19 juillet 2024
spot_img
AccueilIdéeS’aligner sur un militaire, quel bel exemple de démocratie !

S’aligner sur un militaire, quel bel exemple de démocratie !

De Mokrane Aït Larbi à Zoubida Assoul et Sofiane Djilali

S’aligner sur un militaire, quel bel exemple de démocratie !

Y a rien à dire ! l’Algérien, qu’il se considère lambda, comme vous et moi, ou supérieur comme nos vénérables politiciens aguerris par l’entourloupe au sommet, le principe impulsif et irréfléchi du terroir nous colle tous à la peau pour nous faire dire oui à tout et n’importe quoi !

Nous voilà donc tous sommés d’accepter l’idée d’un messie…, militaire de surcroît (comme tous les envoyés des cieux, d’ailleurs), si on ne veut pas être pointé du doigt et considéré comme ignare et égaré, mû par un objectif unique, celui de vouloir du mal à son pays ! Mais quand allons-nous apprendre à nous écouter bon sang de bonsoir, un tant soit peu d’humilité en guise de bandoulière remplie de génétique et de sagesse, à l’image de nos thajmaath du terroir ?

Oui ! A moult égards, la candidature de Ali Ghediri, en plus d’être louche, est irrecevable pour nous citoyens d’en bas !

Awalène ! Monsieur Ghediri est un militaire ! Retour à la case départ de 1962 ? (Pour reproduire un commentaire d’une dernière chronique).

- Advertisement -

Thaniyene ! De Quelle supériorité intellectuelle peut donc se prévaloir un militaire sur un civil ? Y a-t-il eu preuve de bravoure sur le terrain du sacrifice pour que d’aucuns y voient en lui l’Atatürk nécessaire et suffisant pour sauver le pays ?

Thalithène ! Après 60 années d’indépendance, en sommes-nous encore réduits à espérer le salut que de l’unicité FliN-toxo-militaire ? Celle-là même qui a démuni le citoyen, en faisant du pays un butin de guerre à se transmettre génération après génération, val de grâce après val de grâce, entre officiers et députés. Celle-là aussi qui a fi de toute forme de déontologie individuelle et collective pour sucer le sang des martyrs auxquels, la hia, la hachma, ils s’identifient !

Faire porter la charge de nos espoirs sur le dos d’un militaire, aurons-nous avancé du moindre iota du dem-akoursi qui a toujours prévalu au sein de la société et des dirigeants de l’Algérie ?

Rabi3ene : Les officiers algériens sont-ils à ce point plus intelligents que leurs homologues civils pour leurs confier nos destinées une huitième fois sans qu’il nous soit donné un petit brin de courage pour oser rechigner, et présenter, ne serait-ce qu’un tant soit peu, quelques contours de nos suspicions, devenues maladives au fil du temps, par la grâce de moults entourloupes en nos espoirs ensemencées ?

Faut-il donc croire qu’un diplômé militaire a plus de solutions à proposer que l’équivalent de 20 civils du même niveau ?

À ce stade de la colère, vous vous demandez certainement d’où provient ce nombre comparatif de 20 civils pour 1 militaire ? Non, il ne tombe pas du ciel, comme la plupart de nos dirigeants ! Il provient d’un calcul simple :

Le rapport 40 millions sur 400.000 soldats est de 100 ! Walakine, un soldat c’est aussi une famille qui compte, en moyenne, une épouse et 3 enfants ! La suite du calcul est simple à achever !

60 ans après l’indépendance, nous voilà donc réduits à l’idée d’un messie…militaire !

Zoubida Assoul, Mokrane Ait Larbi et, à demi-mots, Sofiane Djilali….Il ne manque plus qu’Amira Bouraoui pour que la fourchette au complet nous intime, en toute majesté, l’ordre que le combat contre Bouteflika ne mérite plus aucun débat ! Nous avons trouvé le sauveur qu’il nous faut !

Oh ! Oh ! Pas si vite SVP ! Pour l’instant, Vous avez (ou plutôt, croyez avoir) trouvé l’homme qu’il Vous faut ! Permettriez-vous qu’on donne notre avis, si insignifiant soit-il, à vos yeux et regards d’illuminés supérieurs, sur nous jetés ?

Petit décompte simple de nos seigneurs :

1- Ben-Bella imposé par les chars des frontières ;

2- Boumediene, colonel des frontières ;

3- Chadli Bendjedid, colonel des militaires ;

5- Mohamed Boudiaf, seul président civil, néanmoins appelé par des Ggénéraux- majors ! Assassiné par qui ? Faut-il sortir de St-Cyr pour le deviner ?

6- Liamine Zeroual, général ; certes choisi, par défaut, par le peuple (l’élection de 1996 est la seule à laquelle il est permis de croire) contre la bête immonde, mais forcé d’abdiquer, bien avant de terminer un premier mandat !

7- Aek-el Mali, le petit capitaine qui n’a jamais tiré une balle et qui ose se targuer d’un galon supérieur quand les généraux n’étaient que de piètres caporaux alignés aux mêmes frontières que lui ! Le petit capitaine imposé président depuis 20 ans, et peut-être bien à vie, pour mourir sur le trône, en Grand pharaon et en moudjahid qu’il n’a jamais été ! La supercherie, ça ne prend pas !

Après ce résumé succinct de nos berzidanes, tous imposés par l’armée, si Vous encore croire en « son » Général, Moi pas !

Moi juste dire que pas croire en démocratie militaire pour corriger nos tares, en éternels ders alignées sur leur parterre !

D’ailleurs, si c’est pour nous faire croire que seul un militaire peut nous sauver de la dérive, pourquoi et à quoi auront servies ces 30 années de partis et de démocratie concoctées en plateaux d’endives ?

L’Algérie, nous voulons tous la sauver ! mais croire en un messie, jamais hier, pas aujourd’hui, et pas demain !

Parlez-nous ! On vous répondra !

Dirigez-nous par la force de vos armes et vos convictions ! Par la plume, on se révoltera !

Kacem Madani,

Citoyen d’en bas

Auteur
Kacem Madani

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents