sans ingérence extérieure.

L’assassinat de dirigeants peut déclencher des périodes d’instabilité et de perturbation dans les pays concernés. La disparition soudaine d’un dirigeant peut créer un vide de pouvoir, déclencher des luttes pour le pouvoir et aggraver les divisions internes. L’assassinat de dirigeants peut avoir des conséquences régionales, en perturbant l’équilibre géopolitique et en créant des problèmes de sécurité.

Les événements dans un pays peuvent avoir des répercussions sur les pays voisins, contribuant à l’instabilité régionale et aux flux de réfugiés. Lorsqu’un leader est assassiné, cela peut exposer la fragilité des institutions politiques et de gouvernance dans le pays. Si les institutions ne sont pas suffisamment fortes et capables de gérer la transition, cela peut conduire à une période d’incertitude et d’instabilité.

Lorsque des puissances hégémoniques sont impliquées dans l’assassinat de dirigeants africains, il peut y avoir une tension entre leurs propres intérêts nationaux et les intérêts de la nation africaine concernée. Les motivations derrière ces actions peuvent être multiples : – Les ressources naturelles abondantes de l’Afrique, comme le pétrole, les minéraux et les terres arables, peuvent attirer l’attention des puissances étrangères.

L’élimination d’un leader, tout aussi dictateur qu’il était, perçu comme un obstacle à l’accès à ces ressources, peut être considérée comme une opportunité de renforcer leur contrôle sur ces précieuses richesses. – L’instabilité régionale est un terreau fertile au pillage des ressources, à l’hégémonie étrangère, à la corruption des élites et à la domestication des peuples de la région

Dr A. Boumezrag

4 Commentaires

  1. Jusqu’à un certain point je peut respecter la forme du titre Dr. Mais son fond me laisse perplexe et même déçu.
    Je ne comprend pas comment un si prestigieux titre et aussi haut niveau d’instruction se met en arrière plan derrière le dictateur Mouamar Kadhafi, un sanguinaire et la fois un psychopathe et voyou.

    Franchement, je suis sidéré. Je comprend pourquoi l’Algerie est condamnée à mourir et disparaître, si ses élites sont incapables d’avoir un raisonnement logique et cohérent, que pourront faire les ignorants qui tiennent le pouvoir de force?

    Les États Unis d’Afrique? Tous les dirigeants sans exception sont des tyrans. qui refusent le partage du pouvoir même localement à l’intérieur de leurs frontières.

    La monnaie unique ( dinar en or)? Tous les pays du continent sont corrompus jusqu’à l’os, sans la moindre connaissance du fonctionnement bancaire ou financière, ni fiscalité ni autorité ni respect des lois..

    La valeur ajoutée sur les produits et services? Sans éducation , ni formation professionnelle, ni savoir faire , ni technologie ni évolution ni amélioration, des peuples quasiment primitifs qui utilisent encore la hache par défaut en guerre.

    Dr ?

    • J’espere qu’il a ete jete’ dans la mer rouge pour nourir les poissons ou ocean indien, aux abords de Madagascar ou les requins sont tres acceuillants. Malheureusement, la culture politique partout en Afrique est la meme. Le gadafi presente l’avantage d’exhiber les symptomes. Votre commentaire et 100% precis. Celui-ci est pour lui faire echo. Moi pas dooctoor.

  2. Les occidentaux préféraient feu Kaddafi lorsqu’il représentait une soi-disant menace pour l’occident et son peuple mais le jour où ce dernier se mit à normaliser ses relations avec l’occident et à développer son pays pour en faire « les États-Unis d’Afrique » Sarkozy et l’OTAN ont tout bonnement choisi de le liquider et de mettre à feu et à sang la Libye pour mieux exploiter ses richesses plus utiles selon eux aux occidentaux plutôt qu’au peuple libyen et au développement de la Libye.

  3. « Cette dépendance avait tendance à perpétuer un schéma où les pays africains étaient principalement des exportateurs de matières premières, tandis que les industries à valeur ajoutée et les économies diversifiées étaient dominées par les nations occidentales ». La Libye de Kadhafi en était le meilleur exemple. Aussi, l’idéal aurait été que Kadhafi s’attèle d’abord à diversifier son économie afin d’extirper son pays de ce « schéma imposé » par les nations occidentales avant de promouvoir la mise sur pied fort compliquée de cette entité (États-Unis d’Afrique). L’effet d’entraînement aurait été beaucoup plus « payant ». Mais comme Kadhafi était plutôt partisan du pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, tous ses projets pharaoniques, aussi louables qu’ils soient, sont généralement restés à l’état de voeux … pieux.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Le Sud global face à l’illusion de la croissance verte

Les signes avant-coureurs d'une catastrophe écologique imminente se multiplient à une cadence effrayante. Les tempêtes dévastatrices, les incendies incontrôlables, les sécheresses prolongées, la fonte...

Les derniers articles

Commentaires récents