30 mai 2024
spot_img
AccueilMise en avantPrésidentielle au Tchad : le chef de la junte Mahamat Déby "élu"

Présidentielle au Tchad : le chef de la junte Mahamat Déby « élu »

Mahamat Idriss Déby Itno, 40 ans, fils de l’ancien dictateur au pouvoir pendant 30 ans, a recueilli 61,03% des voix, selon les résultats officiels provisoires de la commission électorale qu’il avait nommée, contre 18,53% à Succès Masra. Le règne des Idriss Déby est assuré.

Comme dans toutes les dictatures africaines, c’est toujours le chef de l’Etat qui gagne aux suffrages. Sans surprise.

« Je suis désormais le président élu de tous les Tchadiens ». Le général Mahamat Idriss Déby Itno a été déclaré jeudi 8 mai vainqueur de la présidentielle au Tchad, trois ans après avoir pris le pouvoir à la tête d’une junte militaire. Son Premier ministre Succès Masra, battu, lui conteste cette victoire.

Mahamat Idriss Déby Itno, 40 ans, a recueilli 61,03% des voix, selon les résultats officiels provisoires de la commission électorale qu’il avait nommée, contre 18,53% à Succès Masra, 40 ans aussi. Le taux de participation s’est officiellement élevé à 75,89%. Ces décomptes doivent encore être validés par le Conseil constitutionnel, lequel avait également été nommé par le chef de la junte.

Accusation de résultats truqués

Peu après l’annonce, des militaires ont tiré en l’air à l’arme légère à N’Djamena dans le quartier où siège le parti de Succès Masra, de joie mais aussi manifestement pour dissuader les gens de se rassembler, ont rapporté des journalistes de l’AFP. Quelques habitants couraient pour se terrer chez eux et les rues ont vite été désertées. C’était l’inverse près du Palais présidentiel, de nombreux partisans de Déby célébraient sa victoire en criant et chantant et klaxonnant dans leurs voitures, recouvertes du drapeau tchadien pour certaines.

- Advertisement -

Succès Masra avait revendiqué la victoire avant la proclamation des résultats officiels dans un long discours sur Facebook où il accusait par avance le camp Déby d’avoir truqué les résultats pour annoncer la victoire du général. Invoquant la compilation des comptages des bulletins par ses propres partisans, il a appelé les Tchadiens à « ne pas se laisser voler la victoire » et à la « prouver » en « se mobilisant pacifiquement, mais fermement ».

Si les partisans de Masra protestent dans la rue, cela pourrait ouvrir la voie à des violences meurtrières, les manifestations de l’opposition étant systématiquement réprimées dans ce pays marqué, depuis son indépendance de la France en 1960, par les coups d’Etat, les régimes autoritaires et les assauts réguliers d’une multitude de rébellions. La Fédération Internationale pour les droits humains s’était inquiétée le 3 mai d’une « élection qui ne semble ni crédible, ni libre, ni démocratique », « dans un contexte délétère marqué par (…) la multiplication des violations des droits humains ».

Avec AFP/francetvinfo

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents