30 novembre 2022
spot_img
AccueilMondePutsch : situation incertaine au Burkina Faso

Putsch : situation incertaine au Burkina Faso

Bobodioulasso

Alors que la matinée était calme à Ouagadougou et augurait un retour à la normale, des coups de feu de nouveau ont retenti dans la capitale burkinabè. Des militaires sont aussi déployés.

La veille, après une journée confuse, le capitaine Ibrahim Traoré a pris la place de Paul-Henri Saondogo Damiba à la tête du pays. Ce samedi, la situation est toujours instable. Des manifestants appellent en soutien les Russes. Et dénoncent aussi l’intervention de la France qu’ils accusent de protéger le colonel Paul Henri Damiba.

18h40 : Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a condamné les officiers de l’armée burkinabè qui ont pris le pouvoir à Ouagadougou. « Le secrétaire général est profondément préoccupé par les évènements qui se déroulent au Burkina Faso. Il condamne fermement toute tentative de prise de pouvoir par la force des armes, et appelle tous les protagonistes à s’abstenir de toute violence et à rechercher le dialogue », a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans un communiqué.

18h30 : La situation reste tendue, relate le correspondant de RFI à Ouagadougou, Yaya Boudani. En toute fin d’après-midi, un sous-lieutenant a appelé les populations à ne pas tomber dans le piège du lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, qui aurait décidé selon lui de lancer une contre-offensive suite à son éviction. Après la diffusion sur les antennes de la télévision publique de cet appel, des habitants ont commencé à dresser des barricades sur la voie menant au camp militaire de Kamboinsin.

- Advertisement -

18h15 : Le capitaine Ibrahim Traoré s’est exprimé sur Radio Oméga. Il était interrogé par le journaliste Lamine Traoré. Il n’a pas confirmé l’information selon laquelle le lieutenant-colonel Damida se trouverait au camp de Kamboinsin. « On pense qu’il est là-bas », a-t-il dit. « Il a ordonné une contre-offensive ce matin, ajoute-t-il. « On a réussi à calmer la situation pour que ça ne dégénère pas. »

Coup d’Etat au Burkina Faso

Au sujet de Paul-Henri Damiba toujours, « nous n’avons pas la main sur lui parce que nous n’avons pas voulu faire couler le sang hier matin. Nous sommes venus dans une logique en priant Dieu de ne même pas blesser un soldat. Même lui, on n’a rien contre sa personne. On n’avait aucune intention de le traduire devant une justice ou quoi que ce soit, ce n’est pas ça l’intention, en fait. C’était qu’il se repose parce qu’il est fatigué. »

Aujourd’hui, nous sommes vraiment surpris, c’est désolant, qu’il véhicule que nous nous affrontons. Et nous sommes sur nos positions. Je sais que les jeunes soldats, la plupart ils me connaissent ; les jeunes officiers, on a les mêmes idéaux. Je pense qu’eux, ils ne vont pas se laisser manipuler par ça. Voilà pourquoi il n’y a pas d’affrontement jusque-là. Nous n’allons pas affronter nos jeunes frères à cause d’un individu.

17h40 : Sollicitée par RFI, une source diplomatique française dément catégoriquement la dernière déclaration émise sur la RTB selon laquelle le lieutenant-colonel Damiba serait réfugié sur une base française.

17h30 : Des hélicoptères de l’armée ont survolé certains camps, dont celui de Babasi, rapporte RFI. Outre les faits mentionnés plus tôt dans cet article, toutes les voies menant aux monuments dédiés aux héros nationaux ont également été fermées. On a pu apercevoir des militaires ce samedi, postés sur leurs véhicules arme au poing. En fin de matinée, une source militaire affirmait qu’il existait un risque d’affrontement entre le camp du lieutenant-colonel Damiba, qui ne serait toujours pas d’accord avec son éviction, et ceux du capitaine Traoré.

17h10 : Dans une allocution télévisée diffusée sur la Radiodiffusion-Télévision du Burkina (RTB), les militaires revendiquant la prise du pouvoir à Ouagadougou ont accusé le lieutenant-colonel Damiba, renversé vendredi, de « planifier une contre-offensive », depuis une « base française » près de la capitale. « Cela fait suite à notre ferme volonté d’aller vers d’autres partenaires prêts à nous aider dans la lutte contre le terrorisme », assure la personne lisant un communiqué signé du capitaine Ibrahim Traoré. Un peu plus tôt, la diplomatie française a démenti toute implication dans les évènements en cours (voir à 16 heures). Et rejette l’accusation que le lieutenant-colonel Damiba soit réfugié dans une base française.

Manifes
Manifestation à Bobodioulasso, 2e ville du pays.

L’Union africaine et l’ONU condamnent le coup d’État

Samedi, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), le Tchadien Moussa Faki Mahamat, a condamné « le changement anti-constitutionnel de gouvernement » au Burkina Faso .

« Le président appelle les militaires à s’abstenir immédiatement et totalement de tout acte de violence ou de menaces aux populations civiles, aux libertés publiques, aux droits de l’Homme », affirme l’UA dans un bref communiqué.

Le président de la Commission de l’UA appelle enfin à « un strict respect des échéances électorales pour un retour à l’ordre constitutionnel au plus tard le 1er juillet 2024″.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Gutteres, a, de son côté, « fermement » condamné dans un communiqué samedi « toute tentative de prise de pouvoir par la force des armes » au Burkina Faso,

Les putschistes accusent la France d’aider Damiba, Paris dément

Les militaires qui ont pris le pouvoir au Burkina Faso ont accusé, samedi, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba de « planifier une contre-offensive », depuis une « base française », près de Ouagadougou, ce que la France dément.

« Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba se serait réfugié au sein de la base française à Kamboinsin, afin de planifier une contre-offensive afin de semer le trouble au sein de nos forces de défense et de sécurité », ont-ils déclaré dans un communiqué lu à la télévision nationale et signé par le capitaine Ibrahim Traoré, le nouvel homme fort du pays.

Une heure plus tôt, l’ambassade de France au Burkina Faso avait publié un communiqué pour « démentir avec fermeté toute implication de l’armée française, dans les évènements des dernières heures ».

L’ambassade dément également « les rumeurs selon lesquelles des autorités burkinabè auraient été accueillies ou seraient sous la protection de militaires français ».

Selon les putschistes, cette possible réaction de Paul-Henri Sandaogo Damiba ferait suite à leur « ferme volonté d’aller vers d’autres partenaires prêts à aider dans la lutte contre le terrorisme ».

Aucun pays n’est explicitement mentionné mais la Russie, dont l’influence est croissante en Afrique francophone fait partie des possibles partenaires. La présence de drapeaux russes dans une manifestation de plusieurs centaines de personnes, vendredi après-midi, pour demander le départ de Paul-Henri Sandaogo Damiba, soulevait des questions sur l’influence de Moscou dans ce nouveau putsch.

« Il est évident que les partisans russes sont de plus en nombreux. Au sein de l’armée et des populations, des voix s’élèvent pour demander un partenariat avec la Russie. Mais cela reste au stade de la théorie. Il ne faut pas s’attendre à une rupture avec la France mais peut-être une coopération plus accrue avec d’autres partenaires comme la Russie », tempère l’analyste Drissa Traoré.

« Dégradation continue de la situation sécuritaire »

Vendredi soir, après une journée émaillée de tirs dans le quartier de la présidence à Ouagadougou, une quinzaine de soldats en treillis et pour certains encagoulés ont pris la parole, peu avant 20 h 00 (GMT et locale) sur le plateau de la radiotélévision nationale.

Ils ont démis de ses fonctions le colonel Damiba – dont le sort restait inconnu samedi matin – et annoncé la fermeture des frontières terrestres et aériennes ainsi que la suspension de la Constitution et la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée législative de transition. Un couvre-feu a également été mis en place de 21 h 00 à 5 h.

Avec RFI/AFP/Reuters

 

 

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’ensemble Alwane à l’espace Magh de Bruxelles

LABA absl, l’association dirigée par la pétulante Ghezala Cherifi et dont l’acronyme veut signifier « Les Amitiés belgo-algériennes », présentera le samedi 17 décembre...

Les plus populaires

Commentaires récents