4 décembre 2022
spot_img
AccueilChroniqueQuand la précarité touche les Algériens

Quand la précarité touche les Algériens

REGARD

Quand la précarité touche les Algériens

Au vu de la crise, verra-t-on des émeutes du pain dans le pays ?

Une étude menée, au mois de mai dernier, par le cabinet algérien ECOtechnics, spécialisé dans le domaine des études de marché et du marketing, des sondages d’opinion ainsi que de la statistique a dévoilé que l’endettement des ménages, chez nous, est devenu un véritable phénomène de société.

Au moins 40% d’entre ces derniers sont contraints de s’endetter  auprès des amis, de la famille ou des commerçants, afin de faire face à l’ inflation galopante qui provoque une cherté excessive de la vie. 

D’après cette étude-là, l’endettement est devenu, ces dernières années, la source de financement la plus importante pour de nombreux foyers algériens. « Quand on rassemble ceux qui s’endettent seulement et ceux qui ont recours concomitamment à l’utilisation de l’épargne et à l’endettement, la proportion dépasse 50% », nous apprend encore la même étude réalisée et dirigée par une poignée d’experts algériens dont Saïd Ighilahriz et Ahcene Yezli. Le recours à la seule épargne, indique-t-on dans le même document, est relativement réduit : soit un peu moins de 20% de ceux qui ne couvrent pas leurs dépenses avec leurs revenus. Chose compréhensible dans la mesure où, quand un ménage dispose d’une épargne pour financer ses « trous » passagers, il ne se considère pas vraiment en difficulté.

- Advertisement -

C’est précisément le rôle de « l’option épargne », soulignent enfin les experts dudit cabinet, qui mettent en exergue les grosses difficultés financières et économiques auxquelles sont confrontés les foyers, compte tenu de l’augmentation vertigineuse du coût de la vie en Algérie. Il faut rappeler que, bien que réalisée en pleine période du Ramadan, mois de grande consommation, ce constat peut malheureusement  être généralisé aux autres périodes de l’année vu l’inflation galopante et la chute libre de la valeur du dinar, conjuguées à une très faible croissance économique.

Cela complique, il est vrai et de façon alarmante, le quotidien des ménages dans leur lutte contre la précarité. Une précarité qui s’aggrave de jour en jour en raison d’une crise financière et économique de plus en plus aiguë faute d’un plan de redressement national rééquilibrant le rapport entre la demande et l’offre sur les marchés nationaux. L’endettement des foyers  est-il voué donc à durer dans le temps? Sans doute que la réponse à cette question dépend, en grande partie, de l’efficacité du plan d’action du gouvernement actuel afin d’éviter la brutalité des chocs socio-économiques à venir. 

 

 

Auteur
Kamal Guerroua

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme

Le tribunal criminel de première instance de Dar El Beida (Alger) a condamné, jeudi, par contumace, Mohamed Zitout, Hicham Aboud et Amir Boukhors dit...

Les plus populaires

Commentaires récents