3 octobre 2022
spot_img
AccueilIdéeSommes-nous seuls dans l’univers ?

Sommes-nous seuls dans l’univers ?

Espace

En ces temps où la moindre info se retrouve très vite noyée dans un océan d’intox, surtout pour nos pays dits arabes, forcément arriérés dans le référentiel d’un Occident qui se veut maître de l’évolution (et il l’est, qu’on le veuille ou non !) chaque printemps transforme toutes sortes d’éclosions en fenaisons de cauchemars, d’effusions de sang ou de prison.

Pour ceux que ces spectacles affligeants agacent et exaspèrent, il est fortement recommandé de s’offrir quelques moments de répit et d’évasion pour, d’un simple regard, scruter et palper l’Univers afin d’élever toutes sortes de questionnements philosophiques à une échelle supérieure, celle du monde galactique. Une façon fugace, mais ô combien efficace, de ramener ses angoisses de bipède primate à une dimension transcendantale décalée des démêlés politiques que nous imposent ces particules négligeables dans l’espace et dans le temps, même si elles portent des noms synonymes de grandeur et de prestige perfides, à l’exemple de tous ces vieux chnoques de l’Algérie nouvelle qui ne font que précipiter le pays dans les méandres d’une incurie manifeste.

Pour oublier ces créatures inhumaines, leurs mimodrames puérils et infâmes, il suffit juste de lever les yeux pour scruter le ciel nocturne, quand nul nuage ne l’assombrit, et laisser vadrouiller l’esprit d’une constellation visible à l’autre, en se posant l’unique question qui résiste encore aux avancées conjuguées de l’astrophysique, de l’astronomie et de l’exobiologie : « parmi ces étoiles en myriades, lesquelles abritent encore la vie, et dans quelles autres est-elle née avant de disparaitre à jamais ? ». Car la question « sommes-nous seuls dans l’Univers ? » possède désormais une réponse catégorique. Moult analyses et statistiques basées sur de récentes découvertes d’exoplanètes, dont le décompte se fait maintenant par milliers, apportent un Oui, quasi absolu, à l’éventualité que la vie soit apparue ailleurs que sur la planète Terre ! Apparition et extinction semblent se conformer aux mêmes règles, aux mêmes lois, un peu partout dans l’Univers, selon des cycles de vie et de mort quasiment identiques, à l’échelle galactique. Des étoiles, dont certaines abritent la vie, finissent par s’éteindre pendant que d’autres se forment pour laisser place à d’autres éclosions, ailleurs sur d’autres planètes, sous d’autres cieux, à des centaines, des milliers, des millions d’années-lumière !

Retour sur un sommaire intemporel des interactions philosophales entre le ciel et la Terre :

Depuis la nuit des temps, l’Homme contemple le ciel et s’interroge sur ces myriades d’astres suspendus au-dessus de sa tête, hors de portée, loin de tout saut qu’il rêve parfois de réussir à faire pour les arracher, les observer de près et, pourquoi pas, arriver à se les approprier. Des astres lumineux qu’il apprend vite à repérer pour s’orienter lors de périlleux voyages à travers mers, océans et déserts, sans pour autant que ne s’éteignent en lui des interrogations où s’entremêlent méditations et réflexions diverses, le plus souvent liées à une angoisses lancinante ; celle de se savoir unique créature « élue » et perdue dans ce cosmos infini.

- Advertisement -

 

Très vite, les Saintes Ecritures sont venues à son secours, pour le séduire, le dorloter, et le rassurer que la Terre est le centre de l’Univers, et que Lui, créature de corpulence médiane entre la fourmi et le dinosaure, mais doté d’une « intelligence supérieure » à toute autre espèce animale ayant vécue sur Terre depuis des milliers de millénaires, est la créature préférée des cieux et des Dieux. En guise de présents pour Lui, et Lui seul, le soleil, la lune, les étoiles et tout ce qui éclos sur Terre. Autant d’offrandes et de bienfaits exclusivement destinées à son bien-être et son confort ! Et, bien qu’illusoire et éphémère, son bref passage sur Terre ne constitue qu’un avant-goût de ce qui l’attend là-haut, chez le père éternel, dès lors qu’il se soumet à des règles d’adoration et de soumission quotidiennes et solennelles.

La Science quant à elle ne se suffit pas de sornettes ! À question bien énoncée, se doit réponse bien exposée ! Pour cela, le Scientifique s’interroge, suppute, découvre et avance, bien souvent à contre-courant des gloses banales avancées par la Bible, la Thora et le Coran. L’affaire Galilée en est l’exemple le plus probant !

Peu après Spoutnik, l’homme a foulé la Lune. Il se promène désormais en permanence autour de la Terre. Il a envoyé des sondes sur Mars, Venus, Mercure, et la comète Tchouri ! Décollée de cap Canaveral, il y a plus de 45 ans, Voyager-2 a frôlé Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton, avant d’aller se perdre dans le vide interstellaire, en dehors du système solaire. Tout cela ne le satisfait pas ! Car au-delà de cet espace réduit qui nous semblait impénétrable, il y a quelques dizaines d’années, il y aura bientôt les étoiles et les galaxies à explorer !

À cet égard, on ne peut que s’émerveiller des belles avancées accomplies par l’astrophysique et l’astronomie, en moins de trois décennies !

Il me revient en mémoire, une manchette de journal en gros caractères, laquelle annonçait la découverte, en 1995, de la première exoplanète. Une planète extérieure au système solaire qui gravite autour d’une naine jaune, située à 51 années-lumière de la Terre. Enfin, un bout de réponse à une question qui nous torturait l’esprit dès les années de Lycée et nos premiers cours de Science et de Philosophie, celle de savoir si, autour de ces étoiles lointaines gravitaient d’autres planètes, et si comme la Terre, elles y abritent la Vie aussi.

20 ans plus tard, les télescopes Hubble et Kepler, conjugués aux nombreux observatoires terrestres, ont porté le décompte en « Terres » extra-système-solaire à plus de 5000, dont un lot de 1234, confirmé d’un coup par un nouveau logiciel d’analyse, lequel permet de filtrer et d’affiner les résultats pour ne retenir que ceux qui rentrent dans une fourchette de certitude avoisinant 99% ! Si on y rajoute 3000 autres, en attente de confirmation, ce ne sont pas moins de 8000 exoplanètes qui ont été découvertes jusqu’ici. La moisson s’amplifiera certainement d’un facteur exponentiel avec le télescope James Webb, beaucoup plus performant en termes de résolution.

Bien évidemment, les découvertes scientifiques sont souvent polluées par un sensationnalisme maléfique, au même titre que celui de la presse people ou des agitations politiques. Telle fébrilité d’annonce journalistique s’avère fort décevant, eu égard au sérieux que nécessite toute observation nouvelle. À ce propos, combien de fois ne nous-a-t-on pas berné avec des dépêches annonçant la découverte de « super Terres », rapidement noyées dans des supputations qui laissent souvent place à un sentiment profond de frustration.

Toujours est-il que nonobstant les quelques malheureux couacs qui se glissent régulièrement dans la presse, la question de l’existence d’autres planètes analogues à la Terre ne se pose plus, car on estime désormais qu’une étoile sur cinq abrite au moins une planète située dans la zone habitable, donc susceptible d’abriter la vie.

Sachant, qu’à elle seule, notre Galaxie contient des centaines de milliards d’étoiles, on ne peut raisonnablement écarter l’idée qu’il existe des milliards de planètes similaires à la nôtre, dans notre seule voie lactée. Cela est quasiment certain ! Sachant que telle statistique peut aisément s’extrapoler à des milliards d’autres galaxies qui s’émoustillent en termes de millions d’années-lumière, les planètes semblables à la « belle Bleue » se comptabilisent en quantités à donner le tournis.

Mais ce qui taraude d’avantage l’homme de Science, ce n’est plus tant de découvrir des planètes jumelles de la Terre, mais surtout et avant tout de savoir si ces jumelles abritent aussi son propre frère. Parce que, dopé par un égo supérieur, la notion de Vie pour l’Homo- Sapiens doit nécessairement lui renvoyer le reflet de sa propre image. Sa quête de prospection ne s’arrêtera sans doute pas à la découverte de quelconque microbe, lequel représenterait pourtant la signature d’un schéma biologique conforme à celui qui a prévalu sur Terre il y a des centaines de millions d’années.

Savoir qu’un virus, un seul petit germe, se promène quelque part parmi les étoiles serait une preuve suffisante d’une forme universelle de développement de la vie, à l’échelle galactique ! L’égo de l’homo sapiens prendrait un sacré coup de blues s’il venait à ne découvrir que des créatures insignifiantes qui ne lui renvoient pas sa propre « beauté » physique et intellectuelle, celle de la créature sur laquelle les cieux ont jeté le dévolu pour en être l’unique préférée et pour laquelle la totalité de l’univers infini a été créé ! Hé-hé, c’est comme si les océans, l’Atlantique et le Pacifique, n’avaient été générés par les millions d’années d’évolution que pour héberger un simple têtard « meskine ouahdahou, la charika lahou » snif, snif !

Depuis son lancement, Le télescope James Webb ne cesse de nous inonder de clichés merveilleux de l’espace, de ses galaxies, de ses nébuleuses etc. Tout récemment, il y a quelques jours à peine, l’observation par vision directe d’une exoplanète constitue un véritable tournant pour l’astronomie !

Vivement l’analyse de l’atmosphère de celles qui en possèdent. Que nous ayons enfin preuves et attestations que la vie n’est pas une singularité propre à la planète Terre, mais qu’au contraire elle constitue une banalité étendue à tout l’Univers. Il reste à souhaiter, une fois la vérité galactique révélée, une intervention céleste, celle d’un Dieu qu’on mêle au moindre geste, à la moindre intention ! Un Dieu qui clamerait aux hommes : « mais foutez-moi donc la paix bande de c…, j’ai autre chose à faire que de m’occuper des infâmes égarements de négligeables Homo-Sapiens ! »

Kacem Madani

ARTICLES SIMILAIRES

6 Commentaires

  1. Je ne sais pas qui fait les titres au Matin-Dized mais je doute fort que celui-ci soit de Madani, sauf s’il a écrit son article ba3d el 3icha, ce qui vu sa profonde inspiration lui pardonnera son glissement sémantique de la physique à la métaphysique , autrement ,lui, n’aurait pas titré : sommes nous seuls dans l’univers ? « Mais nous ne sommes pas seuls dans l’univers, ipicitou !».

    Cependant , je doute que cela change les convictions religieuses profondément enracinées dans les esprits des croyants. Si seulement cela pouvait mettre fin à la bigoterie excessive, on aura fait un pas de géant.

    Je resterai kamim sur ma faim tant qu’on ne découvrira que des briques primaires ou des éléments de vie car sur la question d’autres créatures complexes on n’en est encore qu’aux hypothèses , ce qui laisse encore de la marge aux religions.

    • Azul a Hend,
      Je ne ais pas si tu as suivi l’info, mais il y a quelques mois une équipe de scientifiques avait analysé en détail le contenu de trois météorites et y a découvert tous les éléments indispensables à l’éclosion de la vie telle que nous la connaissons !!! Des météorites dont la formation est antérieure à la formation du système solaire, il y a plus de 4,6 milliards d’années !!!

      Evidemment, comme tu le signales, nous restons encore dans l’hypothétique. Cependant, la théorie de la panspermie, selon laquelle la vie serait apparue sur Terre grâce à une formation extraterrestre (par le biais de météorites) n’est pas à exclure.

      Attendons de voir !

      Pour ce qui est des convictions religieuses, tu connais la petite envolée : « même si Dieu lui-même apparaissait dans le ciel en disant que Mohammed n’est pas son envoyé, les musulmans le trucideraient ! »

      Cheers !

  2. A preuve du contraire, oui! et cette terre vas disparaitre dans cinq cent milles annees ou peut etre bien avant sans que les etres humains puissent battre les distances vers une autre planete habitable. Ainsi soit il! Bien sure aucune bible ne parle du rechaufement climatique qui vas detruire cette terre.

  3. S’il y a d’autres êtres intelligents dans l’univers, je leur envoie ce message:
    « Si vous me comprenez, écoutez-moi, et écoutez-moi bien. Ne faites surtout pas la faute terrible de faire confiance aux êtres humains qui peuplent cette planète. Ne croyez rien de ce qu’ils vous diront. Ils peuvent vous sembler pleins d’amitié et de bonnes intentions, mais vous feriez mieux de ne pas tomber dans le panneau. Le mieux est de vous éloigner d’eux tous s’ils établissent le contact avec vous. Malheur à vous si vous possédez quelque richesse matérielle qui pourrait exciter leur convoitise. Si vous en avez, tuez-les avant qu’ils vous tuent tous. Si vous ne les tuez pas, c’est eux qui vous tueront tous pour prendre ce que vous avez. C’est tout ce que j’ai à vous dire. »

    • Je m’associe à ta lettre aux extra-terrestre et j’y ajouterai : ne venez pas , nous ne méritons ni considération , ni le moindre intérêt. De toute façon, je crois que si vous venez chez nous c’est que vous êtes encore plus cons que nous et l’homme se fera un plaisir de vous dézinguer. Et idem si c’est l’homme qui vient chez vous.

      Quand je suis perdu dans mes propres élucubrations je me rabats sur celles des astrophysiciens qui ont à mes yeux l’approche la plus pertinente. Je les suis jusqu’au bout de leurs hypothèses ddans leur quête de nos origines ,mais je les lâche quand largués eux aussi ils se perdent dans la quête de Dieu. Et là j’avoue qu’ils ont moins d’imagination que les théologiens.

      L’homme a tendance à ramener tout à sa petite personne. L’idée que d’autres créatures complexes existassent le taraude . Si oui comment sont-elles ? Anthropomorphiques ? Peut-être . Ont-ils une conscience ? Ou ne sont-ils que matière? Que vaut dans ce cas la notion d’humanisme?

      Et si ces créatures extra-galactiques venaient chez-nous et inversaient la hiérarchie des normes et trouvaient qu’en vérité l’homme n’est ni plus évolué ni plus utile que les autres créatures terrestres et qu’au contraire c’est une créature qui a dégénéré, de la mauvaise graine qui s’est échappé d’ un autre monde pour mal pousser sur terre?

      • Si ces extra-terrestres n’annihilent pas l’homme dès qu’il montre son museau, l’homme lui refera le coup de la boussole, la croix et le canon. D’abord la boussole de l’explorateur plein de curiosité, suivi de la croix du missionnaire plein de foi religieuse, et ensuite le canon du soldat pour satisfaire la convoitise de ceux qui l’envoient.
        Si les indiens d’Amérique avaient massacré les premiers colons européens échoués sur leurs rives, ou au moins les avaient empêchés de jamais retourner chez eux pour ramener du renfort au lieu de les aider à survivre dans l’environnement inconnu et hostile dans lesquels ils se sont trouvés isolés, les pauvres malheureux ne seraient pas confinés dans des « réserves » aujourd’hui. ak youghal d-azrem s-iri comme on dit chez nouzotes.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Transport des étudiants : l’application MyBus lancée en octobre

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Baddari, a annoncé lundi, à Alger le lancement, en octobre prochain, de l'application...

Les plus populaires

Commentaires récents