4 février 2023
spot_img
AccueilMise en avantTunisie : les enjeux du référendum constitutionnel

Tunisie : les enjeux du référendum constitutionnel

Kaïs Saïed

Un peu plus de neuf millions d’électeurs sont appelés aux urnes ce lundi 25 juillet, en Tunisie, pour un référendum sur la nouvelle Constitution, projet porté par le président tunisien Kaïs Saïed. Le vote a lieu un an après la suspension du Parlement, qui a ensuite été dissout fin mars par Kaïs Saïed. Des voix se sont élevées pour dénoncer ce projet, mais le président conserve une solide popularité.

« Approuvez-vous le projet de la nouvelle Constitution de la République tunisienne ? » C’est à cette question, écrite en arabe et en français, que les électeurs tunisiens sont appelés à répondre, en cochant la case verte pour le oui, ou rouge, pour le non.

Ce projet, porté par le président Kaïs Saïed, professeur de droit constitutionnel à la retraite de 64 ans, marque une rupture par rapport au système parlementaire en place depuis 2014, suite à la révolution.

La nouvelle Constitution accorde de larges pouvoirs au président. Celui-ci nomme le chef de gouvernement et les ministres, il peut les révoquer de façon unilatérale. Le chef de l’État nomme aussi les magistrats, sur proposition du Conseil supérieur de la magistrature.

- Advertisement -

Le texte s’est attiré les foudres de l’opposition et d’une partie de la société civile. Mais le chef de l’État, élu en 2019, dispose encore d’une solide popularité, et une partie des Tunisiens sont déçus des partis politiques.

La participation, une inconnue pas si déterminante

Combien d’électeurs se déplaceront aujourd’hui pour aller glisser leur bulletin dans l’urne ? C’est l’une des principales questions qui se posent. Les bureaux resteront ouverts entre 6h du matin et 22h, heure locale. Des horaires rallongés par rapport aux scrutins précédents, en ce jour férié qui marque la fête de la république tunisienne. « Il s’agit de donner plus de possibilités aux électeurs », explique Anis Ben Elmoudi. Le président de l’instance électorale régionale de l’Ariana fait remarquer que c’est l’été, que les Tunisiens vont à la plage ou à des cérémonies et que les températures sont élevées, pendant une partie de la journée.

Popularité de Kaïs Saïed, rejet des partis politiques, dont certains appellent au boycott… Pour de nombreux analystes, l’issue du scrutin fait peu de doutes. Reste à savoir si les électeurs se sentiront concernés par ce vote, ou si leurs préoccupations se situent ailleurs, alors que l’économie tunisienne se porte mal et que le chômage est élevé.

Aucun seuil minimal n’est requis, pour valider le scrutin. La réponse majoritaire l’emportera, quel que soit le taux de participation enregistré. Après le référendum, des élections législatives anticipées sont prévues le 17 décembre.

Ce référendum intervient au moment où le pays est plongé dans un nouvel ordre autoritaire dans lequel le président s’est arrogé tous les leviers de décisions. Plus de parlement, les partis d’opposition sont sommés de se taire, le Conseil constitutionnel n’a aucune prise sur Kaïs Saïed.

L’homme se croit providentiel et en mission pour réformer à sa mesure le pays. La réussite de ce référendum fera de Kaïs Saïed un monarque comme en regorge les pays sud de la Méditerranée. Il enterrera le système parlementaire pour entrer dans une présidentialisation du pouvoir qui n’aura sans doute rien au règne nasserien dans il est adepte.

L.M./RFI

 

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

La famille Yaha présente ses condoléances à la famille Khider

C’est avec une très profonde émotion que nous apprenons la disparition de votre maman et notre amie Madame Zahra Khider. Nous partageons votre douleur et...

Les plus populaires

Commentaires récents