21 juillet 2024
spot_img
AccueilA la uneTebboune exclut les détenus d'opinion de sa mesure de grâce présidentielle

Tebboune exclut les détenus d’opinion de sa mesure de grâce présidentielle

Les détenus d’opinion vont devoir attendre de purger courageusement leur peine de prison. Ils ne bénéficient pas de la grâce présidentielle signée par Tebboune.

Ce 5 Juillet est l’autre rendez-vous manqué avec le peuple et l’Algérie.

Abdelmadjid Tebboune a signé ce 4 juillet deux décrets présidentiels, le premier portant mesures de grâce en faveur de 8.049 détenus et le deuxième concernant les détenus ayant obtenu des diplômes d’enseignement ou de formation durant l’année 2023-2024, a indiqué jeudi un communiqué de la Présidence de la République.

« Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a signé deux décrets présidentiels, après consultation du Conseil supérieur de la magistrature, le premier portant mesures de grâce en faveur de 8.049 détenus et le deuxième concernant les détenus ayant obtenu des diplômes d’enseignement ou de formation durant l’année 2023-2024 », lit-on dans le communiqué de la Présidence de la République.

« Sont exclus de cette grâce présidentielle les personnes condamnées pour des crimes liés au terrorisme, à l’homicide et au meurtre, à l’évasion, à l’espionnage, aux conspirations contre l’autorité de l’Etat, l’intégrité et l’unité territoriale, le faux en écritures publiques, ainsi que les crimes d’usurpation d’identité, de coups et blessures volontaires entraînant une infirmité, l’agression contre les ascendants ou les mineurs, l’atteinte à la pudeur et le viol, le kidnapping, la traite des êtres humains ou le trafic d’organes, les bandes de quartier, l’incendie volontaire de biens, l’agression contre les fonctionnaires et les institutions de l’Etat et les fonctionnaires de la santé, l’atteinte aux systèmes de traitement automatisé de données visant la défense nationale, les organismes ou les institutions de droit public, le trafic de migrants, les crimes liés aux drogues sous toutes leurs formes, les crimes de contrebande et de corruption, ainsi que les crimes de change et de mouvement des capitaux, les délits et crimes d’association de malfaiteurs, le vol qualifié et le vol qualifié aggravé de violence et de menace, les repris de justice condamnés définitivement pour d’autres délits de vol, le faux-monnayage, les crimes de discrimination et de discours haineux, les crimes de fraude, de falsification, de monopole et de spéculation illicite sur les marchandises, ainsi que les auteurs des crimes punis par la loi régissant les établissements pénitentiaires et la réinsertion sociale des détenus », précise le communiqué.

La liste des motifs de condamnations qui exclue de cette grâce est aussi longue que les années d’arbitraire que subissent les Algériens. Les détenus d’opinion sont de fait exclus de cette mesure du chef de l’Etat.

Encore une fois donc, le chef de l’Etat et ses mentors balayent d’un revers de la main toute possibilité de détente et campent farouchement sur leur désir de punition des activistes qui ont « osé » braver la verticale du pouvoir.

Contrairement à ce qu’il a soutenu dans son message à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance, Abdelmadjid Tebboune a encore une fois gâché cette dernière et coupé tout espoir aux prisonniers politiques et leur famille de se retrouver en cette journée importante pour le peuple algérien. La hargne aveugle du chef de l’Etat à refuser de desserrer la mâchoire de l’injustice est symptomatique de ce qu’est cet homme. A son corps défendant, il aura prouvé que le 5 Juillet est une date comme les autres. Tout le reste ne sont que des bons mots qui ne trompent plus personne.

L. M.

9 Commentaires

  1. D’abord teboune n’est pas président. Il n’a jamais été élu par le peuple. C’est un imposteur n’est plus ni moins. Lui donner la grâce présidentielle, c’est comme accorder du crédit à la parole d’un menteur. C’est l’armée qui a trahi son peuple qui l’a placé là. L’armée algérienne porte la plus grande responsabilité de mentir au peuple, en désignant à chaque fois une marionnette comme président.

  2. Vous etes trop naifs. Les détenus d’opinion sont en majorité des kabyles donc doivent rester en prison.
    Les kabyles ont 3 choix pour faire le choix :
    1/ L’exile
    2/La prison ou
    3/ Devenir un super KDS rampant qui doit commencer a chasser du kabyle

    • Résumé, hélas incontestablement vrai.
      Incontestablement, car c’est une réalité qui s’est constamment affirmée des décennies durant. En moins depuis 1949 avec la crise anti-berbériste, soit 75 ans. Ça, c’est tout le monde qui le sait.
      Un espoir de changement positif pour la Kabyle* en Algérie ? Hélas non ! Puisque de visu, au regard de l’avenir, avec un tant soit peu de lucidité, la situation joue contre nous, et ce, sur les plans local (national), régional (nord-africain) et international.
      Ça, c’est pour le constat.
      La question est maintenant de savoir, comment faire pour sauver 9 000 ans de civilisation, de culture, de langue, de vision du monde kabyles… menacées de disparition par le panarabisme, l’islamisme, la dictature militaire… ? Ces dangers imposés par un semblant d’État, l’Algérie, auquel le Kabyle a grandement contribué à la libération du joug colonial français ? C’est dans ce sens qu’il faut désormais aller ou continuer d’y aller puisque beaucoup se sont déjà investis dans ce combat libérateur. Un combat qui doit, à mon sens, rester pacifique.
      Honneur et courage à nos détenus politiques kabyles
      Éternité et honneur à la Kabylie kabyle !
      Vive la Kabylie éternelle.

      * Langue, culture, tradition, civilisation, vision du monde, cosmogonie…

  3. Le régime en place a la rancune tenace contre l’opposition moderniste et laïque. Ce régime arabo-islamiste comme celui de son voisin de l’ouest d’ailleurs réprime férocement l’opposition laïque représentée en Algérie par la Kabylie et au Maroc par le Rif.

  4. Comment peut-on encore parler de président de la république….qui dans ce bled a un jour été président pour le peuple…ni cet arobo-idiot de benbella, ni son boureau bourohoba (boumedienne), ni chadli, ni zeroual, ni boutef……jamais aucun. Le seul homme digne d’être appelé président mais hélas passé par les armes par la mafia arabo-militaro-islamiste d’Alger s’appelait « Boudiaf ». N’attendez rien de ce Teboune issu d’un clan de voleurs et d’arriérés…quand on regarde son faciès on dirait un type des Émirats …surtout pas un algérien. Les kabyles n ont qu’une seule chose à faire se libérer une fois pour toute de l’arabi-islamisme dégradant. Un de ces quatres nos filles, femmes et mères finiront toutes sous une burqua……si ce n est oas déjà le cas.

  5. Attention l’injustice conduit à la frustration, un sentiment délétère pour la cohésion et la stabilité du pays.
    Le mal être des citoyens induit a une instabilité permanente , sans aucune chance pour le pays de prospérer sans l’implication des citoyens non reconnus autant que tels. Le fossé entre les décideurs et son peuple pourrait conduire le pays à une implosion à tout moment.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents