29 juin 2022
spot_img
AccueilCulture"Thérapie anticomplotiste" de Gaspard Bonucci

« Thérapie anticomplotiste » de Gaspard Bonucci

Thérapie anticomplotiste, c’est le titre de l’ouvrage que vient de publier Gaspard Bonucci, au mois de mars dernier, aux éditions « Estelas », en France. Le texte, d’une grande fluidité, se présente d’abord sous forme de récit autobiographique, mêlé à de la fiction. 

Aymé Tullipot, psychothérapeute à Nancy depuis presque trente ans, pris dans le vide ennuyeux des mois de confinement pour cause de Covid-19, exigeait de ses patients la rédaction d’un manuscrit qui leur servira de cure. Des mots pour calmer les maux, tel est, semble-t-il,  la vision de Tullipot concernant le rôle de l’écrit dans la guérison des troubles psychologiques.

Un cas particulier, son dernier patient, se présente : Gaspard Bonucci, un Gilet Jaune condamné en décembre 2019, en comparution immédiate, par le tribunal de grande instance de Nancy, à six mois de prison ferme, pour avoir accusé le maire de sa ville -un radical de droite-, d’être derrière la répression par jet de grenades à fragmentation, ayant causé six blessés parmi les manifestants.

Une condamnation commuée plus tard en sursis, avec exigence de travaux d’intérêt général et, un suivi hypnothérapeutique.

Gaspard est plutôt perçu par le tribunal comme « un complotiste qui souffre de troubles paranoïaques sévères. » Ce qui ne semble pas aller « trop » à l’encontre de l’avis de Tullipot qui, depuis l’apparition des Gilets Jaunes en novembre 2018, regardait ces derniers comme « une engeance de marginaux et de cas sociaux », qu’il rangeait dans la case des « extrémistes politiques. »  Il leur reprochait surtout leur abstentionnisme aux élections. Bref, la condamnation du Gilet Jaune avait réjoui le procureur et l’édile de la ville, contents d’avoir défendu l’ordre étatique.

- Advertisement -

Au fil du temps, l’exercice de l’écrit semblait plaire à Gaspard Bonucci, et Tullipot aurait constaté que le profil de ce dernier était loin de correspondre au profil-robot du Gilet Jaune « modèle », casseur par habitude et fainéant par vocation, dressé par les médias. C’est, en effet, à toute une tâche de démystification que ce récit nous invite. Qu’est-ce qu’un Gilet Jaune ?

Est-il ce « beauf », « inculte » et « marginal » qui confondait revendications politiques et violence irréfléchie du haineux en furie, que l’on nous présente souvent à la télé ? Est-il ce gars mal instruit, à l’affût de la première déroute des forces de l’ordre, pour semer chaos et zizanie ?

Non, ce n’était pas le cas, du moins pour le profil de Gaspard. Instruit, Master en philosophie, avec un mémoire sur la démocratie directe chez Jean-Jacques Rousseau, ce dernier n’était pas du genre « Gilet Jaune modèle », soit dit en passant, présenté à la consommation publique par les médias. Et s’il lui arrivait (à Gaspard bien entendu), de refuser le boulot, c’est qu’il le considérait comme un moyen d’aliénation suprême de cet ordre bourgeois, à renverser en toute urgence.

Et puis, si complotisme il y a, est-il un mal guérissable ? Complotisme dites-vous ? Un vilain mot à remiser au musée des exotismes! Mais pourquoi? Parce que, tout simplement, en suivant de près le cas du Bonucci, le psychothérapeute en était arrivé à faire le distinguo entre « violence physique » du Gilet Jaune qu’on a tendance à exagérer et « violence sociale » de l’Etat qu’on tendrait à minorer.

Dans le vide entre ces deux termes, surgissent les confusions. L’auteur, qui commet là son premier ouvrage, s’attèle à démanteler les fausses vérités, présentées pour seules Vérités par quoi l’on fait gaver les cerveaux des « faibles d’esprit ».

Nageant à flots, tout au long de ses 144 pages, entre les méandres de la subversion médiatique- ce « travail de sape » que ne cesse de mener l’ordre établi pour faire avorter toute idée du changement–, l’auteur a su traduire, avec une certaine maîtrise du « réel-fictif », la complexité de la morphologie contestataire, à l’œuvre en France, depuis l’hiver de l’année 2018.

A la fois déroutant, captivant et saisissant, le récit Thérapie anticomplotiste de Gaspard Bonucci est un bijou à déguster sans modération. Avec un flot langagier assez raffiné, une manipulation verbale à la hauteur des textes classiques, un rythme prosodique cadencé, il nous révèle, non sans un brin de fascination et de surprise, les facettes aussi changeantes qu’invraisemblables d’une  machine médiatique en furie.  C’est une sorte de thérapie contre tous les semeurs de mensonges et de manipulations.

 

Kamal Guerroua

Gaspard Bonucci, Thérapie anticomplotiste, Estelas éditions, mars 2022,  144 pages, France. Prix public : 9,90 €.

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. L’auteur nous livre une vision future de la société, à savoir la chute du capitalisme au profit du libéralisme. Si bien des arguments présents dans ce livre sont discutables, on peut dire que, globalement, ce récit nous fera réfléchir. Et n’oublions pas qu’aujourd’hui, les révolutions économiques et sociales ont des implications dans tous les pays, quel que soit leur modèle politico-idéologique.
    Note de l’éditeur: Les frais de port sont offerts pour toutes commandes sur notre site, y compris pour les envois à l’étranger.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’humaniste et militant Khaled Khemira n’est plus

Le frère tunisien Khaled Khemira avait imaginé sa destinée exaltante et riche d'expériences à l'image de ce qu'il était. Il est triste de parler au...

Les plus populaires

Commentaires récents