27 novembre 2022
spot_img
Accueil360°Tortures au centre Antar : Walid Nekkiche entendu par un juge

Tortures au centre Antar : Walid Nekkiche entendu par un juge

Walid Nekkiche

Il a fallu presque trois ans pour que la plainte déposée par Me Haddouche dans l’affaire des tortures subies en 2019 par le jeune étudiant Walid Nekkiche dans deux commissariats d’Alger et au centre Antar dépendant de la Direction du renseignement intérieur, passe devant un juge.

Walid Nekkiche a été entendu dimanche 06 novembre 2022 par le juge d’instruction près du tribunal de Bab El Oued et ce, après la décision du procureur général d’ouverture d’une information judiciaire à la suite de la plainte des avocats, datant du 23 juillet 2020, pour des faits de torture et des sévices subis dans la caserne Antar pendant sa garde à vue, rapporte le Comité national pour la libération des détenus d’opinion.

Le parquet général a déclenché une action publique contre X concernant ce qu’avait subi l’ex-détenu d’opinion, Walid Nekkiche, entre le 26 novembre et le 2 décembre 2019 dans les commissariats de la Casbah et de Bab El Oued puis dans la caserne Antar, dépendant de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI- militaire) où il avait été transféré pour subir 6 jours et 6 nuits les affres de la torture et les pratiques abjectes les plus humiliantes, dont le viol, ajoute la même source.

Le jeune activiste et étudiant Walid Nekkiche a été arrêté mardi, 26 novembre 2019 lors de la marche des étudiants.

- Advertisement -

Suite à ces innommables tortures, une plainte déposée le 23 juillet 2020 par Maître Haddouche. Une plainte qui n’a eu aucune suite à l’époque, comme d’ailleurs la demande d’expertise médicale qui avait été rejetée.

Il fallait attendre le 1er février 2021, après 14 mois de détention, et lors de son procès en criminel, Walid Nekkiche crie sa douleur face au monde pour décrire les horreurs auxquelles il avait été soumis. Et sans scrupules, le procureur avait retenu quelques moments avant la perpétuité.

Le jeune étudiant sera condamné à 6 mois de prison ferme et il était libérable aussitôt.

Walid Nekkiche avait raconté ce qu’il avait vécu à Antar au premier jour de sa présentation au procureur, le 02 décembre 2019, puis devant le procureur, qui l’avait auditionné sans la présence d’avocat et il décide de le placer sous mandat dépôt. Evidemment les juges n’ont pas eu le courage de lever le petit doigt sur ce qu’ils ont entendu de la bouche même de la victime. Il a fallu un mois à la famille, grâce à l’alerte lancée par des activistes, pour retrouver son fils à la prison d’El Harrach, dans un état psychologique déplorable.

C’est à la deuxième audition du 20 mars 2020 qu’il sera assisté par deux avocates et il répétera encore son calvaire et les sévices subis. Ce qui conduira au dépôt de la plainte le 23 juillet 2020 et à la demande d’une expertise médicale.

Des pièces qui ont été versées dans le dossier et le procureur près le tribunal de Bir Mourad Raïs fait comme s’il ne le savait pas en annonçant, après la déclaration de Walid Nekkiche lors de son procès, l’ouverture d’une enquête.

Mais cette annonce n’est pas restée seulement une lettre morte, des pressions ont été déployées et des relais actionnés pour sommer Walid Nekkiche à retirer sa plainte.

Les pressions se sont multipliées contre la victime depuis que l’affaire a atterri au Comité international contre la torture auprès de l’ONU. Depuis, révèle le CNLD, l’Algérie a été destinataire de plusieurs correspondances dans lesquelles les autorités ont été enjoints d’enquêter, de retrouver les auteurs de tortures et de les punir ainsi que de protéger la victime.

L.M.

ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

  1. A force d’utiliser certains mots, ils perdent de leur sens et se banalisent, tels :
    Cour de justice, juge, procureur, dgsi,…. tous ces noms et appellations n’ont plus de sens dans la ripoublique des militaires mafieux au pouvoir.
    Il n’y a que des édifices dans lesquels exercent des agents au nom de ces mafieux.

  2. Un état voyou. Une junte militaire pire que les Khmers.Une marionnette à sa tête. Des fossoyeurs condamnés sont rentrés du soit disant exil en avion présidentielle. Un pays qui un jour où l’autre explosera a force de subir la hogra de ces mafieux.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’immarcescible Lounis Aït Menguellet à l’Accor Arena

La grandeur d'un artiste a donné rendez-vous à un immense public en ce samedi 26 novembre à l'Accor Arena de Paris. Lounis Aït Menguellet...

Les plus populaires

Commentaires récents