29 mai 2024
spot_img
AccueilCultureQuand le téléphone sonne !

Quand le téléphone sonne !

Le téléphone noir

Institutionnellement méconnu et séquestré dans la catégorie esthétique, le fantastique est considéré comme un genre mineur taxé de divertissement littéraire.

De nombreux critiques comparent la théorie du fantastique à un maquis d’où découlent une multitude indéterminée de définitions, ce croisement permet au genre de proliférer et d’évoluer, les arts sont d’ailleurs envahis par cette esthétique du surnaturel, de l’incertitude, du doute et de la peur. Selon le professeur Louis Vax, l’histoire du fantastique est un miroir qui reflète le commun de notre monde face à l’inexplicable.

Aujourd’hui, nous vous proposons l’analyse d’un film d’horreur récent qui a connu un grand succès auprès du grand public. Le téléphone noir est l’une des nouvelles de la collection Fantômes du XXe siècle écrite par Joe Hill, pseudonyme de Joseph Hillstrom King, fils du célèbre écrivain d’horreur Stephen King.

Publié en anglais en 2005, ce recueil a reçu deux prix littéraires. La nouvelle de Le téléphone noir est choisie par le réalisateur Scott Derrickson pour être adaptée au cinéma en 2022 . Un film fantastique est un film tendu vers une fin mystérieuse et indéterminée caractérisée par l’effet de chute. Hitchcock innove dans ce domaine ; Stephen King devient une figure emblématique du genre. Le film d’horreur représente l’un des maillons forts du cinéma fantastique puisque l’un de ses principaux moteurs est la peur.

- Advertisement -

Par le suspense qu’elle produit, la peur nourrit le film fantastique ; son intensité et sa montée en puissance dérangent le spectateur. L’anxiété se crée en lui et s’amplifie lors de la visualisation des scènes énigmatiques du film, il ressent le plaisir de connaître la fin et de résoudre le mystère qu’est le film, ce sentiment représente pour lui une catharsis qui lui permet de reconnaître ses peurs.

L’intrigue du téléphone noir raconte l’histoire du garçon Finney Shaw kidnappé et séquestré dans une cave par un meurtrier. Ce personnage est dérangé par la présence d’un vieux téléphone noir accroché au mur, son angoisse grandit lorsqu’il reçoit un appel dérangeant, c’est une des victimes du kidnappeur ‘Bruce Yamada’ qui lui parle de l’au-delà pour l’aider s’échapper. Cette nouvelle fantastique est reprise sous forme de film d’horreur, dans le nouveau scénario Finney ne reçoit pas un appel mais plusieurs de multiples victimes qui tentent tour à tour de lui insuffler une idée d’évasion, la rigidité textuelle du court l’histoire se transforme en une mise en scène humaine où l’amour paternel, fraternel et amical rejoignent l’allure énigmatique et effrayante du fantastique.

Joe Hill maîtrise l’art de l’ambiguïté, son lecteur a du mal à comprendre le vrai sens de ses histoires, il joue avec ses convictions et lui annonce clairement que le monde n’est pas absolument noir ou blanc, mais une multitude de mystères qui forment ce s’appelle le surnaturel. Cette mise en lumière de l’au-delà des frontières de l’entendement humain met en abyme la véritable nature humaine valsant entre : la folie, l’assassinat, l’angoisse et le désespoir.

Son œuvre est un hommage aux 33 jeunes victimes du tueur en série John Wayne Gacy, c’est aussi une justice restaurée. L’écrivain sauve une de ses victimes grâce à des forces surnaturelles pour annoncer aux spectateurs que les miracles existent encore, il suffit de croire au pouvoir d’un objet tel qu’un téléphone noir pour équilibrer la réalité, l’espoir surgit du néant pour toucher l’esprit du spectateur.

Dr. Ghanem Fatma Zohra

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents